Nintendo Switch 2 : à quoi s’attendre pour la future console de jeu du géant nippon ?

Après sept ans de bons et loyaux services, il est temps que la Switch tire sa révérence. Nintendo en a conscience et prépare sa succession, la Switch 2. En revanche, la firme reste très mystérieuse à son sujet, que peut-elle bien réserver ? S’agira-t-il d’une console dans la continuité de la première machine ou bien un appareil novateur ?

Sommaire
Nintendo Switch
© Nintendo

La console la plus vendue de Nintendo commence à se faire vieille, en témoigne le portage de Hogwarts Legacy. C’est une certitude, la Switch doit laisser sa place à la génération suivante. Cependant, compte tenu de son succès retentissant, la prochaine console peut-elle être à la hauteur ?  

De nombreuses attentes pèsent donc sur les épaules de la Switch 2. Si son existence ne fait plus aucun doute, Nintendo ayant vendu la mèche sur X, la machine conserve ses secrets. Très mystérieuse, il n’est pas simple de démêler le vrai du faux concernant cette future console.  

De nombreuses rumeurs sont parfois contradictoires et l’émulation que provoque déjà la console n’aide pas particulièrement. Pour faciliter les choses, nous avons regroupé toutes les informations disponibles sur la future Switch 2 : capacité graphique, date de sortie, catalogue de lancement… Découvrez tout ce qu’il y a à savoir sur le futur hit de Nintendo.

Nintendo Switch

Avec paire de Joy-Con Rouge Néon et Bleu Néon

Image 1 : Nintendo Switch 2 : à quoi s'attendre pour la future console de jeu du géant nippon ?
  • Nintendo Switch
    266.08€
  • Amazon
    266.08€
  • E.Leclerc
    266.09€
  • Carrefour
    266.17€
  • Cultura
    269.99€
  • Cdiscount
    269.99€
  • RueDuCommerce
    278.07€
  • Boulanger
    289.99€
Plus d’offres

Quelle date de sortie pour la Switch 2 ?

Nous serons sûrement bientôt fixés, puisque l’hypothèse d’un lancement d’une Switch 2 en 2024, potentiellement accompagnée d’une nouvelle DS, avait été avancée. Si beaucoup misaient sur un lancement à la première moitié de l’année cette date aurait été depuis repoussée par Nintendo.

Fin juin de l’année passée, Shuntaro Furukawa, président de Nintendo, faisait une allusion directe à la Switch 2 à propos des comptes Nintendo. À cette déclaration se sont ensuite ajoutées des informations en provenance de Foxcon, puis de Pixart : dans leurs rapports financiers, ces deux sociétés, fournisseurs historiques de pièces pour les consoles de la firme nippone, font état d’une nouvelle machine prévue en 2024. Dans les deux cas, il est plus précisément question d’une sortie de la Switch 2 au cours du premier semestre 2024.

Alors que des rumeurs suggéraient qu’un Nintendo Direct diffusé en mars serait une occasion pour la firme d’enfin dévoiler sa console, il n’en fut rien. Finalement la date de sortie de la console ne fait que s’éloigner. Malheureusement, la Nintendo Switch 2 ne serait pas prévue avant 2025.

nintendo switch 2024

De plus, lors d’un échange avec les investisseurs, Nintendo a annoncé que la Switch, première du nom, sera supportée jusqu’en 2025. D’ordinaire, les constructeurs sortent leur nouvelle console avant d’arrêter la publication de jeu sur la génération précédente.

Cependant, selon Bloomberg, la console ne sortirait pas avant 2025. Nintendo aurait pris la décision de repousser sa machine et prévenu les éditeurs de jeux : il va falloir attendre avant de profiter de la Switch 2. Malheureusement au fur et à mesure que 2024 avance, cette tendance se confirme et il est peu probable de voir la console débarquer avant mars 2025 au plus tôt.

En revanche, tout le monde devrait pouvoir avoir sa console. Nintendo voudrait empêcher les scalpers de nuire lors du lancement de la Switch 2. Pour ce faire, l’entreprise souhaiterait augmenter la production de la console de telle façon qu’une pénurie de la machine serait improbable.

Switch 2 : toujours une console hybride ?

L’une des principales interrogations concernant la future console est Switch 2 ou nouveau concept ? Nintendo peut simplement lancer une version plus puissante de sa console, tout en conservant le caractère hybride de la machine ; ou alors, revenir vers une console de salon traditionnelle.

Difficile de nier que l’une des principales forces de la Switch réside dans son hybridité : beaucoup d’utilisateurs plébiscitent cette console simplement parce qu’elle leur permet de jouer dans les transports par exemple, puis de poursuivre simplement leur session en mode dock sur téléviseur une fois chez eux.

