Guide d'achat : quelle souris pour jouer ?

Introduction et notre sélection

EDITION 2016 : Mise à jour le 1 mai 2016

Si Sony, Microsoft ou Nintendo investissent énormément de temps et d’argent dans l’élaboration de la manette qui accompagne leurs consoles de salon, c’est parce que cette dernière est un élément clé de l’expérience utilisateur.

Sur PC, l’outil principal de contrôle entre les mains du joueur n’est autre que la souris. Son influence sur l’expérience de jeu PC est aussi fondamentale que celle de la manette sur les consoles.

Un vrai joueur PC devrait donc consacrer autant de soin dans la sélection de cet accessoire critique qu’un joggeur en apporte à la sélection de ses chaussures ou un joueur de tennis à celle de sa raquette. La qualité de la souris conditionne directement le confort de jeu, mais aussi les performances du joueur : une mauvaise souris, lente et erratique, est une cause de défaite assurée.

Car il existe des différences fondamentales entre les souris classiques et celles dédiées aux joueurs. Une souris bureautique bas de gamme peut mettre jusqu’à 38 ms pour traiter l’information de ses capteurs et la transmettre au processeur, là où une souris gaming tend à s’approcher de la milliseconde. Or, la différence de réactivité est cruciale sur certains jeux. Certes, certaines souris bureautiques haut de gamme se comportent plus qu’honorablement sur les jeux. Mais, une souris spécialisée pour le jeu offre davantage de contrôle et multiplie les options pour améliorer l’expérience ludique en offrant, par exemple, des raccourcis vers vos actions favorites ou une variation à la volée de la sensibilité de son capteur.

Les constructeurs de périphériques ont bien compris que l'univers du jeu sur PC était un véritable marché à part entière avec ses règles, ses contraintes et ses besoins. Tous proposent aujourd’hui des lignes « Gamers » avec des appareils spécialement pensés et conçus pour les joueurs : des claviers, des casques audio et, bien évidemment des souris. Du coup, l’offre est pléthorique et les prix varient du simple au quadruple ! Car ces souris embarquent des innovations matérielles et logicielles pour booster les performances des joueurs. Encore faut-il comprendre ce qui les différencie et connaître les critères qui vous permettront de trouver la souris qui vous convient.

Consultez également nos autres guides d'achats orientés jeux :

Notre sélection :

Quel joueur êtes-vous ?

Avant toute chose, la première question à vous poser est : "quel type de joueurs êtes-vous ?"

Amateurs de MMO et RPG :

Pour les MMO et/ou RPG, optez pour des souris avec un grand nombre de boutons programmables. Certaines en embarquent plus de 30 ! Quelques modèles permettent même de définir plusieurs profils (magicien, guerrier, elfe, etc.) et de les sélectionner avec un simple bouton. D'ailleurs, la plupart des souris proposent des profils prédéfinis (et spécifiques) pour les principaux MMO ou RPG du marché afin de ne pas avoir à passer des heures à programmer les boutons pour chacun des jeux que l’on utilise. La possibilité d’ajuster la résolution du capteur à chaque jeu et à vos préférences est une constante sur tous les modèles. Les amateurs de jeux de stratégie en temps réel (STR/RTS) trouveront souvent leur bonheur avec une souris orientée MMORPG telle que l'Asus ROG Spatha dotée de 12 boutons programmables: ils sont un vrai plus sur des jeux comme World of Warcraft ou Star War : The Old Republic qui imposent de gérer de très nombreux sorts rapidement.

Amateurs de FPS :

Pour les FPS (jeu de tir à la première personne), optez pour une souris dont la sensibilité peut facilement s’adapter, non seulement à votre style de jeu, mais aussi à l’action. Bien des souris possèdent aujourd'hui un bouton « Sniper », qui réduit la « résolution DPI » du capteur lorsqu’on le presse, afin de ralentir le déplacement du curseur et donc gagner en précision dans le placement du viseur sur la cible. Pouvoir varier la résolution à la volée est devenue l'une des fonctions clés des souris de gaming.
Sachez aussi que certaines souris, à l'instar de la Logitech G302 Daedalus Prime ou de la Razer Naga Hex, se prétendent comme des modèles spécifiquement pensés pour les fans des arènes de bataille en ligne (MOBA).

