Accueil » Test » Batteries et chargeurs USB : tous les mAh ne se valent pas

Batteries et chargeurs USB : tous les mAh ne se valent pas

2 : Les concurrentes 3 : Ne pas se fier aux capacités annoncées 4 : Les chargeurs 5 : 1 A ? Ou presque... 6 : Conclusion

Chargeurs et batteries USB sur le grill

Image 1 : Batteries et chargeurs USB : tous les mAh ne se valent pasLorsqu’on n’est pas satisfait de l’autonomie de son smartphone, on peut envisager de remplacer sa batterie par une neuve. Dans un premier article, nous avons déjà abordé ce sujet et nous avions constaté que bon nombre des batteries de rechange vendues sont des contrefaçons de mauvaise qualité, voire dangereuses. Nous allons examiner aujourd’hui deux autres catégories d’accessoires qu’on envisage souvent d’acheter en dehors des circuits officiels : les batteries externes USB et les chargeurs.

Les premières servent de réserve d’énergie supplémentaire. À emporter partout avec soi, elles proposent de recharger la batterie interne d’un smartphone. L’acheteur a l’embarras du choix entre des produits de marque et d’autres anonymes aux prix très attractifs. Trop souvent, une seule donnée est communiquée : la capacité en mAh. Malheureusement, ce chiffre ne suffit pas à juger des performances ! Pour le savoir, nous nous sommes portés acquéreurs de 5 batteries USB diverses, trouvées pour la plupart sur eBay en provenance d’Asie.

Nous allons également nous pencher sur le cas des chargeurs. Quelles sont les performances que l’on peut espérer de chargeurs Apple non officiels ?

Capacité et loi de Peukert

Nous avons testé ces batteries externes selon un protocole similaire à celui qui nous avait permis de vérifier les performances des batteries internes. Elles ont été déchargées sur un analyseur de batterie dédié, la tension et l’intensité du courant délivré étant surveillées pendant toute la durée de la décharge.

Image 2 : Batteries et chargeurs USB : tous les mAh ne se valent pas

Ceci dit, nous avons conduit non pas une, mais deux séries de tests : la première avec un courant de décharge de 500 mA, la seconde avec un courant de 1 A. Pourquoi ? Tout simplement parce tous les smartphones ne sont pas capables de se charger sous 1 A et parce que la capacité effective d’une batterie dépend directement du courant de décharge. Ce phénomène, l’effet de Peukert, est commun à presque toutes les technologies de batterie. Plus on demande à une batterie de fournir un courant important, plus sa capacité sera faible.

Le malheur des mAh

Autre point de théorie qu’il est bon de rappeler : il est incorrect d’exprimer une capacité en milliampère-heure (mAh), qui n’est pas une unité d’énergie au contraire du watt-heure (Wh). C’est pourtant une pratique ancrée de longue date chez les vendeurs de batteries. Mais une capacité en mAh n’est valable que pour une tension donnée. Comparer des batteries en utilisant leur capacité en mAh est donc possible tant que leur tension est identique… ce qui est le cas des batteries Li-ion de smartphones, toutes calées à 3,7 V environ.

L’amalgame entre mAh et Wh devient cependant problématique lorsqu’on compare des batteries USB. En effet, un port USB délivre par définition une tension de 5 V. Toutes les batteries USB doivent donc convertir la tension nominale de leur batterie Li-ion. Le problème est que certains vendeurs communiquent en mAh à 3,7 V, d’autres à 5 V. Or 2000 mAh à 3,7 V deviennent 1440 mAh à 5 V. 

Le second problème est que la conversion de tension est une opération à mauvais rendement. Une partie de l’énergie stockée dans la batterie part donc en fumée dans ces circuits. Et selon la qualité de la batterie, ce rendement est plus ou moins mauvais. Autrement dit, à capacité brute identique, deux batteries ne délivreront pas la même autonomie en pratique.

Sommaire :

  1. Chargeurs et batteries USB sur le grill
  2. Les concurrentes
  3. Ne pas se fier aux capacités annoncées
  4. Les chargeurs
  5. 1 A ? Ou presque...
  6. Conclusion