Exclusif : Gigabyte RX Vega 56 et 64, démontage et examen

Du gros dissipateur pour discipliner Vega !

Après des mois d’attente, Gigabyte s’est enfin lancé dans la production de cartes graphiques custom design à base de puces Vega et nous sommes parvenus à obtenir un exemplaire final de la Gigabyte RX Vega 56 Gaming OC et de la Vega 64 Gaming OC. Notez que les deux cartes sont en tout point identiques, hormis leur GPU. Notre démontage de la Vega 64 est donc valable la Vega 56.

On se souvient que Gigabyte a progressivement abandonné l’idée d’une déclination Aorus en raison de la faible quantité de packages à disposition et des capacités limitées en termes d’overclocking. Cela se ressent sur cette carte qui fait, en quelque sorte, office de prix de consolation. Cette version est moins ambitieuse que certains modèles comme la Nitro + de Sapphire, mais elle possède aussi un certain charme, comme nous allons le voir.

Par rapport à la carte Sapphire, Gigabyte n’essaie pas de faire l’impossible et se concentre plutôt sur les fondamentaux. Le test détaillé des deux cartes suivra dans les jours qui viennent, mais nous pouvons déjà dire que ces deux cartes font exactement ce qu’on attend d’elles, ni plus ni moins. Tant qu’on ne les pousse pas dans leurs derniers retranchements avec nos tests de torture, les deux cartes sont difficiles à prendre en défaut.  

Déballage et premières impressions

Par rapport à la Sapphire RX Vega 64 Nitro Plus, ces deux modèles Gigabyte semblent bien légers. Avec un poids d’un peu plus d’un kilogramme, elles sont ainsi 600 grammes plus légères que le vaisseau de guerre de Sapphire. Est-ce que cet allègement se ressent aussi au niveau de la performance ? C’est ce que nous verrons dans notre prochain test.

Les dimensions ont aussi été revues à la baisse car les cartes mesurent seulement 27,8 cm de long (de l’extrémité de l’équerre PCI au bout de la coque de refroidissement). Hautes de 13 cm et épaisses de 4,7 cm, elles donnent une bonne impression de compacité.

Les deux ventilateurs de 10 cm (pales de 9,5 cm d'envergure) tournent dans des sens opposés. On dénombre onze pales par ventilateur, et leur forme spéciale est censée améliorer le débit d’air aux dépens de la pression statique, ce qui devrait profiter au refroidissement. 

La plaque arrière des deux cartes est décorée un peu chichement : on a en effet retiré le logo Aorus que l’on retrouvait encore sur les premiers prototypes. On y observe aussi un morceau de cuivre au niveau du package GPU, qui devrait contribuer marginalement à un meilleur refroidissement. Nous reviendrons dans le test détaillé sur l’efficacité de cette solution originale.

Il faudra en tout cas prendre en compte le dépassement de 5 mm de cette plaque arrière par rapport au PCB, ce qui pose parfois problème sur des cartes mère dont les lamelles de refroidissement des composants sont placées trop près de la fente PCIe pour carte graphique, ou bien lorsqu’on possède un radiateur CPU particulièrement imposant.

Sous le ventilateur de droite, on voit bien la forme particulière des ailettes du radiateur orientées à la verticale, mais en forme de vague pour tenter d'améliorer le refroidissement en augmentant la surface d'échange thermique. Notre test détaillé montrera ce qu’il en est vraiment.

Le dessus des cartes montre clairement que Gigabyte a revu ses plans à la baisse. Pas d’illumination RGB, point de rétroéclairage, juste une coque moulée en plastique pourvue de quelques accents de couleur orange. Le logo Gigabyte blanc est lui aussi une simple application. Les cartes doivent aussi se contenter de deux connecteurs d’alimentation PCIe à 8 broches.

L’extrémité avant de chaque carte est recouverte par la coque du système de refroidissement, mais laisse entrevoir le bout des deux caloducs de 8 mm de diamètre et des trois autres de 6 mm. On aperçoit aussi le câble de branchement des ventilateurs sur le PCB. L’espace laissé vide témoigne du projet initial d’ajouter au PCB des contrôleurs pour l’éclairage RGB, et qu’on a abandonné au cours du développement.

L’équerre PCI des deux cartes est originale puisqu’elle propose pas moins de six sorties (une de plus que la carte de référence). On observe donc trois sorties HDMI 2.0 et trois DisplayPort 1.4. Il est donc possible de relier jusqu’à six moniteurs en simultané.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire