Accueil » Test » AMD Radeon RX 6900 XT : un fleuron un peu décevant

AMD Radeon RX 6900 XT : un fleuron un peu décevant

Troisième déclinaison de l’architecture RDNA2 d’AMD, la Radeon RX 6900 XT débride-t-elle vraiment le ray-tracing et le jeu sans concession en 4K UHD, face à la génération Ampere ? Réponse, dans notre test complet !

Et de trois ! Empruntant le cheminement inverse de Nvidia, qui avait commencé par le plus lourd et féroce, avant de réduire la voilure de ses GeForce de génération Ampere, AMD monte en gamme et propose aujourd’hui le porte-étendard de son architecture RDNA2. Après s’être confronté aux GeForce RTX 3070 et RTX 3080 avec les Radeon RX 6800 et 6800 XT, c’est donc au tour de la Radeon RX 6900 XT de poser un rival à la RTX 3090 et de montrer l’étendue de son potentiel. 

Image 1 : AMD Radeon RX 6900 XT : un fleuron un peu décevant
Crédit : Galaxie Media / Igor’s Lab

Une précision avant d’aller plus loin, si elle était nécessaire : on évolue ici dans le marché des cartes graphiques à plus de mille euros … ou qui le tutoient au centime près. Plus clairement, 999 euros pour la Radeon RX 6900 XT de référence, contre 1 549 euros pour la GeForce RTX 3090. Nous y reviendrons plus largement dans la suite de ce dossier, au risque de déflorer nos conclusions, mais une certaine lassitude nous gagne, face au panorama du marché actuel. Réel positionnement tarifaire in fine, disponibilité des cartes… Jamais il n’aura été aussi difficile de se procurer une carte graphique que l’on convoite, au tarif auquel elle est censée être proposée. Le phénomène touche tous les types de marché, y compris celui des consoles next-gen, mais qu’importe : la Radeon RX 6900 XT sort à 15h ce mardi 8 décembre 2020, et on prend les paris qu’elle sera déjà à plus de 1 400 euros une minute plus tard.

Image 2 : AMD Radeon RX 6900 XT : un fleuron un peu décevant
Crédit : Galaxie Media / Igor’s Lab

Mais trêve de mauvais esprit : au-delà de cette pure mise en garde, chers lecteurs qui ne méritez pas d’être victimes d’une spéculation largement manipulée par des armées de bots (et dont les constructeurs se seraient probablement bien passés !), la Radeon RX 6900 XT présente aussi de réjouissantes perspectives technologiques. Éclairons-les sans plus tarder.

RDNA2 : le ray-tracing et la symbiose avec les CPU Ryzen

Ce troisième rejeton de la gamme des Radeon RX 6000 permet d’explorer un peu plus le potentiel de l’architecture RDNA2 qu’elle introduit. Pour rappel, elle offre, à l’instar des processeurs Ryzen d’AMD, une grande modularité ce qui permet de la décliner en quantité de modèles plus ou moins bridés. 

Image 3 : AMD Radeon RX 6900 XT : un fleuron un peu décevant
Crédit : Galaxie Media / Igor’s Lab

À ce titre, la Radeon RX 6900 XT apparaît donc comme le modèle « extrême » de la gamme, avec quatre shader engines, dotés de 10 double unités de calcul chacun – pour un total de 80 unités de calcul (CU) au total, avec 5 120 Stream Processors. À titre de comparaison, les Radeon RX 6800 et RX 6800 XT embarquent, respectivement, 60 et 72 CU, avec 3 840 et 4 608 Stream Processors. Une granularité de la gamme qui n’est pas sans rappeler les écarts entre les RTX 3060 Ti, 3070, 3080 et 3090, du côté de Nvidia.

Dans sa présentation à la presse, tenue il y a quelques jours, AMD segmente ainsi sa gamme : la Radeon RX 6800 pour des « expériences élevées », la RX 6800 XT pour « un rendu visuel plus saisissant » et la RX 6900 XT qui nous intéresse aujourd’hui pour « des performances surpuissantes ». En clair : la dernière-née vise le jeu 4K UHD, ou 1440p en ray-tracing aux paramètres maximum

Architecture commune oblige, la Radeon RX 6900 XT profite de toutes les nouveautés majeures de RDNA2. Compatibilité avec DirectX 12 (Mesh Shaders, Sample Feedback, Variable Rate Shading…), unités de calcul dédiées au ray-tracing, technologie Smart Access Memory (SAM)… Les nouvelles fonctionnalités sont loin d’être anecdotiques et tirent considérablement la gamme vers le haut. Tout en apportant des innovations que l’on ne retrouvait que chez la concurrence pour l’heure, comme le ray-tracing matériel évidemment.

