Test : AMD Ryzen Threadripper 1950X, une histoire de coeur

Avec ses 16 cœurs et 32 threads, le Ryzen ThreadRipper 1950X d’AMD est probablement le plus gros lancement de processeur (et à coup sur le processeur le plus gros) de l’année. Et ce n’est pas peu dire, au vu des nombreux Ryzen qui s’attaquent depuis quelques mois maintenant à tous les segments du marché des CPU de bureau. Le constructeur se concentre désormais sur le haut de gamme, avec un produit doté de 60% de cores en plus, de 36% de lignes supplémentaires et de 68% de cache en plus par rapport aux Skylake-X d’Intel, à tarif similaire. Cerise sur le gâteau, AMD ne segmente pas sa gamme en jouant sur la connectivité, offrant la même chose sur tous ses Threadripper.

De manière impressionnante, tous les Ryzen 7, 5 et 3 reposent sur la même architecture modulaire. Threadripper ne fait pas exception, même s’il reprend aussi quelques caractéristiques des modèles EPYC.

Il y a quatre ans, Lisa Su – actuel CEO d’AMD – demandait à ses équipes de concevoir un processeur apte à rivaliser avec ce qu’Intel faisait de mieux en matière de CPU pour serveurs. C’était un objectif ambitieux compte tenu du retard du constructeur, mais l’architecture Zen et son design parti d’une feuille blanche était déjà dans les tuyaux, avec un IPC amélioré de 52% par rapport aux précédentes puces d’AMD.

Concevoir un processeur n’est toutefois qu’une série de compromis : les ingénieurs se sont rapidement rendu compte qu’il ne leur serait pas possible de faire un seul die monolithique capable de d’atteindre les objectifs en termes de performances, de gestion de la mémoire et de connectivité. A la place, ces mêmes ingénieurs ont fait le choix de blocs modulaires (CCX) de quatre cœurs, regroupés par die de huit cœurs. Et Zeppelin était né.

Désormais, AMD utilise les mêmes dies Zeppelin pour tous ses nouveaux processeurs, optimisant au passage au maximum l’utilisation de ressources limitées : il devient très simple d’ajouter plus de dies dans un même package afin de fabriquer des processeurs dotés de nombreux cœurs, tels que Threadripper ou EPYC. Il y a bien entendu des contreparties…

Si le lancement de Ryzen a été assez tumultueux à cause de son design unique, la plateforme associée est plus mature et les développeurs de jeux font de leur mieux pour tirer parti du potentiel de l’architecture. Les efforts d’AMD se montrent payants : les Ryzen ont rapidement montré leurs talents dans nos comparatifs et dossiers. Threadripper promet de nouveaux défis, mais AMD a ajouté quelques fonctionnalités qui devraient bien l’aider dans sa tâche.

Threadripper 1950X, 1920X & 1900X

Il est important de comprendre la cible visée par Threadripper. AMD a conçu ce design pour les développeurs, les ingénieurs audio/vidéo, les créateurs de contenus et plus généralement tout ce qui nécessite de nombreuses tâches en parallèle. Bien que Threadripper ne soit pas directement destiné aux joueurs, en particulier ceux qui se contentent d'un affichage Full HD avec des jeux peu multi-threadés, le nombre de cœurs élevés pourra également améliorer les performances des jeux lors des séances de streaming.


Threadripper 1950X
Socket
TR4
Cœurs/Threads
16/32
Fréquence de base
3.4 GHz
Fréquence Boost
3.7 GHz (all-core 3.6 GHz, quad-core 4 GHz, 4.2 GHz quad-core XFR)
Support Fréquence RAM
DDR4-1866 à -2677
Contrôleur RAM
Quad-Channel
Multiplicateur débloqué
Oui

Lignes PCIe

64 (4x vers le chipset)

GPU intégré

Non
Cache (L2+L3)8Mo + 32Mo
ArchitectureZen
Process14nm GlobalFoundries
TDP180W

Avec son tarif psychologique de 1000 dollars, le Threadripper 1950X – avec ses 16C/32T - représente le haut du panier dédié au marché des CPU de bureau. Les 1920X (12C/24T) et 1900X (8C/16T) complètent la famille. Comme le reste des processeurs Ryzen, les CPU Threadripper offrent plus de cœurs qu’Intel à tarif équivalent. Cette fois-ci, nous avons également droit à 64 lignes PCIe (dont quatre réservées à l’interconnexion avec le chipset) là où Intel n’en propose que 44 sur son Core i9-7980XE. Et celui-ci n’est même pas encore disponible.

