Samsung 950 Pro : la nouvelle référence !

Ce jour est à marquer d’une pierre blanche dans l’histoire des supports de stockage. Le protocole NVMe (Non-Volatile Memory Express ou mémoire non volatile express) va remplacer l’AHCI sur un vaste éventail d’appareils, réduisant ainsi la latence et améliorant l’expérience utilisateur. On doit cette révolution au premier produit conçu spécifiquement pour un usage client, le Samsung 950 Pro. 

Voilà plusieurs années que les amateurs de stockage assistent impuissants à l’explosion des performances d’autres sous-systèmes sous l’impulsion d’avancées technologiques et de progrès de fabrication. Les disques durs ne sont jamais parvenus à se hisser à la cadence des processeurs, de la mémoire vive et des GPU. Les SSD compatibles AHCI ont certes réduit l’écart, mais se sont rapidement heurtés aux limites imposées par des interfaces obsolètes initialement conçues pour les disques mécaniques.

NVMe change la donne. Intel a récemment dévoilé que le protocole avait été conçu pour 3D XPoint. Mais cela n’a pas empêché les fabricants de SSD de l’adapter à des supports de stockage plus communs basés sur de la mémoire flash. C’est notamment le cas d’Intel qui a présenté une unité NVMe haut de gamme destinée à un usage client et utilisant un contrôleur onéreux et énergivore issu de sa gamme pour centres de données. Mais le 950 Pro est différent. Grâce à son format M.2, il présente une consommation inférieure à celle du SSD 750 d’Intel qui est limité aux formats 2,5" et carte d’extension de par les 12 V qu’il exige. Les technologies de ce type, même si elles sont initialement destinées aux entreprises, finissent souvent par se propager aux ordinateurs de bureaux, parfois maladroitement. Par exemple, de nombreux dispositifs pour centres de données requièrent une ventilation plus puissante. Dès le moment où vous les intégrez dans des ordinateurs de bureau, il convient de renforcer le système de refroidissement ce qui augmente le niveau de bruit.

Le 950 Pro se distingue également des SM951 et SM951-NVMe. Ce nouveau modèle est un produit grand public fourni avec des outils que Samsung a développé pour améliorer l’expérience utilisateur. Outre les pilotes, Samsung va mettre à disposition sa boîte à outils SSD maison intitulée Magician. La société a également développé un outil de clonage auquel vous aurez accès. À titre de comparaison, les SM951 sont conçus pour les clients OEM, et les produits du marché gris s’accompagnent rarement de pilotes et logiciels officiels. Les nombreux amateurs qui ont fait l’acquisition du SM951-NVMe ont dû se rabattre sur les pilotes fournis par Microsoft. Sans le logiciel NVMe publié récemment par HP, le pilote fait main basse sur près de 30 % des performances offertes par le SM951-NVMe. Contourner ce problème n’est pas à la portée de tous. Les produits grand public tels que le 950 Pro vont être salutaires à cet égard. 

Spécifications techniques

Le 950 Pro est disponible en versions 256 et 512 Go. Samsung indique qu’un modèle de 1 To dont la commercialisation est prévue début 2016 utilisera la technologie V-NAND MLC 48 couches. Celle-ci empilera davantage de cellules de mémoire sans toutefois diminuer le nombre de dies par wafer. Les deux 950 Pro présentés aujourd’hui utilisent la technologie V-NAND MLC 32 couches de Samsung. La production des modèles 48 couches ne débutera que plus tard dans l’année.

Le cœur du 950 Pro est constitué d’un contrôleur Samsung UBX, le même qui équipe les SM951 et SM951-NVMe. Il semblerait que Samsung ait utilisé ce contrôleur à tout va en 2015. Une version dédiée aux entreprises avec protection contre les pannes d’alimentation est également attendue plus tard dans l’année. Ce modèle s’intitulera SM953. Le contrôleur UBX est gravé en 32 nm et comporte trois cores ARM Cortex-R4 cadencés à 500 MHz. Le contrôleur gère huit canaux avec un entrelacement à huit voies. La correction d’erreurs étant de type BCH, nous ne pouvons pas concevoir que Samsung utilise de la mémoire flash TLC sans de profondes modifications. 

Comme vous le verrez, la version 512 Go du 950 Pro est plus rapide que sa variante de 256 Go, avec un taux de lecture séquentielle pouvant atteindre 2500 Mo/s et un taux d’écriture séquentielle de l’ordre de 1500 Mo/s. Ses performances en lecture/écriture aléatoire sont également impressionnantes. Selon Samsung, à une profondeur de file d’une opération, la lecture aléatoire peut afficher jusqu’à 12 000 IOPS. Ces chiffres séquentiels se basent sur une charge d’entreprise, ne vous attendez donc pas à observer un taux de 2,5 Go/s sur votre ordinateur de bureau. Néanmoins, ce SSD est très, très rapide. 