Image 4 : AMD Radeon RX 6900 XT : un fleuron un peu décevant
Crédit : Galaxie Media / Igor’s Lab

Concernant SAM, il s’agit d’une technologie visant à améliorer l’accès à la mémoire graphique par le processeur central. Concrètement, il s’agit de redimensionner l’adressage des ressources, à travers l’exploitation d’une caractéristique du standard PCI-Express. Le canal CPU-GPU peut ainsi accéder directement à la totalité de la mémoire graphique, sans passer par des solutions logicielles et sans se heurter à la limite précédente de 256 Mo. Attention toutefois : pour l’heure, cette fonctionnalité sera limitée aux seuls chipsets 500 Series avec des processeurs Ryzen 5000. 

Du côté des performances, la Radeon RX 6800 (590 €) parvient à se montrer plus rapide qu’une GeForce RTX 3070 (519 €, avec +6 à +11% en QHD et UHD), et avec une meilleure efficacité énergétique. La Radeon RX 6800 XT (660 €) tutoie quant à elle les performances d’une GeForce RTX 3080 (719 €, avec -2 à -5%, en QHD et UHD). Mais la situation se corse du côté du ray-tracing, où Nvidia dispose déjà de la seconde génération de sa technologie RT Core et où son offre reste systématiquement devant.

Image 5 : AMD Radeon RX 6900 XT : un fleuron un peu décevant
Crédit : Galaxie Media / Igor’s Lab

Avec ici 80 unités de calcul débridées, où se situe la Radeon RX 6900 XT ? Du côté du design, on évolue rigoureusement sur les bases de la Radeon RX 6800 XT, au millimètre près. La carte mesure ainsi 267 mm de long et 120 mm de large, en occupant 2,5 slots d’extension. Des dimensions plus réduites que celles des GeForce RTX 3090 (313 mm) et RTX (285 mm), même si ces dernières sont aussi plus étroites (112 mm). 

La carte embarque 16 Go de mémoire GDDR6, et se voit cadencée à 2015 MHz en fréquence de base et 2250 MHz en mode Boost, avec un TBP de 300 W. Là encore, ce sont rigoureusement les caractéristiques de la RX 6800 XT. Même choix du côté de la connectique, avec deux connecteurs DisplayPort 1.4a, un port HDMI 2.1 et un port USB Type-C. Et le rapprochement du design va jusqu’au système de refroidissement, qui s’articule autour de trois ventilateurs axiaux, susceptibles de s’arrêter lorsque la charge GPU se réduit.

Image 6 : AMD Radeon RX 6900 XT : un fleuron un peu décevant
Crédit : Galaxie Media / Igor’s Lab

Le radiateur est en contact direct avec le chipset graphique et les huit puces de mémoire GDDR6, ainsi qu’avec les différents composants de l’étage d’alimentation à l’aide de pads thermiques. AMD met en avant la présence de 4 couches de près de 60 grammes de cuivre, histoire de stabiliser l’overclocking.

Les performances à la loupe

Comme pour nos tests des GeForce RTX Ampere et des Radeon RX 6000, nous avons mesuré les performances de la Radeon RX 6900 XT en partenariat avec Igor Wallossek, du site Igor’s Lab. Pour tester en particulier l’apport de la technologie SAM, la plate-forme de référence s’articule autour d’un processeur AMD Ryzen 9 5900X, couplé à une carte mère MSI MEG X570 Godlike, avec deux barrettes de 16 Go de mémoire DDR4-4000 Corsair Vengeance RGB Pro (CL18-22-22-42), un SSD Gigabyte Aorus NVMe Gen4 de 2 To, un second SSD Toshiba R500 de 1 To et une alimentation Be Quiet! Dark Power Pro 12 1200 W, dans un boîtier Raijintek Paean. Du côté du refroidissement, nous avons fait appel à un système de watercooling composé d’un Alphacool Eisworlf et d’un Eisblock XPX Pro.

Image 7 : AMD Radeon RX 6900 XT : un fleuron un peu décevant
Crédit : Galaxie Media / Igor’s Lab

Notre panel de test viendra évidemment opposer la Radeon RX 6900 XT aux récentes GeForce RTX 3070, RTX 3080 et RTX 3090, mais aussi à des cartes issues de la génération précédente d’AMD, à savoir les Radeon VII et Radeon RX 5700XT. Nous testons la nouvelle Radeon RX 6000 Series avec et sans la technologie SAM, afin d’en mesurer l’impact, sur dix jeux récents : six en DirectX 12, un en DirectX 11 et trois reposant sur l’API Vulkan. Les tests ont été réalisés dans les définitions WQHD et UHD, avec les réglages les plus élevés possibles.

