Vidéo : comment tricher dans 3DMark pour gonfler ses résultats

Les résultats ne sont plus surs.

Olha isso (Look at)! Melhore seu score (Improve your score) – LOD

Ronaldo Buassali, un overclockeur professionnel travaillant pour Galax, a découvert une faille permettant de tricher dans le benchmark TimeSpy de 3DMark pour obtenir un score plus important. L’idée est de simplement changer les paramètres des pilotes juste avant le lancement du test, comme le montre la vidéo ci-dessus en portugais (il y a des sous-titres en anglais pour les plus téméraires).

À lire aussi :
Comparatif : les cartes graphiques du moment au banc d’essai

Tromper le système

Lorsqu’un utilisateur exécute Time Spy, le logiciel vérifie le niveau de détail graphique défini par les pilotes du GPU, puis analyse le taux d’images par seconde du benchmark, afin de déterminer le score reflétant les performances du PC. M. Buassali a découvert qu’il était possible de définir un niveau élevé, puis de l’abaisser juste après la vérification des pilotes par TimeSpy, mais juste avant le lancement du test. Au final, le logiciel trompé accorde un score plus important, pensant que le benchmark tournait un niveau plus élevé que la réalité. Dans ses tests, l’overclockeur a réussi à gonfler le score graphique de Time Spy de 600 points.

Une portée importante

La portée du problème est importante, car elle remet en question la validité de tous les records actuels. En effet, il est impossible de dire si d’autres overclockeurs ne tirent pas avantage de cette faille. Heureusement, Futuremark explique que Galax l’avait déjà contacté et qu’un correctif serait sur le point d’être déployé. Malheureusment, l’éditeur ne semble pas être le seul touché, puisque les tests d’Unigine et d’Allbenchmark seraient aussi concernés.