Test disques durs : 130 modèles comparés

Le choix d'un disque dur est parfois complexe. Et nous, chez Tom's hardware, on est là pour vous faire comprendre des choses complexes.

Dans cette mise à jour de mars 2015, nous avons ajouté cinq disques durs 3,5 pouces : le Toshiba MD04ABA400V (4 To) et les Western Digital Red 6 To, Red Pro 4 To, Green 6 To et Purple 6 To.

Les disques durs

Si les SSD sont de plus en plus utilisés (nous vous avons proposé un comparatif récemment), le disque dur mécanique reste toujours un périphérique de choix, ne serait-ce que pour sa capacité : jusqu'à 4 To pour un prix correct (moins de 400 €), voire jusqu'à 6 To pour les modèles les plus récents. Pour les personnes qui ont besoin de plus de 500 Go de stockage, les SSD sont souvent abandonnés.

Différentes tailles, différentes vitesses

Il existe plusieurs modèles de disques durs, et c'est la taille des plateaux qui est utilisée pour les différencier. Dans les ordinateurs de bureau, on utilise des disques durs 3,5 pouces, alors que dans les ordinateurs portables — plus compacts —, on utilise des disques durs 2,5 pouces. Dans ce dossier, nous allons nous concentrer sur ces deux gammes, les plus courantes. Pour information, des modèles de 5,25 pouces ont été utilisés il y a quelques années, tout comme des modèles de 1 pouce (MicroDrive). Les disques durs de 1,8 pouce sont aussi encore parfois utilisés dans les baladeurs et les ultraportables.

La vitesse de rotation est aussi un point important : un disque dur contient un ou plusieurs plateaux qui tournent et l'accès aux données est donc dépendant de la vitesse à laquelle un endroit précis du plateau peut être placé sous la tête de lecture. Plus il tourne vite, plus les données seront accédées rapidement. Mais plus il tourne vite, plus il sera bruyant et consommera de l'énergie. Dans le monde grand public, on trouve essentiellement des disques durs qui tournent à 7 200 tpm (tours par minute) et à 5 400 tpm. Certains modèles Seagate sont annoncés à 5 900 tpm et quelques modèles rapides (la gamme VelociRaptor) atteignent 10 000 tpm. Dans le monde professionnel, les modèles à 10 000 tpm et 15 000 tpm sont très courants. Les anciens disques durs tournaient parfois à 4 200 tpm, mais ils ont été abandonnés, sauf dans des domaines particuliers comme le monde de l'automobile.

Enfin, la densité des plateaux est à prendre en compte, même si les constructeurs communiquent peu sur ce point. Un disque dur est composé de plusieurs plateaux empilés, et la densité des données sur le plateau est importante. C'est assez simple à comprendre : si on place plus de données sur la même surface, on pourra lire plus de données sur un seul tour de disque. Les disques durs récents ont des plateaux de 1 To, les anciens modèles ont des plateaux de 667, 500 ou même 330 Go (environ). Plus la densité est élevée et plus un disque dur sera rapide, et un modèle de 1 To composé d'un seul plateau sera plus rapide qu'un modèle de 1 To composé de deux ou trois plateaux.

Green, ecoGreen et autres LP

Depuis quelques années, on trouve des disques durs « Green », « ecoGreen » ou « LP (Low Power) » chez les différents fabricants. Les disques durs de ce type sont des modèles 3,5 pouces qui tournent à 5 400 tpm alors que les disques durs de ce type tournaient tous à 7 200 tpm depuis la fin des années '90. Avec la densité actuelle des plateaux des disques durs, les performances en débit restent correctes — plus de 100 Mo/s — et la consommation est évidemment plus faible que celle d'un disque dur 7 200 tpm. Mais il faut bien prendre en compte que la différence est négligeable dans un PC de bureau : en considérant qu'un PC est allumé 8 heures par jour toute l'année, la différence de consommation sur l'année représente environ 1 € sur la facture annuelle. Ils sont surtout intéressant dans les boîtiers externes ou dans un NAS : avec un NAS allumé en permanence et contenant plusieurs disques durs, la différence est un peu plus visible.