En moyenne sur notre panel de jeu, la Radeon RX 6900 XT offre des performances 5,8% moins élevées que celles de la RTX 3090 en définition QHD. Elle devance en revanche d'une franche tête la RTX 3080 (+4,4%) et la carte de génération RDNA2 qui lui est immédiatement inférieure, la RX 6800 XT (+6%). En activant la technologie SAM, toujours en QHD, les écarts se creusent tous uniformément. Elle s'approche ainsi de la RTX 3090 (-2,7%, dans de telles conditions), et devance plus largement la RTX 3080 (+4,4%) et la RX 6800 XT (+6%).

Mais hautes prétentions obliges, ne boudons pas notre plaisir et montons en définition. En UHD et avec SAM activé, c'est la seule carte avec la GeForce RTX 3090 à dépasser les 90 images/seconde en moyenne, quels que soient les titres retenus. Pour autant, la photo finish n'est pas de rigueur : avec SAM activé, la 6900 XT offre des performances 8,7% inférieures à celles de la RTX 3090 ... et jusqu'à 11% sans cette technologie. Elle devance toutefois la RTX 3080 dans les deux cas de figure : +3,8% avec SAM activé, et un maigre +1,9% sans. Dans cette définition, la technologie SAM offre 1,9% de performances supplémentaires. Et la 6900 XT reste le meilleur candidat d'AMD en UHD, avec des résultats +8% supérieures à ceux de la RX 6800 XT qui la précède immédiatement.

Les performances en Full HD et ray tracing

Et que penser du ray-tracing, la nouvelle corde à l'arc d'AMD ? Là encore, l'écart se creuse tout de même significativement, à l'image de ce que nous avions déjà relevé pour les Radeon RX 6800 et 6800 XT. Avec SAM activé, la Radeon RX 6900 XT accuse ainsi un retard de 34,8% par rapport à la RTX 3090 et de 20,9% par rapport à la RTX 3080, en Full HD. Elle devance en revanche la Radeon RX 6800 XT de 8,5%, signe que le nombre d'unités de calcul joue rapidement sur la différence. Sans SAM, l'écart se creuse davantage et tutoie les 37,9% de retard par rapport à la RTX 3090, et 23,7% par rapport à la RTX 3080.

La consommation et l'efficacité énergétique

Du côté de la consommation, on reste dans des eaux moins gourmandes que celles grignotées par les cartes équivalentes de Nvidia. En définition QHD, la consommation moyenne brute est ainsi peu ou prou la même, avec ou sans SAM activé : 295,5 W et 295,1 W, respectivement. On s’inscrit ainsi parfaitement dans les promesses du constructeur. Comparativement, les GeForce RTX 3090 et 3080 engloutissent +17,6% et +8,7% watts en plus. Même rapporté à l’efficacité énergétique, c’est-à-dire au nombre de watts consommé par image/seconde, le rapport reste en faveur de l’offre d’AMD. Dans ce mode de calcul, le plus représentatif à vrai dire, et en QHD, la Radeon RX 6900 XT devance la RTX 3090 de 14% et la RTX 3080 de 16,7%.

Image 8 : AMD Radeon RX 6900 XT : un fleuron un peu décevant
Image 9 : AMD Radeon RX 6900 XT : un fleuron un peu décevant

Si l’on monte en définition, on obtient des résultats similaires. En UHD, la GeForce RTX 3090 reste la carte la plus gourmande dans le relevé brut, avec 356,9 W engloutis en moyenne, contre 303,6 W pour la RX 6900 XT (-17,5%). Même la RTX 3080 reste devant, à +8,7%. En dépit de performances moindres dans cette définition, la RX 6900 XT reste aussi un meilleur élève sur le plan de l’efficacité énergétique. Avec 3,35 watts en moyenne par IPS, elle est +8% plus efficace que la RTX 3090 et +12,8% que la RTX 3080. De vrais bons résultats, même si à ce niveau de prix, et d’attentes, les consommateurs sont (hélas) moins regardants sur cet aspect et cherchent surtout à débrider leur arsenal.

Image 10 : AMD Radeon RX 6900 XT : un fleuron un peu décevant
Image 11 : AMD Radeon RX 6900 XT : un fleuron un peu décevant

Les nuisances sonores et la chauffe

Nous avons relevé les nuisances sonores en laboratoire, lors d’une session avec The Witcher 3 en UHD. Les résultats sont vraiment éloquents, en la matière : 34,9 dB(A) pour la RX 6900 XT, une vraie prouesse de silence à ce niveau de performances ! Les RX 6800 et 6800 XT, s’articulant pourtant autour d’un design similaire tri-axial, égrenaient respectivement 38,4 dB(A) et 36,8 dB(A). Des résultats dont on soulignait déjà la performance, dans la mesure où la GeForce RTX 2080 Ti de génération précédente a été mesurée à 41,9 dB(A) dans les mêmes conditions, et la GeForce RTX 3080 à 38,8 dB(A). La GeForce RTX 3090, rival “officiel” de ce nouveau modèle haut de gamme signé AMD, caracole quant à elle à 43,3 dB(A). 

Image 12 : AMD Radeon RX 6900 XT : un fleuron un peu décevant
Crédit : Galaxie Media / Igor’s Lab


Du côté des températures, on évolue toutefois à un niveau nettement supérieur à celui du reste de la gamme où de la concurrence. Notre caméra thermique relève ainsi un GPU à 75,2°C dans les mêmes conditions que précédemment, c’est-à-dire avec The Witcher 3 en UHD. Dans les mêmes conditions, les Radeon RX 6800 et 6800 XT montaient à 60,2°C et 69,2°C, contre 70°C pour la RTX 3080 et … 64°C avec la RTX 3090.

Image 13 : AMD Radeon RX 6900 XT : un fleuron un peu décevant
Crédit : Galaxie Media / Igor’s Lab
Image 14 : AMD Radeon RX 6900 XT : un fleuron un peu décevant
Crédit : Galaxie Media / Igor’s Lab

En conclusion

Que penser de la Radeon RX 6900 XT, nouvelle tête de gondole de l’architecture RDNA2 d’AMD ? Cédant toujours quelques FPS à la GeForce RTX 3090 de Nvidia, que ce soit en QHD (-2,7% à -5,8%), en UHD (-8,7% à -11%) ou, pire, en ray-tracing (-34,8% à -37,9%), elle ne rafle donc pas la couronne du GPU next-gen le plus puissant du moment. Mais rappelons que 500 euros séparent tout de même les deux modèles. C’est le prix d’une console de dernière génération, pour peu que vous parveniez à mettre la main dessus !

Mais dans le meilleur des cas, l’écart de performances reste toutefois relativement imperceptible et constitue une concession admissible, si vous caressez en particulier le secret espoir de jouer en 4K UHD à plus de 90 images/seconde, et en toutes circonstances. Et à ce jeu, la Radeon RX 6900 XT est systématiquement devant la GeForce RTX 3080 … proposée, quant à elle 300 euros moins cher. Ce n’est pas le jour et la nuit, même si la RX 6900 XT affiche malgré tout des performances supérieures de +4,4% à +7,6% en QHD, et de +1,9% à +3,8% en UHD. Mais vous voilà prévenu : en ray-tracing toutefois, l’écart penche considérablement du côté de Nvidia, avec ses RT Core de seconde génération qui assurent des performances 20,9% à 23,7% supérieures pour la RTX 3080. 

Deux aspects très positifs en revanche. La Radeon RX 6900 XT vient considérablement valider l’intérêt de la technologie SAM, avec des écarts relativement importants entre deux GPU accompagnés ou non d’un CPU Ryzen 5000. Autre point maîtrisé : les nuisances sonores et l’efficacité énergétique, deux domaines largement dans l’escarcelle d’AMD face à son concurrent.

En définitive, si la Radeon RX 6900 XT est incontestablement une excellente carte aux performances inimaginables il y a quelques mois encore, son rapport qualité/prix nous paraît difficilement défendable - faut-il débourser 300 euros de plus qu’une GeForce RTX 3080 pour atteindre des performances légèrement supérieures (... et encore, sans compter le ray-tracing) ? En cette curieuse fin d’année, où le moindre composant high-tech s’échange une fois et demie, voire deux fois le prix auquel il est censé être affiché, nous ne disposons toutefois plus de bases normées pour établir des recommandations. En clair, libre à vous de jauger l’intérêt d’un tel investissement, à l’aune de … ce que proposent les étals des revendeurs au jour le jour. Mais en l'état, la Radeon RX 6800 XT nous paraît être un meilleur compromis.