Les 950 Pro devraient également supporter un chiffrement intégral AES 256 bits avec eDrive et TCG Opal. Cette fonction n’était pas disponible sur notre modèle de test ; cependant, le modèle grand public devrait recevoir une mise à jour du firmware avant sa sortie ou peu de temps après. Le chiffrement AES n’est pas non plus disponible sur le SM951, mais nous n’avons entendu personne s’en plaindre.

Tarif

Le prix public recommandé est de 230 € pour la version 256 Go, tandis que la version 512 Go devrait être vendue aux alentours de 390 €. À titre comparatif, on se tournera naturellement vers l’Intel SSD 750 de 400 Go. Les deux produits Intel NVMe orientés client figurent dans nos tableaux comparatifs. 

Garantie

Les 950 Pro bénéficient d’une garantie de cinq ans limitée par la quantité totale de données écrites sur le support. La version 256 Go du SSD Samsung est limitée à 200 téraoctets écrits alors que cette limite grimpe à 400 téraoctets écrits pour la version 512 Go. Les 950 Pro possèdent une limite supérieure à celle du 850 Pro, soit un supplément de 50 téraoctets écrits pour la version 256 Go et de 100 téraoctets pour la version 512 Go. 

Accessoires

Le logiciel Magician permettant d’activer le « Rapid Mode » n’était pas encore disponible au moment de notre test. Samsung a toutefois affirmé que l’utilitaire serait rapidement publié. La société possède également son propre logiciel de clonage pour les SSD grand public. Il sera intéressant de voir comment Samsung gère le démarrage d’un système d’exploitation cloné depuis l’unité NVMe. Pour une transition en douceur, il pourrait s’avérer nécessaire d’effectuer quelques manipulations dans les paramètres du BIOS ainsi que dans le système d’exploitation d’origine. Sous Windows 7, cela pourrait notamment se traduire par l’installation d’un pilote NVMe. Le pilote Microsoft intégré à Windows 8.x et à  Windows 10 devrait faciliter quelque peu l’opération.

Le 950 Pro est exclusivement disponible au format M.2 2280. Il est accompagné des utilitaires précités ainsi que de deux autocollants Samsung SSD à appliquer sur votre ordinateur portable ou de bureau.

PLUS D’INFOS : Comparatif : 145 SSD
PLUS D’INFOS :
Actualités relatives au stockage
PLUS D’INFOS :
Forums relatifs au stockage

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
9 commentaires
    Votre commentaire
  • Euh quand je regarde le graph sur le gain dans les applications, je m’interroge de l'utilité actuelle de cette unité de stockage...je vais garder encore un peu mon 850pro...bon dernier des tests :bounce:
    0
  • Le 850 Pro reste évidemment un très bon SSD, inclus pour référence vu que le 950 Pro le remplace (au moins par le nom).

    Maintenant si tu regardes les débits en séquentiel, le gain est énorme.
    1
  • Très bon test comme d'habitude, très pointu et précis, merci !! Maintenant la seule question que je me pose, c'est est-ce que je vais attendre la version 1To, ou craqué dès maintenant pour la 512..?
    0
  • Vous n'abordez pas le problème de chauffe de ce produit, pourtant déjà identifié avant sa commercialisation.
    Une chauffe qui atteint les 90°, alors qu'un 850 pro dans un boitier bien ventilé atteint rarement les 30°.
    Tout ça pour dire que, si le SSD 950 fonctionne comme les condensateurs de leurs téléviseurs,
    il n'y pas de danger pour que j'achète ce genre d'article.
    0
  • c'est quoi ce test bidon? des arguments foireux genre le sata c'est pas performant tout ça genre "le ssd a certes réduit l'écart" alors que les ssd ont tout simplement multiplié par 50 la réactivité de nos machines! alors que c'est tout simplement le plus gros bond en avant depuis 30 ans! quand on voit les "journaliste" s'émerveiller des cartes graphiques quand elles progressent de 10% d'une génération à une autre....
    un prix 3 fois plus élevé pour des gains totalement marginaux (dans la vraie vie j'entends) vous trouvez ça génial vous? tomshardware serait-il sponsorisé par samsung?
    en plus c'est une traduction de l'anglais non? parce que "un usage client" dans le contexte c'est ridicule. tout comme "le pilote fait main basse...", c'est pas un francophone qui a pondu ça c'est pas possible.
    0
  • Pas totalement convaincu non plus. Les SSD ont fait passer la réactivité des ordinateurs du disque dur "Vélo/mobylette" à la voiture, mais après, s'esbaudir sur les qualités comparées de SSDs "Ferrari" ou "Bugatti" par rapport à un modèle "Pigeot" grand public, bof bof. C'est génial en lecture séquentielle "course sur circuit", mais pour M. tout le Monde qui va faire ses courses, aucune différence avec un SSD standard. Bien d'autres facteurs de ralentissement existent dans un ordinateur. Les 12 000 IOPS 4K en aléatoire, ça ne fait jamais qu'un débit de 48 Mbit/s, 6 Mo/s. Ouch, on est loin du To/s. C'est beau comme une pub de fournisseur d'accès. Et compatible uniquement W10 ?

