Comparatif : les meilleurs disques durs externes USB 3.0 (2015)

Comment choisir un disque dur externe ?

MAJ : Retrouvez notre nouveau comparatif de disques durs externes ici.

Le format

Image 1 : Comparatif : les meilleurs disques durs externes USB 3.0 (2015)

On trouve deux formats de disques durs externes : les 2,5″ (6,35 cm) et les 3,5″ (8,89 cm). Les premiers sont légers (≤ 150 g), compacts et tirent leur alimentation du connecteur de données. Ils sont donc idéaux en déplacement. En contrepartie, les plateaux magnétiques sur lesquels ils stockent les données étant physiquement plus petits, leur capacité de stockage est restreinte. Le maximum disponible aujourd’hui dans ce format est de 2 To. Les seconds sont à l’opposé. Gros et lourds (≈ 1 kg), ils nécessitent une alimentation externe et sont donc difficilement transportables. En revanche, leur capacité de stockage est bien plus importante. Ils atteignent pour le moment 4 To ; leur prix au gigaoctet est également plus bas.

Au sein des disques durs 2,5″ il existe une sous-catégorie récente, les slim. Ces disques sont plus fins que la moyenne, car leur disque interne est un modèle de 7 mm d’épaisseur seulement. Corollaire, ils ne possèdent qu’un seul et unique plateau magnétique : leur capacité maximale est de 500 Go aujourd’hui.

Citons une dernière catégorie, tout à fait marginale : le format mSATA. Calquant leurs dimensions sur les cartes mini PCI-Express, les disques à ce format sont en réalité des SSD. Leurs performances sont donc remarquables, mais leur capacité encore plus limitée et leur coût élevé.

L’interface

Pendant de longues (très longues) années, les disques externes furent bridés par leur interface à la norme USB 2.0. Plafonnant, par grand soleil et vent dans le dos à 40 Mo/s, cette norme ne satisfaisait plus les besoins modernes en bande passante, ce qui a poussé certains constructeurs à chercher des alternatives. On a connu le Firewire 800 (surtout chez Apple), puis l’eSATA. Plus rapides, ces normes n’ont cependant jamais réussi à supplanter l’USB. On a donc vu apparaître des disques bi-, tri- voire quadri-interfaces, onéreux et peu pratiques.

Le choix est heureusement beaucoup plus simple aujourd’hui : l’USB 3.0 a pris le relais de l’USB 2.0 en assurant une compatibilité descendante (les périphériques USB 3.0 peuvent se brancher sur des hôtes USB 2.0) et ascendante (les périphériques USB 2.0 peuvent se brancher sur des hôtes USB 3.0). Image 2 : Comparatif : les meilleurs disques durs externes USB 3.0 (2015)

Prenez garde tout de même aux connecteurs utilisés. Les disques durs 2,5″ USB 2.0 emploient systématiquement une prise USB 2.0 “mini”. Les disques durs USB 3.0 2,5″, une prise USB 3.0 “micro”. Cette dernière n’accepte que les connecteurs USB 3.0 “micro” ou USB 2.0 “micro”. Les vieux câbles ne sont donc pas réutilisables sur les nouveaux disques. Théoriquement la bande passante de l’USB 3.0 est de 5 Gbit/s soit 500 Mo/s (par la grâce d’un encodage 8b/10b). Les fabricants n’hésitent pas à mettre en valeur ce chiffre qui n’a aucune justification pratique : les disques durs actuels dépassent rarement les 180 Mo/s. Seuls les SSD exploitent à fond la bande passante offerte par l’USB 3.0 : nous avons pu atteindre plus de 430 Mo/s “réels” sur cette interface.

Aux côtés de l’USB 3.0, une autre interface promet monts et merveilles : Thunderbolt. Sa bande passante théorique est encore plus élevée (10 Gbit/s), mais en pratique elle sera aussi limitée, soit par le disque dur, soit par le contrôleur SATA-Thunderbolt. Les produits Thunderbolt sont également très coûteux et compatibles avec un tout petit nombre de machines récentes (dont tous les Mac sortis depuis 2011).

