Accueil » Dossier » Cloud personnel : les meilleures solutions pour ramener ses données à la maison

Cloud personnel : les meilleures solutions pour ramener ses données à la maison

2 : Les fonctions de base 3 : Les autres critères de choix 4 : Quels sont les risques ?

Un Cloud personnel pour maîtriser ses données

Le Cloud, c’est un peu comme la prose : on l’utilise tous les jours sans s’en apercevoir. Sauvegarder son iPhone sur iCloud, envoyer automatiquement ses photos sur Facebook, partager un fichier via Dropbox, écouter de la musique depuis Google Music… tous ses usages passent par le cloud. Donc par des serveurs appartenant à des sociétés tierces, qui sont toutes la cible potentielle d’un vol massif de données ou qui connaîtront un crash catastrophique ou qui sont soumises à des lois peu respectueuses de la vie privée ou…

Pour toutes ses raisons et bien d’autres encore, il peut-être intéressant de reprendre en main la gestion de ses données personnelles. Et justement, les constructeurs de NAS ont redoublé d’efforts pour permettre à tout un chacun de se construire son propre petit cloud. Quelle marque offre la solution la plus complète ? La plus facile à mettre en place ? Voici notre comparatif.

Les NAS utilisés pour ce comparatif de Cloud

Évidemment, il existe une grande variété de modèles de NAS à tous les prix. Nous avons utilisé certains modèles de référence pour tester en détail leur solution logicielle de Cloud. Mais d’autres modèles des mêmes marques offriront des fonctionnalités identiques, à condition d’avoir la même version du système d’exploitation livré avec :

Synology : Disk Station Manager 6.0
QNAP : QTS 4.2
D-Link : D-Link Sharecenter 1.06
NetGear : ReadyNAS OS 6.2
Western Digital : My Cloud OS 3
Buffalo : LinkStation System

Un NAS, c’est presque un ordinateur !

Image 13 : Cloud personnel : les meilleures solutions pour ramener ses données à la maisonAvant toute chose, reprenons la base : qu’est-ce que c’est qu’un NAS ? Un Network-Attached Storage est un espace de stockage partagé sur un réseau, à la base local. Physiquement, la bête ressemble à un petit PC comprenant une, deux, quatre baies pour des disques durs et une carte mère. Le NAS se branche en Ethernet et apparaît directement dans la section « réseau » de l’explorateur de fichiers. La capacité de stockage du NAS est accessible à tous les PC du réseau, qui peuvent y stocker ou y récupérer des fichiers.

Voilà pour la base. Mais au fur et à mesure de l’évolution de la puissance de calcul de leurs processeurs embarqués, les NAS ont appris de nouveaux tours. Ils exécutent aujourd’hui de véritables petits systèmes d’exploitation et leurs fonctions de base peuvent être étendues par des applications optionnelles. Ils sont accessibles via internet, peuvent héberger des sites web, des serveurs mail, ou transcoder des vidéos à la volée pour les diffuser sur d’autres périphériques. C’est justement ce genre de fonctions évoluées que l’on mettra à profit pour créer son cloud personnel.

Un Cloud à la maison

Cloud personnel. L’expression est sexy, trendy, mais qu’est-ce que qu’elle veut dire ? Rien de bien nouveau en fait : il s’agit de monter chez soi un petit serveur qui concentrera toutes les fonctions de divers services payants ou gratuits : stockage de fichiers, partage de fichiers entre amis ou création de liens publics, création de galeries photo, streaming de vidéos ou de musiques, synchronisation d’un dossier entre plusieurs appareils, etc.

L’avantage principal du Cloud personnel est de reprendre le contrôle de ses données personnelles. Les données ne sont plus stockées sur les ordinateurs d’entreprises multinationales dans des localisations anonymes aux côtés de celles d’inconnus, elles sont « à la maison », au chaud. On n’est plus limité par les quotas de stockage gratuits ou payants, mais toujours restreints. On peut réunir sur une seule plateforme toutes les données de tous ses appareils et y accéder depuis la maison ou l’extérieur. On évite également les publicités, les pop-up, les cookies, etc. Bref, c’est le rêve.

En contrepartie, il faut consentir un important investissement de départ aussi bien financier (entre 200 et 500 € pour un NAS d’entrée de gamme et une capacité de quelques téraoctets) que temporel (la configuration de son nuage n’est pas immédiate).

Sommaire :

  1. Un Cloud personnel pour maîtriser ses données
  2. Les fonctions de base
  3. Les autres critères de choix
  4. Quels sont les risques ?