Joueurs occasionnels

Si vous êtes un casual gamer, et que vous utilisez votre PC pour d'autres activités, il faut opter pour une souris « Gamer » moins sophistiquée, mais plus polyvalente, capable de procurer des expériences ludiques véritables tout en restant très confortable, souple et précise sur les usages classiques du PC.

A RETENIR :

Il existe des souris pour chaque type de joueurs. Certaines sont vraiment pensées pour les MMO et RPG, alors que d’autres visent plutôt les fans de FPS ou encore les amateurs de MOBA (Multiplayer Online Battle Area). Les premières multiplient les boutons programmables alors que les secondes privilégient la simplicité et la prise en main.

Filaire ou sans fil ?

Si l’on écoute les vieux « hardcore gamers », il n’existe aucune alternative au filaire ! Dans la pratique, l’idée qu’une souris sans fil soit moins réactive qu’une souris filaire tient des croyances ancestrales.

Depuis plusieurs années, les technologies sans-fil affichent des temps de réponse de l’ordre de la milliseconde, qui ne sont pas différents des souris classiques avec leur fil de plus de 2 mètres. Pour repères, rappelons qu’un moniteur 60 Hz rafraîchit son image en 16,67 ms et que le temps de réaction moyen d’un être humain est souvent supérieur à 200 ms. Nous reviendrons plus loin sur le "Polling Rate", mais il est essentiel de retenir que la nature humaine ne fait aucune différence entre un capteur 500 Hz et un capteur 1000 Hz.

Non, le véritable handicap des souris sans fil est ailleurs : c’est leur autonomie. Les jeux font un usage intensif de la souris et ne lui laissent aucune phase de répit durant laquelle se mettre en veille. Du coup, la grande majorité des souris sans-fil tombent à court de batterie après moins de 10 heures de jeu et doivent être rechargées. Évidemment, tomber en panne d’énergie en pleine action est un scénario qu’aucun joueur ne veut connaître !

Il est important de se rappeler qu'on ne peut pas se fier aux mesures d'autonomie données par les constructeurs, toujours extrêmement positives, pour ne pas dire irréalistes. Dans la pratique, parce qu'un jeu impose une utilisation intensive durant de longues heures consécutives, il convient de diviser par deux la durée indiquée pour avoir une vue réaliste de l'endurance de la batterie.

Reste que l'argument "Autonomie" est en passe de disparaître, et ceci pour deux raisons :

- De gros progrès ont été réalisés. Résultat, certaines souris comme la Logitech G602 prétendent atteindre jusqu'à 250 heures avec ses deux piles alcalines !

- Quasiment tous les modèles dits "sans-fil" récents fonctionnent aujourd'hui à la fois en sans-fil et en filaire (se rechargeant lorsqu’on reconnecte le fil). C'est notamment le cas des modèles Razer, de la Logitech G900, l'Asus ROG Spatha, mais aussi de la surprenante Bakth Nano Wireless. Certains préfèreront les utiliser le plus souvent en filaire, ne réservant le mode sans fil qu'à des scénarios mobiles, d'autres privilégieront la liberté d'un usage sans fil, conservant le câble à portée de main pour les sessions de charge.

Finalement deux aspects peuvent encore vernir freiner l'adoption des modèles sans-fil :

- Ces souris sont souvent un peu plus lourdes que leurs équivalents filaires.

- Elles utilisent des ondes radio qui sont susceptibles d'être soumises à des perturbations ce qui peut entrainer un comportement erratique. Toutefois, les derniers modèles disponibles viennent démentir ces deux assertions. La Logitech G900 ne pèse que 107g et n'est pas soumise aux perturbations grâce à son émetteur boosté qui produit un signal uniforme sur 360°.

A RETENIR :

Seule l’autonomie des souris sans fil freine encore leur adoption par les joueurs. Pour le reste elles sont aussi fiables, rapides et sensibles que les souris filaires. Mais pourquoi choisir ? Si vous aimez la liberté du sans-fil, sachez qu'une vaste majorité de souris "wireless" fonctionne également en mode filaire à l'instar de la Logitech G900 Chaos Spectrum, dont l'autonomie sans fil atteint les 24 heures, même avec l'éclairage LED actif. La souris 100% mobile Razer Orochi propose, elle aussi, un double mode de fonctionnement.

