Accueil » Test » PlayStation 4 : SSD ou disque dur ?

PlayStation 4 : SSD ou disque dur ?

2 : Quatre solutions de stockage sur le grill 3 : Benchmarks : temps de chargement 4 : Benchmarks : dans les jeux 5 : Le remplacement du disque dur est-il vraiment nécessaire ?

Introduction

En matière de stockage, Sony s’est souvent distingué par des solutions propriétaires pas forcément très intéressantes en termes de coût par Mo/Go : pour rester dans l’univers des jeux vidéo, on peut par exemple citer le memory stick de la PSP ou plus récemment les cartes mémoire de la PS Vita. Paradoxalement, le constructeur japonais s’appuie sur des formats courants pour ses consoles de salon, un choix que nous apprécions tout particulièrement du fait des possibilités de mise à jour aussi faciles que rapides. La PS2 acceptait ainsi les disques durs PATA 3,5 pouces, lesquels semblent franchement lointains aujourd’hui. La PS3 est quant à elle passée au SATA 2,5 pouces, choix qui a été reconduit pour la PS4.

D’origine, la PS4 embarque un disque dur de 500 Go (465 Go après formatage) qui octroie environ 57 Go au système d’exploitation ainsi qu’à divers logiciels. Entre le fait que les jeux au format Blu-Ray nécessitent maintenant une installation locale et l’essor des jeux dématérialisés, il nous semble que les 408 Go restants seront assez vite remplis au fur et à mesure que le catalogue de la console s’enrichira. Faut-il donc dès maintenant opter pour une solution de stockage à plus forte capacité, quitte à se contenter d’un autre disque dur ?

Sur le papier, il est tentant d’opter pour un SSD, d’autant plus qu’il est possible d’éviter les gros sacrifices en termes d’espace : on trouve par exemple le Samsung 840 EVO 500 Go à moins de 250 euros aujourd’hui. L’investissement n’est certes pas négligeable, mais si l’expérience utilisateur s’en trouve franchement améliorée, il serait d’autant plus défendable que le cycle de vie de la console devrait s’établir entre 5 et 10 ans.

Ceci étant dit, nous ne sommes pas nombreux à avoir envie de débourser près de 500 euros pour la console puis 250 euros pour un SSD avant même de parler jeux, ce qui nous fait donc revenir à l’arbitrage entre capacité et performances. Nous avons réuni quatre périphériques de stockage 2,5 pouces afin de trouver le meilleur équilibre possible.

Changer le disque dur : un jeu d’enfant

Comme pour n’importe quel remplacement de périphérique de stockage principal, l’ajout d’un disque dur vide suppose que l’on réinstalle le système d’exploitation. Avant cela, mieux vaut ne pas oublier de copier ses sauvegardes ou vérifier que ces dernières sont synchronisées sur le cloud si l’on est abonné PlayStation Plus. Bien entendu, il faut également recréer les installations locales de jeux au format Blu-Ray et/ou télécharger à nouveaux les jeux dématérialisés. Fort heureusement, Sony ne limite pas le nombre de téléchargements sur son service en ligne.

Une clé USB est indispensable pour copier le fichier d’installation du système d’exploitation (environ 900 Mo), lequel est disponible à cette adresse. Il suffit de le télécharger et de le placer dans le dossier PS4/Update/ que l’on crée à la racine de la clé USB. Attention à la version du système d’exploitation : Sony ne permet pas de revenir à une version antérieure à celle utilisée avant le changement de disque dur.

Image 1 : PlayStation 4 : SSD ou disque dur ?

Le remplacement du disque dur n’est franchement pas contraignant d’un point de vue matériel puisqu’un simple tournevis cruciforme suffit (voir notre guide). Dans un premier temps, il faut faire glisser le capot brillant de la console. Sous ce dernier, une unique vis cruciforme maintient la cage du disque dur : Sony est allé jusqu’à reproduire les emblématiques carré, rond, croix et triangle sur la tête de cette vis !

Le disque dur est quant à lui maintenu par quatre vis, sachant que des œillets en caoutchouc permettent de le découpler du châssis. La tolérance maximale est de 9,5 mm en hauteur, ce qui exclut les modèles 2 To et plus, mais laisse tout de même une grande liberté de choix parmi les disques durs et SSD.

Une fois le nouveau périphérique installé, brancher la clé USB et allumer la console : on peut soit appuyer pendant 7 secondes sur le bouton d’alimentation pour accéder au mode sans échec, soit laisser la console démarrer automatiquement en mode sécurisé pour ensuite être guidé étape par étape afin de réinstaller le système d’exploitation depuis la clé USB.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Quatre solutions de stockage sur le grill
  3. Benchmarks : temps de chargement
  4. Benchmarks : dans les jeux
  5. Le remplacement du disque dur est-il vraiment nécessaire ?