De plus, AMD intègre ces 64 lignes PCIe sur toute sa gamme Threadripper alors qu’Intel en « retire » sur les Skylake-X les moins puissants. Les configurations multi-GPU se font plus rares de nos jours, mais certaines utilisations sont encore limitées par le nombre de lignes PCIe (création de contenus, streaming avec cartes de capture dédiées…).


Threadripper 1950X
Core i9-7900X
Threadripper 1920X
Core i7-7820X
Threadripper 1900X
Prix
$999
$999
$799
$599
$549
Interface/Chipset
TR4 / X399
LGA2066 / X299
TR4 / X399
LGA2066 / X299
TR4 / X399
Coeurs/Threads
16/32
10/20
12/24
8/16
8/16
TDP
180 W
140 W
180 W
140 W
180 W
fréquence de base (GHz)
3,4
3,3
3,5
3,6
3,8
fréquence Boost (GHz)
4,0 (4,2 XFR)
4,3 / 4,5 (TB 3.0)
4,0 (4.2 XFR)
4.3 / 4.5 (TB 3.0)
4.0 (4.2 XFR)
Cache L3 (L2+L3)
40 Mo
23.75 Mo
38 Mo
19Mo
20 Mo
Support mémoire
DDR4-2667
DDR4-2666
DDR4-2667DDR4-2666DDR4-2667
contrôleur RAM
Quad-Channel
Quad-Channel
Quad-ChannelQuad-ChannelQuad-Channel
Multiplicateur débloqué
OuiOui
OuiOui
Oui
Lignes PCIe
64
44
64
28
64

Le Threadripper 1950X fonctionne à une fréquence de base de 3,4 GHz, qui peut monter à 3,6 GHz lors des tâches lourdes et fortement parallélisées. Contrairement aux Ryzen classiques qui bénéficient d’un mode Precision Boost sur deux cœurs, celui des Threadripper peut pousser quatre cœurs à 4,2 GHz grâce à son design dual-die. Et comme les Skylake-X d’Intel, AMD offre un coefficient multiplicateur débloqué sur ses Threadripper, mais améliore l’overclocking et l’échelonnement de la tension en sélectionnant 5% des dies Zeppelin. En pratique, cela revient à permettre de diminuer légèrement la tension à fréquence égale par rapport aux Ryzen 7.

Chaque die Zeppelin embarque 16 Mo de cache L3, ce qui signifie que le Threaripper 1950X en possède 32 Mo. C’est sensiblement plus que les 24,75 Mo du Core i9-7980XE (18c/36T) d’Intel, et bien plus que les 18,25 Mo du Core i7-7900X proposé à un tarif similaire. Bien entendu, les latences du cache et la bande passante du cache L3 sont deux autres paramètres à prendre en compte, nous devrons donc mesurer et comparer les solutions proposées par les deux constructeurs.

L’architecture à deux dies d’AMD affiche en outre un TDP de 180W, plus élevé que les 165W des Skylake-X d’Intel. Bien entendu, le TDP ne reflète pas exactement la consommation avec tous les types de tâches. AMD apporte par exemple de très nombreuses fonctionnalités de réduction de la consommation d’énergie via sa suite SenseMI.

Un processeur avec un tel TDP demande forcement une solution adaptée de dissipation thermique, mais il n’existe hélas pas encore de systèmes de watercooling spécialement destiné au Threadripper. Afin de combler temporairement ce vide, AMD livre avec ses CPU un adaptateur Asetek permettant d’utiliser l’un des nombreux watercooling tout-en-un de la marque. Il y a également quelques ventirads de disponibles avec des bases adaptées couvrant la totalité de la capsule du processeur, en particulier chez Noctua.

Threadripper possède deux contrôleur mémoire dual-channel indépendants, un par die, qui se combinent pour offrir un support quad-channel avec des taux de transfert variés selon la configuration des bancs et du type de mémoire. La plateforme supporte la mémoire ECC et affiche une limite actuelle de 256 Go compte tenu des modules disponibles, mais peut supporter jusqu’à 2 To.

