Accueil » Actualité » NVIDIA : résumé de la trentaine d’annonces faites à la GTC 2021

NVIDIA : résumé de la trentaine d’annonces faites à la GTC 2021

Des annonces dans les domaines de l’automobile, du supercalcul, et de la collaboration numérique ; mais le clou du spectacle, c’est Toy Jensen.

Jensen Huang, PDG de NVIDIA, a prononcé un discours d’ouverture à la GTC (GPU Technology Conference) riche en annonces : pour les relater, NVIDIA partage 6 communiqués de presse et 27 articles de blog ; autant dire qu’il est assez difficile de s’y retrouver, surtout qu’elles couvrent un grand nombre de secteurs, des avatars IA aux véhicules autonomes en passant par des outils de prévision de feux de forêt (les domaines de l’automobile, du supercalcul, et de la collaboration numérique pour être tout à fait précis). Vous pouvez accéder à une synthèse en anglais ici et regarder l’intégralité de la conférence ou une vidéo résumant les principales annonces ci-dessous.

Pour notre part, nous nous focaliserons essentiellement sur les annonces relatives au hardware pour évoquer ensuite d’autres sujets, sans toutefois prétendre à l’exhaustivité. Les descriptifs de NVIDIA proviennent de divers communiqués de presse en français.

NVIDIA Quantum-2, la nouvelle génération de plateforme réseau InfiniBand

La nouvelle génération de plateforme réseau InfiniBand NVIDIA Quantum-2 apporte une plus large accessibilité et une sécurité renforcée aux fournisseurs de cloud computing et aux centres de supercalcul. Elle se compose du commutateur NVIDIA Quantum-2, de l’adaptateur réseau ConnectX-7, de l’unité de traitement des données (DPU) BlueField-3 et de tous les logiciels qui prennent en charge la nouvelle architecture.

Nous avions déjà évoqué le DPU BlueField-3 au printemps dernier. Concernant le commutateur Quantum-2, il atteint un débit de 400 Gbit/s. L’entreprise argue qu’il « double la vitesse du réseau et triple le nombre de ports réseau. Il accélère les performances de 3 fois et réduit de 6 fois le besoin de commutateurs de centre de données, tout en réduisant la consommation d’énergie et l’espace du centre de données de 7 % chacun ».

Ce commutateur gravé en 7 nm comptabilise 57 milliards de transistors, soit un peu plus que le GPU NVIDIA A100 (54 milliards de transistors). Il comporte 64 ports à 400 Gbps ou 128 ports à 200 Gbps et sera proposé dans une variété de systèmes de commutation allant jusqu’à 2 048 ports à 400 Gbps ou 4 096 ports à 200 Gbps, soit plus de cinq fois la capacité de commutation de la génération précédente, Quantum-1.

Image 1 : NVIDIA : résumé de la trentaine d'annonces faites à la GTC 2021

NVIDIA DOCA 1.2

NVIDIA a annoncé la création de son framework « zero-trust », lequel « permet aux développeurs d’offrir des services de cybersécurité en mode “as-a-service”, en étendant la protection contre les menaces des datacenters à presque tous les points de contact entre les applications, les données, les appareils, le stockage, l’infrastructure et les utilisateurs ».

En pratique, « NVIDIA DOCA 1.2 permet aux développeurs de créer des applications pour les DPU NVIDIA BlueField […]. Avec le cadre de sécurité “zero-trust” DOCA 1.2, les développeurs peuvent créer des services cloud encadrés qui contrôlent l’accès aux ressources, valident chaque application et chaque utilisateur, isolent les machines potentiellement compromises et aident à protéger les données contre les violations et le vol ».

Jeston AGX Orin

NVIDIA a également dévoilé son nouvel ordinateur robotique Jetson AGX Orin. Avec des dimensions de 100 mm x 87 mm, Jetson AGX Orin offre jusqu’à 6 fois les performances de Jetson AGX Xavier dans le même facteur de forme. Ses performances AI s’élèvent à 200 TOPS (INT8). Construit sur l’architecture NVIDIA Ampere, c’est « le supercalculateur d’IA le plus petit, le plus puissant et le plus économe en énergie du monde pour la robotique, les machines autonomes, les appareils médicaux et d’autres formes d’informatique embarquée à la périphérie » d’après NVIDIA.

Image 2 : NVIDIA : résumé de la trentaine d'annonces faites à la GTC 2021
Image 3 : NVIDIA : résumé de la trentaine d'annonces faites à la GTC 2021
Image 4 : NVIDIA : résumé de la trentaine d'annonces faites à la GTC 2021

Par ailleurs, NVIDIA a annoncé un moteur de génération de données synthétiques, Omniverse Replicator, qui génère des données d’entraînement synthétiques pour les robots. La firme l’accompagne d’une nouvelle application Omniverse Replicator pour Isaac Sim. « Les nouvelles capacités dans Isaac Sim permettent aux ingénieurs ML de construire des ensembles de données synthétiques de production de qualité pour entraîner des modèles de perception d’apprentissage profond robustes ».