Opter pour une console 100 % portable ou 100 % console de salon pourrait ainsi être perçu par beaucoup comme une régression et limiter l’attrait de la future machine. À notre avis, il serait très difficile pour Nintendo de se passer du concept même de Switch et de revenir en arrière. D’ailleurs, un nouveau brevet découvert récemment sous-entend que l’entreprise aurait quelques idées pour rendre le dock de la console plus ergonomique.

Dock Switch 2
Brevet du potentiel dock de la Switch 2 ©Nintendo

En outre, une « simple » console de salon se prendrait de plein fouet la concurrence des PlayStation 5 et Xbox Series X / S ; Nintendo n’a peut-être pas envie de s’aventurer sur ce terrain. Naturellement, les ingénieurs de l’entreprise ont peut-être une idée nouvelle en tête pour nous surprendre.

Du changement pourrait également avoir lieu en ce qui concerne la prise en main de la machine. Selon des informations provenant de revendeurs d’accessoires, Nintendo essayerait d’innover en ce qui concerne les Joy-Con de la Switch 2. Ces petites manettes ne seraient plus accrochées via un système de rail comme la Switch actuelle, mais plutôt par des attaches magnétiques.

Si cela peut sembler une idée intéressante, elle soulève également quelques questions. La durabilité et la fiabilité seront-elles au rendez-vous ? Les aimants seront-ils assez puissants pour maintenir les fameux Joy-Con en place ?

Des kits de développement fournis à certains partenaires : retour à une dalle LCD ou écran OLED ?

Les kits de développement de la nouvelle console Nintendo seraient déjà chez les développeurs. Malheureusement, aucun indice sur la puissance des kits en question n’a fuité, mais certaines informations clefs sont en revanche connues.

La première, c’est le maintien d’une prise en charge des cartouches de jeu : la nouvelle console de Nintendo supporterait toujours les jeux physiques.

La seconde concerne l’écran – et valide donc l’hypothèse d’une console conservant son aspect hybride et autonome. Alors que Nintendo a lancé une version OLED de la Switch en octobre 2021, la Switch 2 pourrait initialement retrouver un écran LCD afin de minimiser les coûts de production et par extension, le prix de vente de la machine. Cette allégation est toutefois à prendre avec des pincettes : elle a été récemment contredite par un rapport évoquant des commandes de dalles OLED passées auprès de Samsung Display.

Nintendo_Switch
Nintendo Switch OLED © Nintendo

La troisième a trait à la présentation qui s’est tenue à la Gamescon 2023 : au moins deux démos techniques auraient été présentées, l’une de Zelda BOTW à des fréquence d’image et définition bien supérieures à celles de la Switch, mais surtout de The Matrix Awakens. Cette démo technique Unreal Engine 5, présentée en 2021 sur PlayStation 5 et Xbox Series pour illustrer la puissance des consoles de 9e génération ainsi que la qualité de rendu du moteur d’Epic Games, impliquait à la fois du ray tracing et du DLSS.

La question de la rétrocompatibilité et du Nintendo Online

Étant donné la richesse de la ludothèque de la Switch, avec des jeux primés tels que Super Mario Odyssey ou encore The Legend of Zelda: Breath of the Wild, se pose la question de la rétrocompatibilité. Cette décision relève à la fois d’un choix commercial et matériel.

La future console de Nintendo devrait en tout logique adopter un nouveau SoC. Celui-ci pourrait rendre une rétrocompatibilité directe impossible avec les jeux conçus pour le Tegra X1 ; cette puce lancée en 2015 mobilise des cœurs CPU Arm et un processeur graphique basé sur l’architecture Maxwell.

Nintendo a donc quatre options à sa disposition pour proposer la rétrocompatibilité :

  • L’émulation, comme le font les Xbox Series X / S. Principale limite : un hardware suffisamment puissant.
  • Un mode de support natif, décidé en amont avec NVIDIA. La quantité de travail nécessaire dépendrait fortement des caractéristiques du futur SoC.
  • L’intégration du SoC Tegra X1, en plus du SoC principal, au sein de la nouvelle console. Cela aurait des répercussions sur la facture. Il y a toutefois deux précédents chez Nintendo : la Wii pour les jeux GameCube, et la GBA pour les jeux GB.
  • Une prise en charge logicielle, avec des mises à jour appliquées à chaque jeu. Seulement avec plus de 4000 titres, nous supposons que seuls quelques-uns y auraient droit.
cartouche switch
©Jacob Spaccavento / Unsplash

La rétrocompatibilité pour les jeux physiques serait bien sûr conditionnée par le format des cartouches. Or, si le support physique est bel et bien confirmé, le format qu’utilisera la Switch 2 est pour le moment inconnu.

