Accueil » Actualité » STMicroelectronics ne gravera pas en 10 nm

STMicroelectronics ne gravera pas en 10 nm

Image 1 : STMicroelectronics ne gravera pas en 10 nmL’entrée de l’usine ST de Rennes

STMicroelectronics a décidé de ne pas investir dans le 10 nm et il n’a rien de prévu dans cette finesse de gravure, selon son P.D.G Carlo Bozotti. Nous avons contacté STMicroelectronics qui nous a confirmé que les propos de son dirigeant furent énoncés lors de la dernière conférence portant sur les résultats financiers de la société. Par contre, contrairement à ce que Electronics Weekly raconte, la firme a catégoriquement démenti le fait que les jours de l’usine de Crolles en Isère soient comptés. La décision de ne pas graver en 10 nm n’a aucun impact sur le site français, mais elle soulève tout de même beaucoup de questions.

Un chapitre qui se ferme

STMicroelectronics est dans une position délicate. Son activité est vaste, comme le montre par exemple son usine à Tours qui est connue pour ses certifications aérospatiales, entre autres (cf. « STMicroelectronics : reportage chez un fondeur qui réussit en France »). Néanmoins, ses résultats sont en baisses et on ne peut s’empêcher de penser que la firme n’a pas su exploiter ses succès. Elle fut l’une des premières sur les MEMS pour terminaux mobiles grand public ou sur les puces mobiles pour smartphones, mais elle n’a pas su maintenir son avance. Aujourd’hui, le monde des SoC est dominé par MediatTek, Qualcomm, Samsung, et même Apple qui ne fournit pourtant que ses propres terminaux. On trouve aussi de moins en moins de MEMS STMicroelectronics dans les terminaux mobiles grand public à succès. On les a trouvés dans tous les produits Apple jusqu’à l’iPad mini Retina. InvenSense prend aujourd’hui leur place, comme on a aussi pu le constater lors du démontage du Galaxy S6 (cf. « Les Galaxy S6 et S6 Edge démontés »).

Le refus d’investir dans une finesse de gravure est un refus d’investir dans l’avenir

Nous sommes conscients que STMicroelectronics a encore beaucoup de clients et de sites, que son activité ne l’oblige pas à utiliser la dernière finesse de gravure du moment et que le 10 nm est loin. On peut néanmoins se demander ce que ce genre de décision signifie. Va-t-elle devenir fabless à long terme et qu’adviendra-t-il de ses équipes de recherche et développement travaillant sur les finesses de gravure ? Le refus d’investir dans une finesse de gravure est un refus d’investir dans l’avenir. STMicroelectronics pourra très bien sous-traiter sa production, mais depuis 2000 la société a perdu 88 % de la valeur de son action et on doute que dépendre de TSMC ou autres soit la solution pour retrouver le chemin de la croissance. Il suffit de demander à AMD comment s’est passé sa transition fabless pour le comprendre (cf. « Pas de bénéfices pour AMD au trimestre dernier ») ou de voir ce qu’IBM compte faire depuis qu’il a vendu ses usines à GlobalFoundries (cf. « IBM prêt à licencier 112 000 employés (26 % de son effectif) »). Avant de tirer des conclusions hâtives, notons tout de même que la firme va avoir son Analyst Day la semaine prochaine. Elle devrait profiter de ce rendez-vous pour adresser plus en détail ces questions et son avenir.