Capteur laser, optique, kesako ?

Le capteur est l’organe vital de la souris. C’est lui qui repère les mouvements dans l’espace. Trois technologies s’opposent : les souris optiques, les souris laser et les souris infrarouge.

S'il existait de profondes différences entre ces technologies précédemment, ce n'est plus aussi vrai aujourd'hui. A commencer par le fait que les souris laser sont en réalité aussi des souris optiques. En effet, on parle à tort de "capteur laser". En réalité, toutes les souris utilisent des capteurs CMOS. Ce qui les différencie, c'est la façon dont la surface est illuminée pour permettre au capteur de capter les mouvements.

Les souris laser ont généralement la préférence des constructeurs de souris de gaming. Elles sont compatibles avec la plupart des surfaces (mais préfèrent celles bien dures) et sont extrêmement réactives. L'utilisation d'un laser permet d’atteindre des résolutions extrêmes (jusqu’à 12000 DPI). Mais elles ont besoin de surfaces très uniformes et n’apprécient guère les poussières. Surtout, les systèmes laser n’apprécient pas le repositionnement de la souris (lorsqu’on la soulève pour la replacer). Ils tendent à ne pas percevoir la manipulation et envoient alors une donnée erronée. De même, ils sont davantage sensibles aux variations de précision liées à la vitesse de déplacement de la souris (un phénomène souvent désigné à tort par "accélération"). Mais de gros progrès ont été réalisés ces derniers mois en la matière et on peut - sur certains modèles - passer par une phase d’apprentissage qui permet d’optimiser le comportement de la souris spécialement pour votre surface et ajuster la détection du décollage de la souris lors des replacements.

Les capteurs optiques peuvent être à LED ou à infrarouges. Ils ont eu leur heure de gloire sur les souris de joueurs, justement parce qu’ils détectaient bien mieux les replacements et fonctionnaient sur davantage de surfaces. Les systèmes optiques sont aussi généralement mieux adaptés aux surfaces plus molles ou poussiéreuses. Toutefois les "capteurs" laser de 4ème Génération semblent avoir bel et bien remplacés les systèmes optiques sur les derniers modèles. Certaines souris haut de gamme continuent cependant d'associer deux capteurs : un laser 4G et un optique.

A RETENIR :

La technologie du capteur a moins d’importance de nos jours, les souris étant équipés de processeurs 32 bits puissants et de laser de 4ème génération. Mais il peut être important de vérifier que votre modèle dispose bien d’une option d’optimisation du comportement pour votre surface de jeu. La souris Logitech Daedalus Apex G303 offre un très bon rapport qualité prix tout en embarquant la toute dernière génération de capteurs imaginés par les ingénieurs de Logitech. Elle intègre en effet un capteur "Delta Zero' PMW3366. Ce dernier ne présente pas les imprécisions à l'origine du phénomène d'accélération des souris laser et ne réalise aucun lissage ou filtrage quelle que soit la résolution qui atteint ici des records (12000 DPI). 

Les DPI, faux argument commercial

C’est l’arme marketing N°1 mise en évidence par les constructeurs… Seulement voilà, c’est surtout et presque uniquement une arme marketing. Car le DPI est une mesure de sensibilité plutôt simpliste qui ne se suffit pas à elle-même.

En théorie, plus élevés sont les DPI, moins il faut déplacer la souris sur la table pour obtenir le même mouvement à l’écran. Des DPI élevés économisent donc les mouvements et vous apportent de la vitesse, mais nécessitent plus d'habileté, et peuvent aussi nuire à la précision de placement de la souris.

Certains modèles dépassent aujourd’hui les 10000 DPI. Or, sur une résolution Full HD, même les joueurs les plus exigeants n’ont en général besoin que d’une sensibilité comprise entre 800 et 1600 DPI. Sur un écran 4K, vous n’aurez guère besoin de plus de 3500 DPI.

Deux choses importent donc : 

- La possibilité d’ajuster les DPI à tout moment en agissant sur des boutons de la souris (plutôt qu’une solution passant par le pilote logiciel). Très pratique : certaines souris, comme la Corsair M65 Pro, possèdent un vrai bouton « Sniper » qui décroit fortement les DPI quand on le presse, ce qui permet d’associer vitesse de déplacement (bouton Sniper non pressé) et précision du tir (bouton Sniper enfoncé).