La vitesse de rotation

Il arrive parfois qu’un constructeur mette en avant la vitesse de rotation de son disque externe. Faut-il y faire attention ? Parfois. Comme sur les disques internes, la vitesse de rotation conditionne les performances du disque dur externe. Plus elle est élevée (7 200 tr/min), plus le disque accèdera rapidement aux données. Toutefois, d’autres paramètres déterminent les débits d’un disque dur, notamment la densité de ses plateaux. Il arrive qu’un disque à rotation lente (5 400 tr/min) soit autant, voire plus performant, qu’un disque à 7 200 tr/min grâce à des plateaux d’une génération plus avancée, plus denses. Pourtant le modèle 7 200 tr/min sera systématiquement vendu plus cher.

Par ailleurs, la vitesse de rotation ne doit être prise en compte que si le disque est doté d’une interface rapide. Un disque dur ultrarapide sur un bus USB 2.0 est une hérésie.

  • Sur le forum : les discussions disques durs externes

Nos autres comparatifs :

L’éternelle question du formatage

Nous sommes nombreux à utiliser un disque dur externe pour transporter des fichiers d’une machine à une autre. Or tous les ordinateurs n’utilisent pas les mêmes systèmes d’exploitation, qui n’emploient pas tous les mêmes systèmes de fichiers et ne savent pas lire les fichiers des autres. Comment donc formater un disque dur externe pour échanger des données entre Windows, Mac OS et Linux ?

Le bon vieux temps, la FAT 32.

Image 3 : Comparatif : les meilleurs disques durs externes USB 3.0 (2015)

Il y a quelque temps encore, cette question ne se posait pas. Windows, Mac OS et Linux pouvaient collaborer via le système de fichiers FAT 32. Et c’est toujours le cas. La FAT 32 demeure le seul format totalement compatible avec Windows, Mac OS X et Linux. Mais l’explosion du partage de films de vacances a créé un nouveau besoin, celui de pouvoir manipuler des fichiers de plus de 4 Go. La FAT 32 devint alors obsolète puisque 4 Go est la limite qu’elle impose.

Sous Windows : NTFS

Microsoft a doté ses systèmes d’exploitation de la branche NT (NT, 2000, XP, Vista, 7, 8) d’un système de fichier moderne, sophistiqué : NTFS. NTFS sait parfaitement lire et écrire des fichiers de plus de 4 Go (son maximum est de 16 exaoctets, soit 16 milliards de Go). Mais NTFS n’est pas librement distribué par Microsoft. Pour l’utiliser il faut acquitter une licence, que ni Apple, ni les divers distributeurs ou vendeurs de distribution GNU/Linux n’ont voulu prendre.

Un disque dur formaté en NTFS est lisible par Mac OS X, mais Mac OS X ne peut pas y écrire des données. Le noyau Linux se comporte de la même manière. L’écriture sur NTFS est néanmoins possible sous ces systèmes via l’installation de pilotes spécifiques développés par des tiers. Les plus célèbres sont celui de Paragon (payant) et l’alternative libre NTFS-3G, incluse par défaut par de très nombreuses distributions Linux. Les développeurs de NTFS-3G commercialisent également un pilote annoncé comme plus performant, Tuxera NTFS.

Sous Mac OS X : HFS+

Mac OS X a également son système de fichiers propriétaire : HFS+. HFS+ n’est lisible que par Mac OS X : ni Windows ni Linux ne possèdent de pilotes adaptés. La seule exception est celle d’un Windows installé sur un Mac : Apple livre dans son package “Bootcamp” un pilote pour le HFS+. Son installation sur d’autres PC n’est ni permise, ni facile. Là encore, Paragon propose des pilotes adaptés. La société a même un pilote HFS+ pour Android.

Sous Linux : ext2, 3, 4, ReiserFS, btrfs, etc.

