Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

Disques durs 2.5" : plus c'est épais, mieux c'est ?

Disques durs 2.5" : plus c'est épais, mieux c'est ?
Par

Les fabricants de disques durs pour ordinateurs portables ont fait appel à un petit « truc » pour augmenter la capacité de leurs produits : alors que les modèles conventionnels, dont l’épaisseur est de 9,5 mm, ne permettent de stocker que deux plateaux dans un boîtier, les disques durs de 12,5 mm d’épaisseur peuvent en héberger trois. Si ceux-ci étaient à l’origine plus lents, ils affichent, depuis la dernière génération, la même vitesse de rotation que les modèles conventionnels. Les disques durs à trois plateaux sont donc aussi rapides que ceux à deux plateaux ; et cette évolution a des conséquences pour l’ensemble du marché des disques durs 2,5".

L’épaisseur, quelle importance ?

Là où le format (2,5", 3,5", etc.) détermine l’espace occupé et la taille des plateaux, l’épaisseur détermine la complexité du disque dur. La plupart des disques durs 2,5" pour ordinateurs portables, tous fabricants confondus, ont une épaisseur maximale de 9,5 mm. Il existe cependant des modèles plus fins destinés aux ultraportables, comme le Seagate Momentus Thin (7 mm d’épaisseur) ou plus épais, comme les disques durs à usage professionnel, qui font tous 15 mm d’épaisseur ; c’est par exemple le cas des Hitachi Ultrastar C, des Seagate Savvio ou encore des Toshiba MBD, MBE et MBF. Un boîtier plus épais peut accueillir plus de plateaux, ce qui se traduit automatiquement par une capacité plus importante mais également par une plus grande complexité.

Pourquoi maintenant ?

Le format 12,5 mm a toujours été considéré comme « assis entre deux chaises », dans la mesure où il n’est pas suffisamment épais pour les disques durs à usage professionnel mais où il est trop gros pour les portables.

Le marché est toutefois en pleine évolution. De plus en plus d’utilisateurs optent pour les desktop replacements, ces ordinateurs plus « transportables » que portables, pas assez épais pour permettre l’utilisation des disques durs 3,5" mais qui disposent tout de même d’une marge par rapport aux modèles 2,5" traditionnels ; les disques durs externes remplacent les disques optiques ; et les « box » avec disque dur, les enregistreurs vidéo et les nettops, qui deviennent de plus en plus courants, ont besoin de stockage à la fois économique et spacieux, généralement aux alentours d’un téraoctet. Pour tous ces nouveaux segments, les disques durs 2,5" à trois plateaux s’avèrent souvent idéaux.

Et ensuite ?

La grande nouveauté, c’est que les disques durs 2,5" de 12,5 mm d’épaisseur commencent à conquérir le marché des disques haute capacité sans pour autant être synonymes de performances en berne. Samsung avait lancé un disque de 500 Go contenant trois plateaux dans un boîtier de 9,5 mm, mais il semble que cette approche pose des problèmes ; si ce n’était pas le cas, nous en aurions vu débarquer d’autres.

Tous les disques durs 2,5" d’1 To commercialisés par Toshiba et WD contiennent trois plateaux et sont au format 12,5 mm, mais contrairement à leurs ancêtres (comme le Fujitsu MHZ2500BT, qui tournait à 4200 tr/min), ils affichent une vitesse de rotation et des performances tout à fait normales.

Nous avons décidé de comparer deux disques durs 2,5" de dernière génération ayant la même densité de stockage : un modèle 640 Go sur deux plateaux et un modèle 1 To sur trois plateaux. Y a-t-il une différence de performances ? Le modèle à trois plateaux consomme-t-il plus ? Nous avons les réponses.