Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

Pourquoi choisir un SSD

Pourquoi choisir un SSD
Par

MAJ : Retrouvez notre dernier comparatif SSD.

Pour les amateurs de beau matériel comme pour les professionnels, la question ne se pose même plus : utiliser un disque dur comme volume système, c’est devenu impensable ! Pour autant que la capacité et le prix ne soient pas des obstacles, impossible en effet de faire fi des avantages des SSD, qui ont remplacé les plateaux rotatifs par des puces mémoire : temps d’accès insignifiants, débits très élevés et performances exceptionnelles en E/S, sans compter la résistance mécanique et la faible consommation.

De nos jours, le nombre de fabricants proposant des SSD est tel que le marché est encombré et que l’utilisateur moyen peine à choisir le modèle le plus adapté à ses besoins. Il n’empêche que le moindre SSD récent enterre le meilleur des disques durs si l’on s’en sert comme volume système.

Avantages et inconvénients des SSD

Pour le néophyte et l’utilisateur moyen, par contre, le choix n’est pas si évident qu’il y paraît. À titre d’exemple, un ami nous a récemment demandé de jeter un coup à la configuration qu’il envisageait d’offrir à son fils pour son anniversaire. Un processeur Sandy Bridge, 4 Go de RAM, une bonne carte graphique et quelques accessoires bien choisis, mais… un disque dur. Nous avons à plusieurs reprises tenté de lui faire comprendre qu’au vu de son budget, il serait probablement plus efficace d’opter pour un processeur affichant 100 ou 200 MHz de moins et une carte graphique normale plutôt qu’un modèle overclocké en usine afin de pouvoir ajouter un SSD de 64 Go comme volume système (tout en conservant le disque dur pour le stockage des données), mais en vain : quelques jours plus tard, l’ordinateur était monté dans un magasin du coin, mais sans SSD et avec… un disque dur deux fois plus gros.

Un problème d’acceptation

La perception que le grand public se fait des performances repose bien souvent sur des chiffres certes tangibles et comparables, mais qui n’ont rien à voir avec la vitesse : un disque dur 7200 tr/min de 2 To, cela parait effectivement plus impressionnant que le vieux 120 Go de l’ordinateur du bureau. Même la vitesse annoncée pour l’interface, 300 voire 600 Mo/s, en impose. Il suffit de le dire tout haut pour que cela paraisse rapide, alors que la réalité est souvent bien différente.

L’acceptation des SSD par le plus grand nombre se heurte ici à deux problèmes. Le premier est d’ordre psychologique : rare sont les utilisateurs qui pensent que mettre un SSD comme volume système engendrera une accélération notable de la plupart des applications installées sur leur ordinateur. Le deuxième est plus terre à terre : la capacité limitée et le prix élevé des SSD a tendance à faire fuir les clients.

Pourtant, nous le répétons : un SSD moderne, n’importe lequel, laisse le meilleur des disques durs sur le carreau lorsqu’on l’utilise comme volume système, et ce, dans tous les scénarios d’exploitation normaux. Pour illustrer notre propos, nous comparons dans cet article les performances d’un SSD et d’un disque dur montés tour à tour au sein de la même configuration.