Bien qu’il lui manque le NTFS et le HFS+, le noyau Linux est capable de gérer de nombreux systèmes de fichiers, intrinsèquement performants. Mais ni Windows ni Mac OS X ne savent les lire d’origine. Là encore, des solutions existent. Certaines sont libres et gratuites, comme Ext2IFS ou Ext2Read, qui rendent les formats ext2 et ext3 lisibles par Windows. D’autres sont payantes, comme Paragon ExtFS, disponible pour Mac OS ou Windows.

Image 4 : Comparatif : les meilleurs disques durs externes USB 3.0 (2015)La quasi-solution : exFAT

Il n’y a, aujourd’hui, aucune solution universelle. Toutefois, un système de fichiers semble devenir universel : exFAT. Pensé pour le stockage sur mémoire Flash, exFAT est lui aussi un format sous licence Microsoft. Malgré la licence, de plus en plus d’acteurs le choisissent. Apple, par exemple, qui l’inclut dans Mac OS X. Des pilotes exFAT – créés par Paragon ou Tuxera – existent pour Linux ou Android et ils semblent trouver preneur : Panasonic livre par exemple ses smartphones Eluga avec le pilote Tuxera. Mais le signe le plus encourageant pour l’établissement d’exFAT comme un futur standard est qu’il a été choisi comme format natif des cartes mémoires SDXC. Tout appareil compatible SDXC doit être compatible exFAT. On peut espérer que l’omniprésence de ces cartes pousse à l’avenir la communauté Linux a développer des pilotes compatibles. Ou pousse Microsoft à libérer son format devenu incontournable.

Protocole de test

Quels modèles ?

Pour ce comparatif, nous avons testé un total de 37 disques durs USB 3.0 : 29 au format 2,5 pouces, 8 au format 3,5 pouces. Notre plateforme de test ayant dû être renouvelée, nous avons dû retester des modèles présents dans la précédente version de ce comparatif. Vous pouvez trouver ci-dessous le détail des modèles :

Marque
Modèle
CapacitéMeilleur prix du marché
ADATAClassic CH11 750 Go
ADATASuperior SH14  500 Go
Certon SystemsdataROCK1 To

G-Technology
G-Drive Mobile
1 To
G-TechnologyG-Drive Slim 500 Go

HGSTTouro Mobile Pro 1 To
LaCied2 USB 3.0 Thunderbolt
3 To
LaCiePorsche Design P’9233  3 To
LaCie
Porsche Design P’9223
1 To
LaCie
Porsche Design P’9223 Slim
500 Go
LaCieRugged Mini 500 Go

LaCie
Rugged USB 3.0 Thunderbolt
1 To
PQI
H567V 500 Go

Samsung
2,5″ Portable 3.0
640 Go

Samsung
Story Station 3.0
2 To

Seagate
Backup Plus
500 Go
Meilleur prix
Seagate
Backup Slim Plus
2 To

Seagate
FreeAgent GoFlex
1,5 To
SeagateFreeAgent GoFlex Slim 320 Go

Silicon PowerStream S10 750 Go

Silicon Power
Stream S20
750 Go
Toshiba
Canvio Alu
2 To

Toshiba
STOR.E Basics
2 To
Toshiba
STOR.E Canvio
2 To
Toshiba
STOR.E Edition
1 To
Meilleur prix
Toshiba
STOR.E SLIM
 500 Go
Meilleur prix
Toshiba
STOR.E SLIM Mac
1 To
Meilleur prix
Transcend
StoreJet 25A3
1 To
TranscendStoreJet 25H3 1,5 To
Transcend
StoreJet 35T3
3 To
Meilleur prix
Western DigitalMy Book 3.0 1 To
Western Digital
My Book Essential
3 To
Western Digital
My Book Essential
4 To
Western Digital
My Book Studio
1 To
Western Digital
My Passport Essential SE
 1 To

Western DigitalMy Passport for Mac 1 To
Western DigitalMy Passport 2 To

NB : Les prix ne s’affichent que pour ceux qui n’utilisent pas de bloqueur de pub.