    Pourquoi d'ailleurs ? Parce que les cellules Flash ont beau être très réactives par rapport à un disque dur mécanique, ça reste une technologie très lente. Le temps d'accès se compte au mieux en dizaines de microsecondes, loin des performances d'une cellule mémoire DRAM, pourtant considérée elle-même comme à la ramasse par rapport aux fréquences processeur. C'est le travail sur plusieurs puces en parallèle, notamment, qui a permis de sauver les meubles, en contrepartie d'ailleurs d'une récupération des données parfois hasardeuse.
    Si je ne dis pas trop de bêtises, le gros intérêt de la Flash au départ était sa non-volatilité, pas les performances pures (plus l'absence de pièces mécaniques, et aussi une compatibilité avec la fabrication silicium, ce que n'offraient pas les mémoires à bulles par exemple).

    Espoir : les nouvelles technologies ReRam (ou MRAM, etc.) (le 3D Xpoint ?) pourraient par contre changer la donne, si elles offrent des temps d'accès vraiment inférieurs à la Flash (connue aussi comme la vénérable EAROM des années 70-80s). Là on pourra avoir des performances proches d'un RAMdisk, sans le prix et autres défauts. Et si le reste de la machine suit.
    0
  • Depuis trois ans, je suis sous le charme des chiffres des débits des disque SSD, j'en ai testé personnellement, mais ils ont tous fini en retour, jusqu'à mettre en doute mon chipset et passer de H87 à Z97.

    Je ne suis pas à mon coup d'essai entre le SanDisk extrem 2 et les Samsung 840 pro et 850pro, le constat est toujours le même. J'installe un Windows 8.1 pro 64bits complet avec mes jeux et logiciels, dans l'utilisation, aucune différence avec mon disque dur Vélociraptor de western Digital sata 3.

    Mon dernier essai sous chipset Z97 avec le 850pro de Samsung. Le SSD mettait autant de temps pour faire les mêmes choses que le Vélociraptor, 20s pour afficher le mot de passe Windows 8.1, et 50s en tout pour lancer tout les applis, et fond d'écran animé. Pareille pour les jeux, montage vidéo avec power director etc.

    J'espérais que la Nand 3d, vu le discourt allait tout changer. Je pensais que les protocoles NVMe, allait changer la donner, entre pci et M2, mais en page 5 du test sous la rubrique "Benchmark en situation réelle via le logiciel PCMark 8", ca fait que confirmer, quelque soit la configuration, sata, RAID, pci, M2, le résultat est le même!!! pour lancer un jeux, une application, quelque soit le ssd, le port de connexion, ca ne change rien.

    Alors ma question est la suivante, a quoi sert un SSD??? Les débits sont surprenant ok, mais au final pour quoi faire, lancer Windows, des applis, de jeux plus vite, c'est pareille qu'un disque dur 10 000tr/min. Faire des échange de fichier (des copies depuis Windows en SSD OS c'est rare, Pour les copies perso, dans se type de cas, on fait souvent appelle à d'autre disque souvent mécanique pour le stockage, et du stockage mécanique au SSD os, c'est le plus lent qui prime)

    Est-ce que j'ai louper quelque chose? Est-ce que mes attends ne corresponde pas a une utilisation SSD??? Je suis le seul dans ce cas la???
    0
  • Ah si, il y a au moins une grosse différence : le bruit ! J'ai possédé un Raptor 74 Go il y a quelques années, c'est rien moins que discret ...
    Aujourd'hui, avec un SSD système, gros ventirads à faible vitesse de rotation, et alimentation semi-fanless, le composant le plus bruyant de ma machine reste le disque dur données (3 To, c'est encore un peu cher en SSD). Content quand il s'arrête.

    J'obtiens environ 35 s jusqu'à l'arrivée bureau (win 7-64, sur Asus P6T, toutes options de choix virées). Pas non plus une énorme différence avec un DD standard mais les 20-30 s gagnées restent bonnes à prendre.
    Et beaucoup plus net sur mon portable (avec un petit DD 5 400 rpm à l'origine).
    0
  • Performance qui passe de 361 (850 Pro) à 349 (950 Pro) sous Adobe Photoshop soit un gain de 3.2% seulement !
    Pas de quoi se gargariser sur la performance du 950 Pro. En fait, dans une utilisation sous Windows 10 sur un système performant, le 950 Pro n'apporte absolument rien, sauf des problème thermiques connus qui limiteront encore plus sa performance déjà misérable. Seuls des serveurs évolués peuvent prétendre bénéficier de la technologie NVME, et Intel l'a bien compris en équipant ses SSD NVME avec un système de refroidissement adapté.
    0