Accueil » Actualité » Cyberpunk 2077 : le ray tracing et la prise en charge du DLSS 2.0 sont de la partie

Cyberpunk 2077 : le ray tracing et la prise en charge du DLSS 2.0 sont de la partie

Quatre effets immersifs de ray tracing pour sublimer Night City, la mégalopole futuriste

Inutile de remuer le couteau dans la plaie, CD Projekt RED a annoncé il y a quelques jours un nouveau report de son monumental et très attendu Cyberpunk 2077, dont la date de sortie est désormais décalée au 19 novembre 2020. Mais histoire de faire patienter les foules, et surtout de leur démontrer que, promis juré, il ne s’agit plus que de peaufiner les dernières strates de gameplay et de passer les ultimes couches de peinture, l’éditeur polonais s’est fendu d’un événement ce 25 juin, le Night City Wire.

Cyberpunk 2077 se révèle davantage à travers le Night City Wire

Au programme, une bande-annonce inédite et surtout de premiers éléments concrets de gameplay, dans la peau du mercenaire V dans la mégalopole futuriste. En prime, des journalistes ont pu s’adonner en exclusivité à des sessions de quatre heures de jeu, en streaming depuis des PC de Varsovie (vous avez dit GeForce Now ?). Et le moins que l’on puisse dire, c’est que leurs premières impressions sont dithyrambiques et soulignent le niveau de travail et de perfectionnisme des équipes de CD Projekt RED. « Une expérience excitante, une mise en scène spectaculaire », s’enthousiasme Corentin Lamy pour Le Monde. « Un immense action-RPG immersif et réactif en diable », résume Gauthier Andres pour Gamekult. Mais un même son de cloche, à l’unisson : oui, il reste encore vraisemblablement du travail pour gagner en cohérence et en épaisseur, et le report ne semble donc pas motivé par une, tiens donc, coïncidence avec la sortie des futures consoles Next-Gen.

En marge de ces premières impressions, manette en main, le Night City Wire est l’occasion pour CD Projekt RED et Nvidia de communiquer sur leur partenariat technique. Première nouvelle confirmée, qui avait déjà été annoncée en février dernier : Cyberpunk 2077 sera disponible sur GeForce Now dès le jour de son lancement, le 19 novembre prochain donc. Et mine de rien, la perspective de pouvoir profiter d’effets visuels ébouriffants, du moins tels qu’ils ont été conçus par les développeurs, sans changer sérieusement sa propre configuration a de quoi réjouir.

Ray tracing : illumination diffuse, reflets, occultation ambiante et ombres

Car des effets spécifiques aux cartes graphiques RTX de l’écurie verte, il y en aura à la pelle. Quatre technologies de ray tracing sont directement implémentées pour renforcer le réalisme et l’immersion qu’évoquent déjà les premiers journalistes ayant pu goûter à l’aventure.

Image 1 : Cyberpunk 2077 : le ray tracing et la prise en charge du DLSS 2.0 sont de la partie

L’illumination diffuse avec ray tracing, tout d’abord. Cette technologie vise à éclairer la scène, en combinant de manière naturelle les rayons lumineux issus du ciel ainsi que la lumière qui émane de la réflexion sur les surfaces, en considérant leur matière et leur capacité d’absorption. 

Image 2 : Cyberpunk 2077 : le ray tracing et la prise en charge du DLSS 2.0 sont de la partie

Les reflets générés via ray tracing, ensuite. Déclinés sur toutes les surfaces, ils pourront présenter une portée de plusieurs kilomètres, ce qui devrait renforcer le réalisme de la mégalopole, notamment dans des points de vue surélevés ou des panoramas. « Ces effets s’observent tant sur les objets que les surfaces, qu’ils soient opaques ou transparents, et simulent parfaitement le reflet de la lumière sur les surfaces brillantes ou métalliques, en traçant une réflexion de rayons uniques jusqu’au plus profond des scènes », commente Nvidia. En particulier, CD Projekt RED indique que même les objets placés en-dehors du champ de la caméra ou dos à celle-ci auront un impact sur le rendu final de la scène et sur ses reflets.

Image 3 : Cyberpunk 2077 : le ray tracing et la prise en charge du DLSS 2.0 sont de la partie

L’occultation ambiante avec ray tracing, enfin. Cette technique de shading vise à calculer l’exposition de chaque point d’une scène par rapport à l’éclairage ambiant, ce qui assombrit de manière naturelle les surfaces et les objets. Le ray tracing sert également à calculer « les ombres directionnelles liées à la lumière du soleil et de la lune, qui évoluent en fonction de l’intensité lumineuse, de la dispersion lumineuse à travers les nuages et d’autres facteurs », indique Nvidia. On sait que Cyberpunk 2077 prendra notamment en compte les conditions météorologiques et les alternances jour/nuit.

Image 4 : Cyberpunk 2077 : le ray tracing et la prise en charge du DLSS 2.0 sont de la partie

Nvidia annonce par ailleurs que Cyberpunk 2077 est compatible DLSS 2.0 (Deep Learning Super Sampling), l’optimisation d’avril dernier de la technologie introduite par la génération Turing, qui améliore la qualité, le framerate et la définition de l’image en exploitant les coeurs Tensor des cartes RTX. En clair, elle permet de calculer en temps réel les effets de ray tracing sur des images de moins grande définition, en utilisant des réseaux de neurones profonds pour les rééchantillonner sans réelle perte de qualité.

Image 5 : Cyberpunk 2077 : le ray tracing et la prise en charge du DLSS 2.0 sont de la partie