À lire également : notre sélection des meilleurs jeux Nintendo Switch

Une transition en douceur grâce au Nintendo Online

Lors d’une réunion avec les investisseurs qui s’est tenue en juin dernier, Shuntaro Furukawa a détaillé comment Nintendo envisageait de conserver ses joueurs. Le président de l’entreprise a déclaré que la transition vers la prochaine génération s’appuierait en grande partie sur le compte Nintendo et le Nintendo Online. Shuntaro Furukawa a expliqué que par le passé, le matériel était l’unique moyen pour l’entreprise de maintenir le lien avec les clients, et que la sortie d’une nouvelle console signifiait rebâtir cette relation à partir de zéro.

nintendo switch online snes game

Or, désormais, avec 290 millions de comptes Nintendo, le lien ne se fait plus seulement par le biais du hardware. « Dans le cadre de la transition de la Nintendo Switch vers la console de nouvelle génération, nous souhaitons nous assurer que les clients peuvent effectuer une transition en douceur tout en continuant à utiliser leurs comptes Nintendo », a expliqué Shuntaro Furukawa. A ce stade, ces termes restent relativement vagues et n’explicitent pas comment Nintendo envisage cette « transition en douceur ».

La Wii U, un cas de jurisprudence pour Nintendo ?

Quoi qu’il en soit, l’expérience Wii / Wii U pourrait dissuader Nintendo de proposer une « simple » Switch 2. La Wii U reste à ce jour l’un des plus gros flops de la marque, avec à peine plus de 13 millions de consoles vendues, contre plus de 100 millions pour la Wii.

Les raisons de cet échec sont multiples. Les clients n’ont peut-être pas tous compris les différences entre les deux consoles. Ou alors, ils ont simplement jugé que la première console répondait amplement à leurs besoins. Dans tous les cas, Nintendo a probablement appris de ses erreurs. Gageons que si Switch 2 il y a, elle sera suffisamment différente de la Switch pour se différencier et susciter le désir des clients.

Une Switch 2 plus puissante, mais dans quelle mesure ?

La console de Nintendo est propulsée par une puce Nvidia Tegra X1 / X1+ selon la version. Cette puce n’est plus de première jeunesse : sortie en 2015, elle possède un GPU GM20B, à 256 cœurs, sous architecture Maxwell, et quatre cœurs CPU ARM Cortex-A57, dont la conception remonte à 2012. TSMC grave le Tegra X1 en 20 nm, le X1+ en 16 nm.

Image 2 : Nintendo Switch 2 : à quoi s'attendre pour la future console de jeu du géant nippon ?
Le die du Tegra X1 (Fritzchens Fritz – CC0 1.0)

Forcément, en 2024, à l’ère des GPU Ada Lovelace en 4 nm et de l’architecture Armv9, il y a de la marge pour élaborer une console bien plus puissante, même dans la limite d’un SoC à 15 W de TDP, et sans faire exploser les coûts de fabrication (d’après certains analystes, Nintendo aurait en tête un prix de vente de 400 dollars pour sa future console).

Par ailleurs, l’intégration de technologies type DLSS donnerait un gros coup de pouce à la prochaine console de Nintendo pour proposer de la 4K upscalée sur téléviseur. En revanche cette définition ne pourrait être atteinte sans concessions, notamment en ce qui concerne les performance qui ne pourrait pas dépasser les 30 FPS. Cela remet en question l’intérêt de la 4K, surtout pour un constructeur comme Nintendo qui cherchent souvent à atteindre un framerate proche des 60 FPS.

Une Switch 2 aussi puissante qu’une PlayStation 4 ?

Côté composants, les rumeurs se suivent et se contredisent régulièrement ces derniers mois ; difficile dès lors d’affirmer avec certitude quels choix techniques Nintendo va faire pour sa Switch 2. Ainsi, si on espérait dès septembre 2022 l’intégration d’un SoC Tegra 239 avec 2 048 cœurs CUDA, pour des performances FP32 de 4 TFLOPS, des indiscrétions moins optimistes évoquaient plus récemment “seulement” 1 280 cœurs GPU, voire 1536 CUDA Cores au maximum.

Quoi qu’il en soit, il faudra forcément tabler sur une puissance bien inférieure aux 10 TFLOPS des Playstation 5 et Xbox Series X. Au mieux, une puissance de 4 TFLOPS équivaudrait à celle d’une Xbox Series S. Mais ce serait déjà beaucoup pour une console portable grand public : le cas échéant, la Switch 2 serait environ 10 fois supérieure à celle de la Switch actuelle ; autrement dit, le bon générationnel serait bien au rendez-vous.

