Accueil » Actualité » The Witcher 3 : l’histoire du downgrade

The Witcher 3 : l’histoire du downgrade

Image 1 : The Witcher 3 : l'histoire du downgrade

C’est un fait, The Witcher 3 est un jeu globalement beau quand on le met en perspective de l’immensité du monde qu’il nous propose. Pourtant, le visuel n’est pas forcément le même que celui montré il y a quelque temps. CD Projekt fait son mea culpa, tente de s’expliquer, et promet que les choses vont s’améliorer.

Le long report subi par The Witcher 3 n’aura donc pas suffit à lui assurer un lancement sans polémique. Au-delà des inévitables bugs reportés dans cet immense open world, c’est plus sur le fond que la critique s’est concentrée envers le développeur polonais. The Witcher 3 n’est en effet pas aussi clinquant que certains extraits aperçus dans le passé, et face à la polémique qui commence à enfler, CD Projekt a répondu aux interrogations chez notre confrère Eurogamer.

Pour Marcin Iwinski (co-fondateur du studio) il n’était pas possible de faire autrement : « Si vous regardez le processus de développement, nous faisons une build pour un salon et cela fonctionne, ça semble incroyable, mais vous êtes loin d’avoir terminé le jeu. Puis vous mettez la même chose dans un monde ouvert, quelle que soit la plateforme, puis vous vous dites : « oh mince, ça ne fonctionne vraiment pas ». Nous l’avons déjà montré, maintenant il doit fonctionner à une échelle plus grande. C’est la nature même du développement des jeux« .

Un downgrade difficile à admettre pour CD Projekt

L’intéressé a également précisé qu’une version PC seule n’aurait pas pu voir le jour à cause d’impératifs financiers étant donné que les ventes des versions PS4 et Xbox One sont trop précieuses lorsqu’on engage un développement long et coûteux comme celui-là. Visiblement affecté par cette polémique, Marcin Iwinski explique qu’il n’y a « ni mensonge ni mauvaise volonté » et rejette l’idée d’un downgrade. Il admet qu’il y a une différence depuis la vidéo des VGX 2013, ce qu’explique le studio par un changement opéré sur les systèmes de rendu. Une fois le jeu transposé dans un monde plus grand, il a fallu en changer, car ils ne fonctionnaient plus à une telle échelle. Le studio ne dit jamais que le nouveau moteur de rendu est inférieur. Néanmoins, si on lit entre les lignes, des changements graphiques ont sacrifié les détails pour donner la priorité à un monde plus grand et un meilleur taux d’images par seconde. De plus, nous tenons à rappeler que l’éditeur a aussi publié une foule de bandes d’annonce et démonstrations du gameplay avant la sortie du jeu (cf. « The Witcher 3 : les 15 premières minutes en vidéo ») et que ces vidéos sont fidèles à ce qu’il a livré, comme vous pouvez le voir entre autres dans l’extrait ci-dessous. Bref, la polémique tourne autour d’un clip d’une minute trente qui date de deux ans.

Image 2 : The Witcher 3 : l'histoire du downgrade

CD Projekt Red rappele le côté humain du projet

Les mots de conclusion du co-fondateur du studio sont à la fois empreints d’une certaine peine voire de colère, mais aussi d’espoir revanchard au sujet de l’avenir du jeu :

« Nous ne sommes pas vraiment à l’aise vis-à-vis de ça et je le prends d’une manière très personnelle. Si vous y jouez et que vous êtes insatisfaits, alors cela nous touche et allons faire de notre mieux pour améliorer le jeu. En revanche, si vous n’y avez pas touché et trollez, réfléchissez-y à deux fois. De notre côté, nous ne voyons pas cela comme un problème, parce que nous avons travaillé dur jusqu’aux derniers instants, et actuellement, nous en sommes à devoir nous justifier. Au regard de nos valeurs, se cacher est bien la dernière chose que nous voulons faire. Quant à ceux qui ne sont pas entièrement convaincus, je les invite à attendre de voir ce que nous allons sortir niveau patchs et mises à jour« .

Terminons en précisant que la metanote de The Witcher 3 est plus qu’excellente, puisqu’au moment où nous écrivons ces lignes, il récolte une appréciation moyenne de 92% sur Metacritics. Une preuve que la polémique ne doit jamais se substituer au plaisir de jeu.

The Witcher 3 à la télévision américaine