Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

66 ans de serveurs en images

66 ans de serveurs en images
Par , Rédaction Tom's France
Harvard Mark I

En 1930, alors que le terme « ordinateur » avait tendance à désigner un collègue muni d’une règle à calculs prêt à vous rendre service, IBM était alors principalement connu pour ses machines à cartes perforées. Cependant, la transition du statut d’acteur parmi d’autres sur le marché professionnel jusqu’à un quasi-monopole dans l’informatique est dû à une succession de visionnaires à la tête de l’entreprise, comme ce fut le cas avec Sir Thomas Watson.

Le Harvard représentait en effet une manifestation concrète de ses idées, bien que cette machine n’ait pas préfiguré les orientations technologiques qui suivirent. Reste que l’image vaut le détour ne serait-ce que pour mesurer le chemin parcouru depuis.

Tout a commencé en 1936 quand un chercheur d’Harvard, Howard Aiken, tentait de résoudre un problème relatif à la conception de tubes électroniques (une histoire un peu ironique comme on le verra plus loin). La progression de ses travaux était conditionnée par la résolution d’équations non-linéaires, sachant qu’aucun outil n’était alors en mesure de le faire pour lui. Aiken proposa donc à des chercheurs d’Harvard de créer un calculateur à grande échelle capable de résoudre ces équations. La demande ne fut pas bien reçue.

Aiken approcha ensuite la Monroe Calculating Company, qui elle aussi déclina la proposition. IBM était alors le suivant sur la liste. La proposition d’Aiken pouvait se résumer à un cahier des charges et non pas un vrai plan de conception, il incombait donc à IBM d’inventer de quoi satisfaire ces critères. Initialement estimés 15 000 $, les coûts ont rapidement atteint 100 000 $ lors de l’acceptation formelle de la demande en 1939. Au final, le Harvard Mark I aura couté à peu près 200 000 $.

Il aura fallu attendre 1943 pour voir ce monstre faire ses premiers calculs : 5 tonnes pour 15,5 mètres de long ! Nécessitant une synchronisation mécanique entre ses différentes unités de calcul, le Harvard Mark I était équipé d’un moteur cinq chevaux courant tout le long de la machine. Le « programme » se créait en branchant des câbles sur un panneau de connexion, suite à quoi les données étaient lues par le biais de cartes perforées pour aboutir à une impression soit sur des cartes perforées, soit sur des machines à écrire électriques. Même si l’on se référait aux standards de l’époque, le Harvard Mark I était lent : seulement trois additions/soustractions par seconde et même six secondes pour une seule multiplication. Les logarithmes et calculs trigonométriques prenaient chacun une minute.

Le Harvard Mark I était donc un cul de sac technologique et n’a pas été amené à calculer des données historiques durant ses quinze ans d’existence, mais il était ni plus ni moins que le tout premier ordinateur entièrement automatique. Bien qu’étant très lent, mécanique, et manquant de nécessités comme les branchements conditionnels, c’était un ordinateur, et il s’en dégageait un très léger aperçu de ce qui allait suivre.

NB : La plupart des serveurs mainframes présentés dans ce reportage sont américains, vu leur domination dans ce domaine. Si ce reportage se veut complet, il ne peut en effet être exhaustif, ce qui explique notamment l'absence du Colossus (mainframe Anglais qui servit à casser le code Lorenz pendant la seconde guerre mondiale) ou encore le Bull Gamma 60 du côté français.

Lire plus Lire moins
Afficher 12 commentaires.
Cette page n'accepte plus de commentaires
  • Wiiip , 15 juillet 2009 11:17
    Ca passe franchement pour de la pub sur la fin ...

    Néanmoins, je comprends enfin l'utilité de ces mainframes actuels : une excellente capacité à simuler beaucoup de serveurs classiques en même temps.

    Cela ne cache pas une vérité simple : un z10 coute le prix de 500 serveurs classiques, sans en avoir la capacité.
    (mais faut reconnaitre que ca prend moins de place, parce que ca coute cher la place :D )
  • Anonyme , 15 juillet 2009 11:33
    Y a-t-il moyen de récupérer l'article complet photos incluses pour des aspects pédagogiques (présentation écoles) ?
  • Anonyme , 15 juillet 2009 11:44
    Il existe un reportage littéraire sur la genèse du Eclipse MV/8000 de Data General, qui se voulait concurrent du Vax. Écrit par Tracy Kidder, le roman s'appelle "Eagle" en français (et "the soul of a new machine" en anglais), c'est une intéressante évocation de l'informatique industrielle de la fin des années 1970 : http://www.hyperbate.com/dernier/?p=2369
  • ALCACHOFA , 15 juillet 2009 12:16
    C'est vrai que le ton est très enthousiaste pour le z10, mais belle bête tout de même :D 
  • Johan_et_Pirlouit , 15 juillet 2009 14:27
    Très bon article d'histoire bien qu'un poil trop "pro-IBM"... Rien à propos des serveurs HP, Sun et consors (à processeurs RISC), par exemple...

    Sinon, pour le Colossus et le Bull Gamma 60 :
    - Colossus : http://fr.wikipedia.org/wiki/Colossus_(ordinateur)
    - Bull Gamma 60 : http://fr.wikipedia.org/wiki/Gamma_60 et http://www.feb-patrimoine.com/projet/gamma60/gamma_60.htm
  • Anonyme , 15 juillet 2009 16:57
    Ah puisqu'on parle du Gamma 60, voilà comment Science et Vie commentait le match IBM/Bull en 1957 : http://www.hyperbate.com/dernier/?p=6869
  • Anonyme , 15 juillet 2009 19:27
    manque le 370/158
  • Anonyme , 15 juillet 2009 20:22
    "On peut même oser la comparaison avec les diamants"
    Médaille d'or dans la catégorie Geek là :D 

    Ceci dit article très intéressant par un auteur passionné, merci :) 
    Article pro-IBM certes mais l'auteur ne cache pas qu'il y a travaillé et qu'il est resté fan.
  • Anonyme , 17 juillet 2009 13:49
    On ne dit pas grand chose sur les Cray et les Silicon Grapics... Je trouve que c'est un peu dommage...
  • Anonyme , 23 juillet 2009 10:05
    Excellent article, bien que pro-IBM, je dirais que c'est un excellent début qui mériterait d'être complété par bien d'autres serveurs marquants, au point d'en devenir une excellente idée de livre ! Une belle litérature bien éloignée de la traditionnelle auto-formation aux nouvelles technos ;) 

    Ceci dit, j'aimerais bien extraire cet article pour le conserver ... Il vaudra le coup d'être relu dans 10 ans, par mon neveu qui en aura 26 !
  • error-404 , 4 septembre 2009 13:26
    le monde evolus vite j'aimerais bien voir dans 100 ans l'informatique ce qu'il pourrais etre .

    1000 processeur core i7 qui tiens dans un micron 1micron :lol: 
  • Anonyme , 23 septembre 2009 14:35
    Imprimante IBM 1403 : 600 lignes/minute et non 600 lignes/secondes !