Accueil » Actualité » NVIDIA rend l’anticrénelage temporel adaptif, grâce au Ray Tracing

NVIDIA rend l’anticrénelage temporel adaptif, grâce au Ray Tracing

Des jeux plus fluides, moins flous et sans ghosting

Image 1 : NVIDIA rend l’anticrénelage temporel adaptif, grâce au Ray Tracing

NVIDIA annonce une nouvelle méthode de supersampling avec le Ray Tracing : Adaptive Temporal Anti-Aliasing (ou ATAA). Destinée aux jeux vidéo, cette méthode d’anticrénelage temporel (TAA) utilise un nouvel algorithme et la méthode d’éclairage de la technologie NVIDIA RTX. Son avantage est, grâce à sa propriété adaptive, de permettre de surpasser les défis de performance introduits avec le TAA, dans le cas de scènes en 3D changeant rapidement avec un taux de rafraichissement élevé. En gros, l’ATAA devrait éliminer les problèmes de flou et de ghosting du TAA.

Pas pour tout de suite

Image 2 : NVIDIA rend l’anticrénelage temporel adaptif, grâce au Ray Tracing
Pour les développeurs de jeux vidéo, NVIDIA note que l’ATAA permet d’atteindre une qualité d’image comparable au supersampling X8, pour le coup d’un délai d’image de seulement 33 ms (d’après les tests effectués avec une TITAN V et sous Unreal Engine 4). Malheureusement, cette technologie a encore du chemin à faire, il faudra un certain temps avec que cette technique soit maitrisée et implémentée dans de futurs jeux vidéo. De plus, afin d’en tirer profit, il faudrait que les joueurs soient équipés de cartes graphiques supportant NVIDIA RTX (et l’API DXR de Microsoft), ce qui n’est pour le moment le cas d’aucune carte graphique grand public (mais pourrait arriver dès le mois prochain).