- Votre zone de confort ne doit pas atteindre ni le minimum ni le maximum de la souris. Autrement dit, si votre zone de confort est à 1600 DPI, votre souris doit offrir au moins une sensibilité de 3200 DPI. Sur un affichage 4K, évitez les souris dont la sensibilité capteur serait inférieure à 5000 DPI.

Pour information, dans le cadre d’une souris, il faudrait plutôt parler de CPI (Count Per Inch) que de DPI (Dot Per Inch) pour être juste, mais les deux valeurs sont les mêmes, il s’agit simplement d’un abus de langage.

A RETENIR :

Vérifiez la présence d’un bouton Sniper ou de boutons programmables permettant de faire varier la vitesse de déplacement à la volée selon vos besoins, en plein milieu de l'action. Cette capacité à faire varier la précision est plus importante que la mesure de DPI maximale affichée, qui ne signifie plus grand chose aujourd’hui. Le record en la matière est détenu par la toute nouvelle Razer Mamba, première souris dotée d'un système laser de cinquième génération d'une précision de 16000 DPI, qui ne perd pas les pédales, même lorsqu'on applique 50G d'accélération à la souris. Le Marketing est ravi, mais l'utilisateur ne percevra pas vraiment la différence sauf au moment de passer à la caisse !

Jittering, polling rate, ce qu'on ne vous dit pas

Deux autres éléments, jamais réellement spécifiés par les constructeurs, influent sur le comportement de la souris.

Le premier est ce que l’on appelle le « Jittering » (instabilité) : autrement dit le manque de fiabilité de lecture de la surface du capteur. Il se traduit par un comportement erratique du pointeur qui se retrouve brutalement déplacé à l’écran et peut vous amener à manquer votre cible sur un FPS. Les « Jitters » sont souvent plus fréquents lorsque la sensibilité aux DPI est élevée. Le phénomène dépend de la qualité du capteur, de l’intelligence du pilote et de la surface sur laquelle repose la souris. Utiliser un tapis « spécial gamer » permet souvent de réduire les risques de jittering.

Le second est ce que l’on appelle le « Polling Rate » (taux d’interrogation), autrement dit la fréquence à laquelle votre ordinateur reçoit les données de la souris. Windows prédéfinit le Polling Rate à 8 ms (il reçoit 125 fois par seconde des données souris). Mais les jeux ont besoin de plus de réactivité et les pilotes des souris gaming sont justement conçus pour augmenter cette valeur. La plupart des souris affichent une réactivité de 1 ms (soit un Polling Rate de 1000 Hz). Mais cette dernière est souvent réglable. Quant à l'utilisation du processeur d'une souris à 1000 Hz, nous avons effectué des tests jusqu'à 2000 Hz pour conclure que c'est surtout le bureau de Windows qui provoque de très forts écarts de performances. En outre, comme nous l'avons déjà expliqué, la différence entre une souris offrant une réactivité de 2 ms (polling rate de 500 Hz) ou de 1 ms n'est pas perceptible par l'être humain.

Comment tenir sa souris

Droitier ou gaucher ?

C’est un point qui doit attirer toute votre attention. Les souris gaming ambidextres sont peu nombreuses. Tous les modèles un peu évolués sont systématiquement pensés pour les droitiers et rares sont les constructeurs à proposer une version pour gauchers. Parmi les rares exceptions, on peut citer Razer, qui propose son excellente souris MMO "Naga Classic" en  "Edition Gaucher". Lorsque de tels modèles existent, il faudra le plus souvent passer directement par la boutique en ligne du site pour les acquérir.

Méfiez-vous des souris qui ont l’air ambidextres parce qu’elles ont une forme symétrique : souvent, elles possèdent souvent des boutons supplémentaires uniquement présents sur le côté gauche de la souris, donc pour les droitiers (boutons qui tombent sous le pouce ou l’index). Une vraie souris ambidextre, à l’instar des Roccat Kova et Kiro, des Logitech G900, des Razer Diamondback et Ouroboros, ou de la SteelSeries Sensei, propose les mêmes boutons de chaque côté.

A RETENIR :

Gauchers, méfiez-vous ! 90% des souris Gamers sont optimisées, voire réservées aux droitiers. Ne le perdez pas de vue lors de l’achat et soyez vigilants, même si la forme semble ambidextre car symétrique (regardez bien si les mêmes boutons sont présents des deux côtés).

Chacun tient sa souris différemment

Le choix d’une souris, c’est aussi une question de confort. Or chacun tient sa souris un peu différemment. Certains modèles sont plus ronds alors que d’autres sont plus allongés et d’autres encore adoptent un design ergonomique spécial. C’est selon les préférences de chacun, mais il vaut mieux essayer avant d’acheter.

D’autant que la notion de confort dépend directement de votre main elle-même. Les petites mains ont besoin de petites souris et les grandes mains de grandes souris. Certains modèles ont un repose paume ajustable qui peut s’étirer vers l’arrière. D’autres proposent une molette qui permet d’écarter le panneau de commandes au niveau du pouce afin d’élargir la souris.

A RETENIR :

Si vous le pouvez, essayez la souris envisagée avant de l’acheter pour vérifier qu’elle convient à votre façon de la tenir. La Mad Catz R.A.T Pro X est probablement la souris la plus personnalisable en matière de confort. Elle se transforme pour convenir aux grandes et petites mains, à ceux qui aiment bloquer leur petit doigt sur le corps de la souris, et aux autres qui le laissent libre, et même satisfaire ceux qui aiment poser le poignet sur la souris, ou ceux qui le préfèrent posé sur la table, etc.

Le poids de la souris

Le poids est un autre critère totalement subjectif. Certains aiment les souris particulièrement lourdes alors que les ergonomes et médecins conseillent plutôt l’usage de souris les plus légères possibles. Pour satisfaire tout le monde, certains constructeurs livrent avec leurs souris des poids amovibles qui permettent, lorsqu’on les installe, d’alourdir la souris ou d’ajuster son équilibre.

A RETENIR :

Évidemment, en matière de confort, rien ne remplace le test en vrai avant l'achat. Sachez que certaines souris ont des poids amovibles. C'est le cas de la Logitech G502 Proteus Core, probablement l'une des souris de gaming les plus polyvalentes du marché.

Molette centrale et look général

Le Look & l'éclairage

Le look de la souris contribue lui aussi à l’expérience ludique. Il reflète souvent l’image du joueur. Et les constructeurs s’en donnent à cœur joie. Autant certains modèles sont d’un classicisme presque ennuyeux, autant d’autres sont incroyablement futuristes, déroutants, voire provocateurs. Il suffit pour s’en prouver de jeter un œil à la gamme Cyborg de Mad Catz par exemple.

Mais outre le design, un autre élément contribue notablement au look de la souris : le rétroéclairage. Les constructeurs glissent désormais de plus en plus souvent un jeu de diodes au cœur du périphérique pour illuminer un logo, des boutons, les côtés, la molette ou même produire un halo lumineux tout autour du dispositif. Certains constructeurs, à l’instar de Razer et sa série Chroma, laissent même à l’utilisateur le soin de régler précisément la couleur émise par les LED embarquées.

A RETENIR :

Certaines souris ont un rétroéclairage dont on peut ajuster la couleur via leur logiciel pilote. C'est notamment le cas de Logitech G303 Daedalus Apex dont les bords latéraux s'illuminent de multiples façons grâce à un jeu de de LEDs offrant 16 millions de teintes.

La molette centrale

La molette joue désormais un rôle essentiel dans Windows et ses logiciels, même si son utilité dans les jeux n’est pas toujours avérée.

Optez pour une souris dont on peut aisément reprogrammer la molette. Mais si vous comptez utiliser votre modèle « gamer » au quotidien pour piloter Windows et vos logiciels, accordez davantage votre attention au fonctionnement de la molette elle-même.

Rares sont les souris de gaming à offrir une molette « multidirectionnelle », autrement dit que l’on peut basculer de gauche à droite pour obtenir un défilement horizontal à l’écran. En outre, seules certaines souris Logitech bénéficient d’une molette « double action » qui propose à la fois un défilement par palier (pour gagner en précision) et un défilement fluide (pour scroller plus rapidement).