Malheureusement, de nouvelles rumeurs suggèrent que la différence de performance entre le mode salon (dans le dock) et le mode nomade serait assez importante. En effet, les capacités de la Switch 2 seraient bridées lors d’une utilisation portable. Par exemple, la cadence du GPU serait réduite à seulement 800 Mhz contre environ 2400 ou 3200 Mhz en mode docké.

Concernant le CPU et la RAM, on parle actuellement de 8 cœurs Cortex-A78 (dont un réservé à l’OS) et 8 à 12 Go de mémoire LPDDR5 ou bien de 12 Go de RAM LPDDR5X (selon les sources). Là encore, ce serait un bon considérable par rapport aux 4 cœurs Cortex-A57 et aux 4 Go de mémoire vive de la Switch. En outre, la prise en charge du NVIDIA DLSS et du ray tracing par la partie graphique, a priori sous architecture Ampere (GeForce RTX 30 Series) avec quelques ajouts provenant des RTX 40 Series (moteur NVDEC, gestion de l’énergie…), semble bien au programme comme illustré par la démo UE5 The Matrix Awakens. Il faudrait en revanche faire une croix sur le DLSS 3.5.

nintendo switch2 specs leak
©RedGamingTech

Pour finir, dans le contexte de l’arrivée de la franchise Call of Duty sur une console Nintendo, des propos adressés par Bobby Kotick au président de Nintendo ont apporté des précisions sur la puissance de la future console. Dans un document, le PDG évoque, à propos d’une “nouvelle génération de Switch”, un alignement sur les performances des consoles de 8e génération ; autrement dit, des PlayStation 4 et Xbox One.

La version standard de la PlayStation délivre 1,8 TFLOPS ; la Xbox One de base, 1,3 TFLOPS. Les Xbox One X et PlayStation 4 Pro, toujours considérées comme des consoles de 8e génération, montent toutefois à 6 TFLOPS et 4,2 TLFOPS respectivement. Autant dire que le curseur est large.

Switch 2 : une console dans la continuité ?

Pour résumer, concernant le concept, nous ne sommes bien sûr pas à l’abri d’une surprise de la part de Nintendo. Néanmoins, vous l’aurez compris, la future machine paraît bien partie pour conserver son caractère hybride ; aussi parce que cette caractéristique est un bon moyen de se différencier et de jouer sur deux tableaux.

Plus récemment, un brevet de Nintendo a mis au goût du jour une nouvelle console dotée de deux écran. Néanmoins, la firme japonaise a rapidement mis fin aux rumeurs sur la Switch 2. Lors d’un échange officiel avec les investisseurs, le PDG Shuntaro Furukawa a précisé qu’un brevet ne garantit en rien la présence d’une technologie au sein de la Nintendo Switch 2. Pour autant, il n’a pas complètement fermé la porte à cette idée. De quoi laisser subsister le doute.

brevet nintendo ds 2023
©Nintendo

Grâce à sa légèreté et à son autonomie, la Switch est une excellente console portable. C’est aussi une bonne console de salon, qui remplit parfaitement son rôle de console familiale, en offrant notamment la possibilité de jouer jusqu’à huit en local. Au fond, la Switch n’a qu’un gros défaut en 2024 : son hardware obsolète. Le remède le plus efficace et le moins risqué : une Switch 2 armée d’un SoC plus puissant. Associée au DLSS, une puce nouvelle génération permettrait d’améliorer la qualité visuelle par rapport à la machine actuelle, et bien sûr d’augmenter le framerate et / ou la définition (les deux idéalement).

Console Nintendo Switch Oled Blanche Édition The Legend Of Zelda: Tears Of The Kindgom Avec Joy-Cons Dorés
Image 3 : Nintendo Switch 2 : à quoi s'attendre pour la future console de jeu du géant nippon ?
  • Console Nintendo Switch Oled Blanche…
    414.90€
  • Pixmania FR
    414.90€
  • Cdiscount
    428.65€
  • Fnac
    436.62€
  • Amazon
    441.60€
  • RueDuCommerce
    445.05€
  • Cultura
    519.98€
  • Darty
    561.42€
Plus d’offres

👉 Vous utilisez Google News ? Ajoutez Tom's Hardware sur Google News pour ne rater aucune actualité importante de notre site.

Votre Newsletter Tom's Hardware

📣 Souscrivez à notre newsletter pour recevoir par email nos dernières actualités !