Accueil » Test » Test : DRAM G.Skill Trident Royal DDR4-3200 CL14, bling, luxe et performances

Test : DRAM G.Skill Trident Royal DDR4-3200 CL14, bling, luxe et performances

2 : Test et overclocking comparatifs

Présentation du bijou

Image 1 : Test : DRAM G.Skill Trident Royal DDR4-3200 CL14, bling, luxe et performances

Tout ce qui brille n’est pas or : le kit Trident Z Royal que nous avons reçu est également disponible en version chromée, l’aspect brillant étant essentiellement assuré par huit LED RGB sous un diffuseur spécial ressemblant à un agrégat de cristaux transparents. Si les composants internes de ce kit DDR4-3200 C14 sont très satisfaisants, le prix de l’extravagance visuelle est un peu plus élevé que nous l’aurions souhaité. Cela étant dit, le surcoût ne nous semble pas constituer un obstacle pour une configuration haut de gamme : la capacité de pouvoir héberger ses données volatiles dans une paire de barrettes semblant sortir tout droit d’une boutique Swarovski pourrait justifier pour certains quelques dizaines d’euros supplémentaires par rapport à un kit standard.

Désolé pour le son… Mais les images sont belles !

G.Skill utilise le mot « Diamant » pour décrire les diffuseurs de lumière qui parent ses barrettes Royal RGB. Comme évoqué plus tôt, le kit est proposé en version or ou chrome (« argent » en langage marketing), mais on paye probablement plus cher pour lustrer la surface de ses barrettes que pour la fine couche de métal qui leur donne leur couleur. Nous estimons le surcoût à 40-60 € pour cette accessoirisation par rapport à un kit Trident Z RGB noir à fréquence et latence identiques, c’est-à-dire un nouveau contrôleur RGB sophistiqué, un coffret avec intérieur finition velours et un chiffon microfibre. La complexité du nettoyage de printemps des PC vient de monter d’un cran.

Image 2 : Test : DRAM G.Skill Trident Royal DDR4-3200 CL14, bling, luxe et performances

La série Royal comprend un large éventail de références allant de la DDR4-3000 CAS 16 entrée de gamme jusqu’à la DDR4-4600 CAS 18. La raison pour laquelle la fourchette de surcoût que nous venons d’évoquer est si large tient au fait que même les kits DDR4-3200 se déclinent en version à moindre coût (16-18-18-38) ou performante (14-14-14-34) au regard de leurs latences. Nous avons reçu la version la plus performante, mais tous ceux parmi nous qui devront acheter un kit sur leurs deniers seront sûrement un peu agacés du fait que le surcoût « Royal » est supérieur sur les versions CAS 14 par rapport aux déclinaisons CAS 16 : car les modifications esthétiques et accessoires restent les mêmes.

Image 3 : Test : DRAM G.Skill Trident Royal DDR4-3200 CL14, bling, luxe et performances

Une carte mère gérant le XMP est un prérequis à l’achat de ce kit mémoire, sachant que la meilleure combinaison fréquence/latence sans XMP est DDR4-2133 CAS 15. On en déduit ainsi que les puces Samsung B-Die qui équipent les G.Skill Royal sont les « PB » à moindre coût, par opposition aux variantes DDR4-2400 (RC) et DDR4-2666 (TD). Cela étant dit, l’XMP reste une simple technologie d’overclocking, or plusieurs de nos meilleurs overclocking mémoire ont été réalisés avec des puces mémoire répondant à la norme DDDR4-2133 telle que définie par le JEDEC. Signalons enfin que le réglage XMP DDR4-3200 CAS 14-14-14-34 nécessite 1,35 Volt comme c’est le cas pour la plupart des barrettes DDR4 à hautes performances.

Image 4 : Test : DRAM G.Skill Trident Royal DDR4-3200 CL14, bling, luxe et performances

L’éclairage RGB peut être synchronisé au niveau de la carte mère, mais nous avons réalisé nos photos avec un écrin ressemblant à boite une bijoux USB fourni par G.Skill. Naturellement, rien n’empêche d’utiliser ce présentoir avec des barrettes d’une autre marque, raison pour laquelle nous encourageons G.Skill à commercialiser cet objet actuellement réservé à la presse : il nous semble que l’on tient l’accessoire promotionnel parfait pour une boutique.

Le nouveau contrôleur RGB de la marque taïwanaise permet de sélectionner une couleur pour chaque LED, ou encore de choisir parmi un large éventail de motifs d’éclairage statiques ou animés, comme par exemple respiration, arc-en-ciel ou encore respiration arc-en-ciel. Le mode comète arc-en-ciel est celui qui nous a semblé être le meilleur pour mettre en évidence la structure des diffuseurs en forme de cristaux, mais à défaut de pouvoir gérer ce nouveau contrôleur via la carte mère, la synchronisation RGB carte mère vers DRAM est impossible.

Sommaire :

  1. Présentation du bijou
  2. Test et overclocking comparatifs