L'Ion de NVIDIA libère l'Atom

Avec le lancement de la Geforce 9400, NVIDIA a fait grand bruit. Il faut dire que ce chipset correspond parfaitement à ce que le marché attendait :

  • il est compatible avec les processeurs Intel, ceux qui offrent, n'en déplaise aux fidèles d'AMD, les meilleures performances et la consommation la plus faible actuellement
  • il intègre un circuit graphique moderne aussi puissant qu'une Geforce d'entrée de gamme, et sachant décoder des vidéos HD
  • il maintient pourtant une consommation contenue, et un encombrement réduit

Le 9400, et sa déclinaison mobile 9400M, en offre donc beaucoup plus que les chipsets mobiles Intel, notamment au niveau des performances graphiques, que ce soit pour des PC de bureau d'entrée de gamme, polyvalents, "home cinema", ou bien pour des PC portables. Apple ne s'y est d'ailleurs pas trompé et a osé abandonner totalement les chipsets intégrés Intel sur sa gamme de portables phares, les MacBook.

Mais au-delà des PC de bureau ou portables classiques, c'est le marché des netbooks et des nettops, très porteur en cette période économique difficile, que vise NVIDIA. Pour attaquer ce marché, le caméléon a ainsi mis au point sa plateforme "Ion". Dévoilée il y a quelques semaines, Ion se présente sous la forme d'un boitier refermant en son sein une carte mère pico-ITX, sur laquelle on trouve : un chipset NVIDIA 9400M et un incontournable processeur Intel Atom.

Atom + 9400M, est-ce là le meilleur compromis entre performances suffisantes, polyvalence et basse consommation ? La plateforme classique d'Intel est-elle vraiment dépassée ? Pour le savoir nous avons testé la toute première plateforme Ion de référence arrivée en France, et l'avons opposée à la première carte Intel Atom : la D945GCLF. Ready ? Fight !