Ryzen Threadripper - Support mémoireMT/s
Quad-Channel/Dual-Rank/deux DIMMS par canal (8)
1866
Quad-Channel/Single-Rank/deux DIMMs par canal (8)
2133
Quad-Channel/Dual-Rank/un DIMM par canal (4)
2400
Quad-Channel/Single-Rank/un DIMM par canal (4)
2677

AMD interconnecte les deux dies Zeppelin via son Infinity Fabric, ce qui signifie que les données situées dans les banques mémoires éloignées souffrent d’une latence plus élevée. Le constructeur a donc pensé à intégrer deux nouveaux réglages – que nous allons détailler par la suite - qui permettent d’atténuer les défauts de cette architecture mémoire. Le Creator Mode permet d’utiliser la totalité des ressources mémoires et de calcul pour des tâches de productivité, tandis que le Game Mode essaie autant que possible de conserver les données le plus « proche » possible et force l’utilisation d’un seul die. L’idée de modes de fonctionnement dédiés est certainement nouvelle sur une plateforme de bureau, et cela demande en plus un redémarrage après modification, mais les gains de performance possibles en jeu en valent probablement la chandelle.

Le chipset X399 début sa carrière avec un nouveau socket TR4, mais c’est une plateforme haut de gamme qui trouve ses origines dans les datacenters. Autrement dit, les cartes mères TR4 vont forcement être plus onéreuses que les actuelles AM4, et pourraient même atteindre un tarif équivalent à celui des cartes mères basées sur un chipset Intel x299. AMD dispose cette fois-ci d’une longue liste de fabricants de cartes mères, tous prêts pour le lancement deThreadripper, évitant ainsi les déboires du lancement des premiers Ryzen.

Au cas où vous en douteriez encore, il s’agit bel et bien d’un produit haut de gamme. Dès l’emballage AMD se place loin devant Intel, fournissant même une clé dynamométrique avec son CPU !  D'ailleurs, si vous voulez admirer notre déballage de Threadripper, c’est par ici. Mais venons en au fait et voyons si les performances de Threadripper sont à la hauteur du battage médiatique.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
5 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • Razor-Wind
    En gros, c'est un bon CPU quoique avec une grille tarifaire de 1000 € et quelques, ce que tout le monde ne peut pas se permettre (tout le monde n'a pas la possibilité de mettre le prix d'un pc neuf dans un processeur), mais, et c'était relativement prévisible, le haut de gamme Intel conserve l'avantage pour les applications ludiques dans la plupart des cas.

    C'est tout de même une bonne chose qu'Amd revienne dans la course, on sent qu'Intel l'a compris et cela pourrait expliquer les fuites concernant une gamme de type 8700 K.

    La bataille des prochains mois s'annonce intéressante.
    0
  • TacKtyK
    c'est des tombereaux ces engins, un wc 120/140 mm ne suffit pas, au repos ça tire plus qu'un htpc de guerre, faut rebooter entre 2 types d'application, pas de drivers win7 pour le chipset x399, aucune carte mère tr4 n'offrira 4 slots pcie réellement cablés en 16x donc grand moment avec 4 gpu dont 2 n'ont pas la même bande passante
    0
  • chrislum
    C'est vrai mais actuellement, les cartes x399 ont 2 ports 16x et 2 ports 8x, ce qui est déjà énorme et comme la version Intel qui dans le meilleur des cas propose 2 ports 16x et 1 port 8x pour plus cher.
    Je pense que dans l'avenir, il se peut qu'il y est des cartes mères avec 3 ports 16x et 1 port 8x car cela est faisable.
    0
  • spamsv01
    Ce qui est navrant, c'est que quand intel te sort un cpu à 1800€ c'est tout à fait normal, c'est même limite pas cher !!!
    Par contre quand amd te sort un cpu plus puissant à 1000€, là c'est houlala c'est trop cher, mais qui vas ce payer ça !!!
    faut vraiment arrêter le fanboytisme intel, sa tu l'informatique et en plus ils se mettent une balle dans le pied !!!
    0
  • Mike_1
    C'est un excellent rapport qualité/prix il faut rester objectif sur toute la ligne. Couplé à une carte graphique professionnelle c'est meme une excellente nouvelle. Plus de puissance pour beaucoup moins cher. Un Must.
    0