Image 5 : NVIDIA : résumé de la trentaine d'annonces faites à la GTC 2021

En outre, « la dernière version d’Isaac comprend également un support important pour la communauté des développeurs ROS (Robot Operating System). NVIDIA a publié six nouveaux Isaac GEM, des packages logiciels accélérés par le matériel qui facilitent la tâche des développeurs ROS en vue de construire des robots à haute performance basés sur l’IA sur la plate-forme Jetson ».

NVIDIA Omniverse

Dans un autre registre, l’entreprise étend les capacités de NVIDIA Omniverse et lance Omniverse Enterprise. La plateforme propose désormais des fonctions de rendu en RA, RV et Multi-GPU.

« Le royaume des mondes virtuels fait un grand bond en avant aujourd’hui avec l’introduction de nouvelles fonctions et de nouveaux partenaires pour NVIDIA Omniverse – accélérant l’évolution d’Internet de la 2D ordinaire vers un monde éblouissant qui prend vie en 3D. Omniverse – une plate-forme qui sert de tissu conjonctif pour les mondes virtuels 3D physiquement précis – s’enrichit de nouvelles fonctions telles que la RA, la RV et le rendu multi-GPU, ainsi que des intégrations pour les applications de jumelage numérique d’infrastructures et industrielles avec les logiciels de Bentley Systems et Esri. »

Plus généralement, « Omniverse permet aux ingénieurs et aux concepteurs de construire des jumeaux numériques physiquement précis de bâtiments et de produits, ou de créer des environnements de simulation massifs et réalistes pour former des robots ou des véhicules autonomes avant qu’ils ne soient déployés dans le monde physique. Depuis le lancement de sa version bêta ouverte en décembre, Omniverse a été téléchargé par plus de 70 000 créateurs individuels. Il est également utilisé par les professionnels de plus de 700 entreprises, dont BMW Group, CannonDesign, Epigraph, Ericsson, les cabinets d’architectes HKS et KPF, Lockheed Martin et Sony Pictures Animation ».

Ci-dessous, quelques applications concrètes.

Omniverse Avatar, une plateforme pour la création d’avatars d’IA

Pour accompagner l’engouement – supposé ou réel, l’avenir nous le dira – autour des métavers, NVIDIA a également fait la démonstration de sa solution Omniverse Avatar, qui fait partie de NVIDIA Omniverse. Grossièrement, Omniverse Avatar permet de modéliser et animer des avatars IA.

Une explication un peu plus élaborée par NVIDIA : « Omniverse Avatar relie les technologies de la société en matière d’IA vocale, de vision par ordinateur, de compréhension du langage naturel, de moteurs de recommandation et de technologies de simulation. Les avatars créés dans la plateforme sont des personnages interactifs dotés de graphismes 3D à tracé de rayons, capables de voir, de parler, de converser sur une large gamme de sujets et de comprendre les intentions exprimées naturellement. »

Concrètement, nous avons pu découvrir Toy Jensen, avatar de Jensen Huang en personne, répondre à quelques questions ; assister à une démonstration du projet Tokkio, capable de prendre les commandes de clients dans un restaurant ; découvrir Poject Maxine, qui ajoute « des fonctions vidéo et audio aux applications de collaboration virtuelle et de création de contenu ».

Lutter contre les feux de forêt grâce à l’IA

Enfin, puisque nous l’avons évoqué dans le premier paragraphe, voici quelques mots sur la manière dont NVIDIA Omniverse peut aider à lutter contre les feux de forêt.

« Pour mieux comprendre les feux de forêt et arrêter leur propagation, NVIDIA et Lockheed Martin annoncent aujourd’hui leur collaboration avec les services forestiers du ministère américain de l’agriculture et la division de la prévention et du contrôle des incendies du Colorado (DFPC) en utilisant l’IA et la simulation numérique. Les sociétés annoncent également la construction du premier laboratoire d’IA au monde dédié à la prévision et à la réponse aux incendies de forêt. Ce laboratoire utilisera l’infrastructure d’IA de NVIDIA et la plateforme de visualisation avancée et de simulation de jumeaux numériques NVIDIA Omniverse pour traiter l’ampleur d’un incendie et prévoir sa progression. En recréant le feu via un jumeau numérique physiquement précis, le système sera en mesure de suggérer des actions pour mieux éteindre l’incendie. »