Accueil » Actualité » En test : la Radeon R9 290, un bon GPU bridé par son ventirad

En test : la Radeon R9 290, un bon GPU bridé par son ventirad

MAJ : AMD a publié une mise à jour des pilotes Catalyst qui corrige le souci de variabilité des performances. Notre test et nos conclusions ici.

AMD décline son GPU Hawai dans une version moins onéreuse avec la Radeon R9 290. Que vaut-elle ? Malgré des tests exhaustifs, il nous est pour le moment difficile de donner une réponse.

Image 1 : En test : la Radeon R9 290, un bon GPU bridé par son ventirad

Le souci des cartes « de presse »

Le lancement de la Radeon R9 290X s’est avéré plus complexe que prévu. Le jour J, nous étions très enthousiastes sur cette carte qui proposait des performances au moins équivalentes et bien souvent supérieures à la GeForce GTX Titan pour un prix presque deux fois moindre. Une semaine plus tard, nous devons réviser quelque peu notre jugement.

Nous avons en effet constaté une grande différence de performance entre la R9 290X que nous a fournie AMD et un exemplaire que nous avons acheté dans le commerce. Par la grâce d’un processeur mieux gravé ou d’un système de refroidissement mieux monté, la première peut (en moyenne sur les 7 jeux que nous avons testés) afficher jusqu’à 18 % d’images par seconde de plus que la seconde ! Une telle variabilité pose évidemment problème quand vient le moment d’établir un classement.

Ce problème n’est pas nouveau. Il se pose depuis que Nvidia et AMD ont adopté des technologies de type Turbo sur leurs GPU : la fréquence de fonctionnement n’est plus constante et identique entre les cartes, elle varie automatiquement en fonction de paramètres multiples comme la puissance maximum ou la vitesse maximum du ventilateur. Mais l’écart est tel ici que la R9 290X se trouve tour à tour plus rapide qu’une GTX Titan ou juste au niveau de la GTX 780.

La situation devient encore plus cocasse avec le lancement la R9 290.

Un Hawai allégé, mais aussi rapide ?

La nouvelle Radeon est, comme son nom l’indique, une version allégée la 290X. Prenez un GPU Hawai, désactivez quelques unités, diminuez légèrement les fréquences et voilà ! La carte en elle-même est physiquement identique à sa grande soeur. Elle en reprend donc malheureusement le dissipateur bruyant.

Radeon R9 290X Radeon R9 290 Radeon R9 280X GeForce GTX Titan GeForce GTX 780
Gravure 28 nm 28 nm 28 nm 28 nm 28 nm
Nb, de transistors 6,2 milliards 6,2 milliards 4,3 milliards 7,1 milliards 7,1 milliards
Fréq. GPU max. Max. 1 GHz Max. 947 MHz 1 GHz 836 MHz 863 MHz
Shaders 2816 2560 2048 2688 2304
Puissance FP32 5,6 TFLOPS 4,8 TFLOPS 4,1 TFLOPS 4,5 TFLOPS 4,0 TFLOPS
Unités textures 176 160 128 224 192
Débit Texels 176 GT/s 152 GT/s 128 GT/s 188 GT/s 166 GT/s
ROPs 64 64 32 48 48
Débit Pixels 64 GP/s 61 GP/s 32 GP/s 40 GP/s 41 GP/s
Bus mémoire 512 bits 512 bits 384 bits 384 bits 384 bits
Quantité mémoire 4 Go GDDR5 4 Go GDDR5 3 Go GDDR5 6 Go GDDR5 3 Go GDDR5
Bande passante mém. 320 Go/s 320 Go/s 288 Go/s 288 Go/s 288 Go/s
TDP 250 W (supposé) 250 W (supposé) 250 W 250 W 250 W

À la différence de la Radeon R9 290X, la Radeon R9 290 ne possède pas deux modes de fonctionnement. Son ventilateur est paramétré par défaut pour tourner à 47 % de sa vitesse maximum. Et puisqu’il est identique à celui de la R9 290X, la R9 290 sera donc plus bruyante que la R9 290X en mode Quiet (ventilateur à 40 %) mais plus silencieuse que la R9 290X en mode Uber (ventilateur à 55 %). 

Pour la petite histoire, sachez qu’AMD avait initialement paramétré la R9 290 comme le mode Quiet de la R9 290X, à 40 %. Mais les baisses de prix opérées par Nvidia sur les GTX 770 et GTX 780 ont manifestement poussé AMD à revoir sa copie. Ce nouveau positionnement pose cependant un gros souci à la R9 290X : la nouvelle venue, moins chère, se paie le luxe d’être plus rapide que notre exemplaire « public » de la R9 290X !

Image 2 : En test : la Radeon R9 290, un bon GPU bridé par son ventirad

Image 3 : En test : la Radeon R9 290, un bon GPU bridé par son ventirad

Image 4 : En test : la Radeon R9 290, un bon GPU bridé par son ventirad

Un bon GPU bridé par un mauvais ventirad

À 360 €, soit 140 € de moins que la R9 290X, la R9 290 peut donc être une encore meilleure affaire, tutoyant la GTX Titan pour moins de la moitié de son prix. Mais pour cela il faudrait que tous les exemplaires soient aussi bons que notre carte de test, fournie par AMD et potentiellement triée sur le volet. Et voilà tout le dilemme auquel nous faisons face : comment livrer un verdict sur cette carte sans connaître les performances réelles des modèles que les joueurs pourront acquérir ? Vu l’écart de performances que nous avons constaté entre notre R9 290X « presse » et deux cartes du commerce, les R9 290 de série pourraient seulement être au niveau des GeForce GTX 770.

Une solution pourra être apportée par les partenaires d’AMD. Ils auront en effet la possibilité de livrer leurs cartes avec des dissipateurs différents du modèle de référence AMD. Plus efficaces, ces dissipateurs laisseront le GPU Hawai s’exprimer, hors des contraintes de températures que nous avons vues ici. Pour quels gains ? À titre expérimental nous avons équipé notre R9 290 d’un Arctic Accelero Xtreme III. Il nous a permis d’overclocker la R9 290 à 1,15 GHz, ce qui s’est traduit par un gain de 13 % par rapport à la carte de référence. Et cela tout en gagnant 7 dBA, la R9 290 restant alors en charge aussi discrète qu’une GeForce GTX 780.

Image 5 : En test : la Radeon R9 290, un bon GPU bridé par son ventirad

Il semble qu’AMD bloque la sortie de ces cartes « custom » en attendant que Nvidia dégaine sa GeForce GTX 780 Ti. Nous réserverons donc notre jugement sur la R9 290 jusqu’à avoir de plus amples retours sur la performance des cartes disponibles au public, que ce soit le modèle de référence ou les modèles des partenaires.