A RETENIR :

Si vous utilisez Windows et ses logiciels aussi ou plus souvent que vous ne jouez, accordez un peu d’attention à la molette, sa convivialité, et sa gestion du scrolling horizontal. La très universelle Logitech G502 Proteus Core est l'une des rares souris "gaming" à disposer d'une roulette "double mode" offrant à la fois un défilement fluide et par palier.

Logiciel de gestion, compatibilité Mac et PC

Le logiciel de configuration

La particularité numéro 1 des souris de gaming, c’est d’offrir un logiciel pilote très évolué qui permet de paramétrer le comportement du capteur de la souris et de reprogrammer les boutons. Il permet également souvent de créer des macros (attribuer une succession d’actions à réaliser en une touche).

Ces logiciels sont plus ou moins conviviaux et évolués. Les meilleurs permettent en général de reprogrammer simplement la souris grâce à des profils prédéfinis pour chacun des jeux du marché. Par exemple, chez Razer, le logiciel pilote, dénommé « Synapse 2.0 », utilise une base de données dans le Cloud pour récupérer des profils de programmation de la souris pour chaque nouveau jeu qui sort. Ainsi, vous n’avez pas à passer des heures à reprogrammer les boutons de la souris à chaque nouveau jeu acquis.

A RETENIR :

Le logiciel pilote est un élément essentiel de votre souris. Optez pour un modèle qui vous permet de créer des profils pour chacun de vos jeux et simplifie la programmation des boutons grâce à des profils jeux pré-définis. Même la plus économique des souris Razer, la Razer Abyssus, bénéficie des fonctionnalités avancées procurées par le pilote Synapse.

La compatibilité Mac/PC

Les utilisateurs Mac ont aussi le droit de jouer... Mais tous les constructeurs ne le voient pas ainsi. Le problème, c'est qu'entre les éclairages LED et les boutons programmables, les souris de jeu USB ne sont pas forcément compatibles avec l'univers Apple. Le logiciel pilotant ces fonctionnalités avancées n'est en effet que rarement porté sur l'univers Mac OS X. En conséquence, la plupart des souris gaming ne sont véritablement compatibles qu'avec Windows.

A RETENIR :

Parce que le logiciel pilote est un élément clé des souris de Gaming, la plupart des modèles ne sont réellement compatibles qu'avec les PC sous Windows. Si vous utilisez un Mac, prenez soin de vérifier la compatibilité avant d'acheter.

Tableau de toutes les souris du guide

Définissez votre budget

L’univers des joueurs n’est pas bon marché. En matière de souris de gaming, les prix s’étendent de 30 à plus de 170 euros ! Méfiez-vous des souris trop bon marché (moins de 20 euros). Généralement, leur câble est court, les pilotes manquent de finition, les boutons ne tiennent pas la distance et les capteurs utilisés se contentent de jouer sur l'intensité de la lumière pour faire varier la précision. Pour autant, on trouve aussi de vraies souris Gamers, avec rétro-éclairage LED RGB, variation à la volée de la sensibilité et une bonne qualité de fabrication à l'instar de la SteelSeries Rival 100. De même, bien que dépourvue de rétro-éclairage et d'un logiciel (donc de macros), la Cougar 200M n'en demeure pas moins une bonne souris pour les joueurs à budget très réduit.

Il est important de se fixer un budget car c’est souvent celui-ci qui, au final, viendra départager les modèles entre lesquels vous hésitez. Surtout qu’il ne faut pas perdre de vue que la souris reste un périphérique assez fragile entre les mains des gros joueurs. Certains de leurs boutons ont beau être garantis pour 5 à 20 millions de clics, elles restent soumises à rude épreuve et résistent plus ou moins bien aux traitements de choc auxquels elles sont soumises. Ne perdez pas de vue que les souris les plus chères sont les plus sophistiquées mais pas nécessairement les plus solides.

A RETENIR :

Prix élevé ne signifie pas pour autant indestructibilité. Restez raisonnable… Si votre budget est vraiment serré, il existe des souris à moins de 35 euros qui affichent un caractère résolument ludique tout en bénéficiant de la qualité et du savoir faire de vrais spécialistes des périphériques pour gamers, notamment chez SteelSeries (Rival 100) et chez Roccat (Lua).

Toutes les souris de notre guide d'achat

Loading...

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire