Accueil » Actualité » Atos dévoile son supercalculateur hybride de classe exascale, BullSequana XH3000

Atos dévoile son supercalculateur hybride de classe exascale, BullSequana XH3000

Selon l’entreprise, ce supercalculateur conçu et fabriqué à Angers offre « la meilleure puissance de calcul par m2 du marché ».

Atos présente son nouveau supercalculateur de classe exascale, appelé BullSequana XH3000. Ce supercalculateur, que l’entreprise qualifie comme étant le plus performant et le plus puissant qu’elle a conçu jusqu’ici, a été élaboré et fabriqué en France, plus précisément à Angers. Le système est compatible avec les CPU et GPU AMD, Intel, NVIDIA, ainsi qu’avec le microprocesseur SiPearl. Son architecture OpenSequana le rend « entièrement compatible avec les futures lames de calcul et technologies d’interconnexion, de sorte que les utilisateurs pourront facilement augmenter leur capacité en fonction de leurs besoins ».

De part sa nature hybride, ce supercalculateur pourra donc accueillir des accélérateurs GPU de nouvelle génération : les solutions CDNA 2 puis CDNA 3 d’AMD, Ponte Vecchio d’Intel ou Hopper de NVIDIA. En ce qui concerne les interconnexions, BullSequana XH3000 supporte une large gamme de technologies : BXI, High Speed Ethernet, HDR et NDR InfiniBand.

De 1 PFlops à 1 ExaFlops

Atos argue que son supercalculateur combine « performance et maitrise de la consommation énergétique ». Concrètement, la conception du BullSequana XH3000 accepte jusqu’à 1000 W par nœud, contre 350 W pour le BullSequana XH2000. Cette hausse est notamment induite par la 4e génération de refroidissement liquide direct (DLC pour Direct Liquid Cooling), laquelle offre « 50 % de puissance de refroidissement supplémentaire par rapport aux générations précédentes de la gamme ». Selon Atos, son supercalculateur propose ainsi « jusqu’à 6 fois plus de puissance de calcul par m2 et la meilleure puissance de calcul par m2 du marché ».

En matière de performance, l’entreprise promet un système « entièrement évolutif avec une configuration allant de 1 PFlops à 1 ExaFlops pour la simulation numérique et jusqu’à 10 ExaFlops pour les applications d’IA (dès que les unités de traitement de la prochaine génération seront disponibles sur le marché) ».

Le BullSequana XH3000 sera disponible au quatrième trimestre 2022. Par rapport à l’architecture Cray EX de HPE notamment, la plate-forme d’Atos propose en supplément la prise en charge des SoC Grace de Nvidia et Rhea de SiPearl.

Meta présente RSC, le supercalculateur IA ‘le plus puissant au monde’

Déclarations d’Earl Joseph et de Rodolphe Belmer

Earl Joseph, PDG d’Hyperion, cabinet d’analystes spécialisé dans le calcul haute performance, déclare :

« Le calcul haute performance a considérablement contribué aux avancées de la science, de l’ingénierie et de la qualité de la vie humaine. Il constitue une pierre angulaire de l’innovation et du progrès scientifique. En tant que premier fournisseur européen sur le marché, Atos est idéalement placé pour continuer à faire avancer la recherche et l’innovation avec son nouveau supercalculateur, ainsi que pour apporter des systèmes de classe exascale à ses clients. Avec son nouveau supercalculateur BullSequana XH3000, son écosystème de calcul hybride intégrant l’intelligence artificielle et le quantique, couplé à sa solide feuille de route pour l’exascale, Atos démontre une vision claire et complète de l’avenir de la simulation scientifique, tout en tenant compte de l’importance de la décarbonation. »

Rodolphe Belmer, Directeur Général d’Atos :

« Le supercalculateur joue un rôle central dans la conduite des innovations pour les entreprises, la société et l’économie mondiale dans son ensemble. Il est également la clé de la souveraineté scientifique et économique au XXIe siècle. Nous sommes extrêmement fiers de notre rôle de leader européen et de notre nouveau supercalculateur BullSequana, révélé aujourd’hui, qui résulte de 15 années d’efforts en R&D et rassemble l’expertise et l’expérience éprouvées d’Atos en matière de calcul haute performance, d’intelligence artificielle, de quantique, de sécurité et de décarbonation numérique. Il permettra sans aucun doute, grâce à la passerelle de l’exascale, des percées clés pour l’innovation scientifique et industrielle du futur. »

Source : Atos