Accueil » Actualité » NVIDIA renoncerait à racheter Arm

NVIDIA renoncerait à racheter Arm

Les nombreuses procédures en cours auraient eu raison du projet de NVIDIA.

En septembre 2020, NVIDIA faisait part de sa volonté d’acquérir Arm pour 40 milliards de dollars. Cette tentative de rachat a suscité de nombreuses réactions d’opposition, y compris d’autres entreprises telles que Microsoft, Qualcomm et Google. Surtout, elle est examinée par des organismes de réglementation de plusieurs pays. Selon un rapport de Bloomberg, NVIDIA aurait finalement renoncé à son projet.

Image 1 : NVIDIA renoncerait à racheter Arm

Le journal écrit : « NVIDIA Corp. se prépare discrètement à abandonner l’achat d’Arm Ltd. à SoftBank Group Corp. après avoir fait peu ou pas de progrès dans l’obtention d’une approbation pour ce rachat à 40 milliards de dollars, selon des personnes bien renseignées sur le sujet ». La société laisserait 1,25 milliard de dollars en guise d’indemnité de rupture.

Néanmoins, Bloomberg nuance en précisant que « selon les personnes interrogées, les dirigeants de NVIDIA et d’Arm sont toujours en train de plaider leur cause auprès des régulateurs ». En outre, les deux sociétés soutiennent toujours publiquement l’hypothèse d’un rachat.

Le Ray Tracing et le DLSS de NVIDIA fonctionnent sur les plateformes ARM

Des enquêtes approfondies au Royaume-Uni, dans l’Union européenne, en Chine…

Depuis septembre 20202, NVIDIA a toujours clamé que l’acquisition d’Arm n’aurait pas d’influence sur la manière dont sont accordées les licences Arm ; autrement dit, que la firme britannique conserverait sa neutralité. Néanmoins, les organismes de contrôle du Royaume-Uni, des États-Unis, de l’Union européenne et de la Chine ont lancé des enquêtes approfondies dont la plupart sont toujours en cours (celle menée par l’UE par exemple prendra fin le 15 mars 2022).

Si le rachat n’aboutit pas, l’irruption de NVIDIA sur le marché des processeurs pourrait être ralentie. Les deux sociétés ont toutefois coopéré par le passé et NVIDIA aura bien entendu toujours la possibilité d’obtenir des blocs de propriété intellectuelle chez Arm ; simplement, elle aura le statut de client et non de décideur. Enfin, sachez que Bloomberg pense que le japonais SoftBank Group, propriétaire d’Arm Holdings depuis 2016, prévoit une IPO (Initial Public Offering ou simplement introduction en bourse en français).

Source : Bloomberg via WCCFTech