Accueil » Actualité » Cyberpunk 2077 : en 4K/Ultra sans DLSS, à peine 20 ips avec une RTX 3090

Cyberpunk 2077 : en 4K/Ultra sans DLSS, à peine 20 ips avec une RTX 3090

Heureusement, elle permet d’approcher les 60 ips avec le DLSS réglé sur le mode performance.

C’est le grand jour ; après moult reports et plusieurs mois de retard sur la date initialement prévue, Cyberpunk 2077 est disponible. Pour les joueurs PC, NVIDIA a dégainé son pilote Game Ready pour le titre de CD Projekt Red. L’entreprise fournit aussi quelques benchmarks pour ses cartes graphiques RTX. Le jeu bénéficie du DLSS ; et de nouveau, celui-ci va s’avérer indispensable.

La machine de test de NVIDIA embarque un processeur Intel Core i9-10900K (10 cœurs / 20 threads) et 32 Go de RAM. Elle ne tient pas les 60 images par seconde avec une RTX 3080 en Full HD / Ultra sans l’aide du DLSS. Ne parlons pas de la 4K, où sans DLSS, la RTX 3090 dépasse à peine les 20 images par seconde. De fait, il faudra faire quelques concessions au niveau des réglages si vous souhaitez profiter du titre en 4K. En effet, même avec le DLSS en mode performance, la porte-étendard des RTX 3000 ne parvient pas à délivrer 60 images par seconde.

CD Projekt met en jeu une unique RTX 3080 Cyberpunk 2077 Edition

Les PS4 et Xbox One en difficulté

À l’heure où nous écrivons ces lignes, il y a toujours un embargo sur les benchmarks indépendants. Mais soyez prévenus : les configurations préconisées par le studio polonais seraient assez optimistes. Nos confrères de Tom’s Hardware US avaient publié toute une série de benchmarks ; hélas, ils ont dû les retirer à la demande de CD Projekt, sous prétexte qu’ils n’étaient pas « représentatifs de l’expérience vécue par le consommateur » une fois le patch « Day Zero » appliqué. Dans le dossier, on apprend qu’une GTX 1060 avec 6 Go de VRAM, la carte pourtant recommandée pour du « 1080p High », permet de jouer à environ 40 images par seconde en Full HD.

Par ailleurs, pour ceux qui possèdent une console d’ancienne génération, Xbox One et PS4 « classiques », les premiers retours sont assez alarmants. Un journaliste d’un célèbre site français de jeu vidéo a notamment mis en garde les détenteurs de ces machines ; en effet, selon lui, ils hériteraient carrément de « versions sacrifiées ».