Accueil » Actualité » Le fondeur chinois SMIC bientôt sur la liste noire américaine ?

Le fondeur chinois SMIC bientôt sur la liste noire américaine ?

Après Huawei, le gouvernement américain pourrait s’en prendre directement au plus important fondeur chinois.

Depuis plusieurs mois, l’administration Trump prend des mesures visant à entraver les marges de manœuvre des entreprises chinoises. Le cas le plus emblématique – et le plus médiatisé – concerne bien sûr Huawei. Désormais, la filiale HiSilicon du géant doit se débrouiller sans TSMC. D’autres firmes chinoises sont impactées, notamment dans les secteurs des télécommunication ou encore de l’aéronautique. Une nouvelle cible serait dans le viseur du gouvernement américain : SMIC (Semiconductor Manufacturing International Corporation).

Image 1 : Le fondeur chinois SMIC bientôt sur la liste noire américaine ?

Selon un rapport de Reuters, l’administration Trump souhaiterait ajouter le plus grand fondeur chinois à sa liste noire. En pratique, cela réduirait fortement ses échanges commerciaux. En effet, une telle décision le forcerait à obtenir une licence spéciale, difficile à obtenir, pour travailler avec des entreprises ou des filiales américaines.

Plus d’une centaine d’ingénieurs ont quitté TSMC pour rejoindre des entreprises chinoises depuis 2019

Une chute importante du cours de l’action

Ces informations ont commencé à fuiter au cours du week-end. Un représentant SMIC a annoncé être « sous le choc » et la société a vu la valeur de son action chuter de 25 % dans les jours qui ont suivi.

Image 2 : Le fondeur chinois SMIC bientôt sur la liste noire américaine ?

Si Huawei a pu trouver une solution de repli provisoire et précaire en se tournant vers SMIC pour graver ses SoC, de nouvelles mesures américaines à l’encontre du fondeur chinois compliqueraient sérieusement la situation.