Quels benchmarks ?

Un disque dur externe étant principalement dédié à recevoir des fichiers et non pas à accueillir un système d’exploitation, les performances les plus intéressantes sont celles en accès séquentiels. Toutefois nous avons également mesuré les performances dans des scénarios de copie de disque à disque de trois ensembles de fichiers pesant chacun 2 Go au total. Nous rapportons la moyenne des vitesses en lecture et en écriture.

Plateforme de test

Configuration
CPUIntel Core i5-2400 (32 nm, Sandy Bridge, D2)
4C/4T, 3,2 GHz (Turbo max. 3,6 GHz), 6 Mo cache L3, HD Graphics 3000, TDP 95 W TDP
Carte mère
Gigabyte G1.Sniper M3
Revision: 1.0
Chipset: Intel Z77
BIOS: F10c
RAM4 x 2 Go DDR3-1333
OCZ OCZ3G2000LV4GK
Disque système
Samsung 470
64 Go, Firmware 0901, SATA 3 Gbit/s
Contrôleur USB 3.0
Intel Z77
Alimentation
Seasonic X-760 760W
SS-760KM Active PFC F3
Benchmarks
Débits séquentiels
h2benchw 3.16
CopieXcopy Benchmarks
OS et pilotes
OSWindows 8 Pro

Le meilleur 3,5 pouces

Notre échantillon de disques durs USB 3.0 3,5 pouces n’est pas encore très large. Nous pouvons toutefois remarquer que les performances des modèles en lice sont homogènes.

Image 5 : Comparatif : les meilleurs disques durs externes USB 3.0 (2015)

LaCie P’9233 3 To

Le vainqueur (3,5")

Image 6 : Comparatif : les meilleurs disques durs externes USB 3.0 (2015)

Transcend StoreJet 35T3 3 To

Le challenger (3,5")

  • transcend storejet 35t3 3 to
    149.95€
  • 149.95€
    Voir l’offre
  • 149.98€
    Voir l’offre

Image 7 : Comparatif : les meilleurs disques durs externes USB 3.0 (2015)

Image 8 : Comparatif : les meilleurs disques durs externes USB 3.0 (2015)

Image 9 : Comparatif : les meilleurs disques durs externes USB 3.0 (2015)

Image 10 : Comparatif : les meilleurs disques durs externes USB 3.0 (2015)

Le meilleur 2,5 pouces

Notre panel de disques durs 2,5″ est beaucoup plus étendu et les différences de performances plus marquées entre les modèles. Dans notre test de débit séquentiel, l’écart entre le disque le plus lent et le disque le plus rapide dépasse 50 % !

Image 11 : Comparatif : les meilleurs disques durs externes USB 3.0 (2015)

HGST Touro Mobile Pro 1 To

Le vainqueur (2,5")

Image 12 : Comparatif : les meilleurs disques durs externes USB 3.0 (2015)

LaCie Rugged Mini 500 Go

Le plus résistant (2,5")

  • lacie rugged mini 500 go
    7.12€
  • 7.12€
    Voir l’offre

Image 13 : Comparatif : les meilleurs disques durs externes USB 3.0 (2015)

Western Digital My Passport 2 To

La plus grosse capacité (2,5")

  • western digital my passport 2 to
    298.01€
  • 298.01€
    Voir l’offre

Image 14 : Comparatif : les meilleurs disques durs externes USB 3.0 (2015)

Image 15 : Comparatif : les meilleurs disques durs externes USB 3.0 (2015)

Image 16 : Comparatif : les meilleurs disques durs externes USB 3.0 (2015)

Image 17 : Comparatif : les meilleurs disques durs externes USB 3.0 (2015)

Tableau récapitulatif

👉 Vous utilisez Google News ? Ajoutez Tom's Hardware sur Google News pour ne rater aucune actualité importante de notre site.

Votre Newsletter Tom's Hardware

📣 Souscrivez à notre newsletter pour recevoir par email nos dernières actualités !