NAS et autres RED

Avec la démocratisation des NAS — des boîtiers qui se connectent à un réseau et permettent de partager des données —, les constructeurs de disques durs proposent depuis quelques années des modèles dédiés à ce type d'usage. Les gammes dédiées aux NAS ont généralement quelques particularités et se concentrent sur la fiabilité. Typiquement, un disque dur dédié aux NAS a un MTBF (le temps moyen entre les pannes) plus élevé et est certifié pour fonctionner 24 heures sur 24, ce qui n'est pas le cas d'un disque dur classique. Il y a aussi deux différences mineures : le temps d'accès est souvent augmenté artificiellement pour limiter les nuisances sonores et certains paramètres liés au fonctionnement en RAID ne sont pas réglés de la même façon que sur un disque dur classique, pour éviter que le NAS considère comme défectueux un disque dur qui réagit trop lentement. Globalement, si vous comptez utiliser un disque dur dans un NAS ou un boîtier externe, nous vous conseillons d'utiliser un modèle dédié, même s'ils sont parfois un peu plus onéreux.

Les disques durs hybrides

Depuis quelques années, les disques durs hybrides sont de plus en plus courants : après l'essai désastreux de Seagate en 2007 (avec des disques durs dédiés à Windows Vista), les constructeurs proposent enfin des solutions intéressantes. Que ce soit Seagate avec ses Momentus XT et ses SSHD, Toshiba ou Western Digital, les disques durs hybrides qui couplent des plateaux de grande capacité avec une mémoire cache à base de mémoire flash sont populaires. L'idée est simple : installer quelques gigaoctets de mémoire flash (typiquement 4 ou 8 Go) sur le disque dur, qui vont être utilisés comme une mémoire cache très rapide. Les données souvent accédées (fichiers utilisés pendant le démarrage, programmes, etc.) sont stockées sur la mémoire flash, ce qui accélère l'accès à ces dernières. On a donc généralement des performances qui se situent entre celles d'un disque dur et d'un SSD avec l'avantage de la capacité du disque dur et un surcoût marginal.

Passons maintenant aux tests et à notre sélection.


Sur le forum :

Nos autres comparatifs :

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
5 commentaires
    Votre commentaire
  • une ombre au test plutôt un manque : le taux de pannes dédit disques dur que vous présenter ,car généralement on les change quand ils sont en panne (surtout les 2.5 pouces dans les ordinateur portable ou il se retrouve très fréquemment seul ) Si non très bon test
    0
  • migalle a dit :
    une ombre au test plutôt un manque : le taux de pannes dédit disques dur que vous présenter ,car généralement on les change quand ils sont en panne (surtout les 2.5 pouces dans les ordinateur portable ou il se retrouve très fréquemment seul ) Si non très bon test


    ça va être compliqué de tester les pannes, donc on devrait se contenter des chiffres du constructeur :D
    0
  • Je ne comprend pas pourquoi WD ne sort pas un Velociraptor SSHD, ce serait certainement une tuerie !

    Edit : Peut-être parce qu'un SSD 500Gb est à moins de 200€ et 1Tb vers les 300€. Je n'avais pas remarqué que les prix sont descendu aussi bas en si peu de temps.
    0
  • Comme dit dans les commentaires précédents le taux de pannes est un élément déterminant dans le choix d'un bon disque dur... il existe des chiffres très éloquents à ce sujets qui viennent de sources fiables.

    BackBlaze est un prestataire proposant du stockage en ligne illimité pour les entreprises. Son infrastructure de plus de 41 000 disques durs lui permet de proposer périodiquement des statistiques sur la durée de vie de ces unités de stockage.
    Les 41 123 disques durs utilisés par BackBlaze fonctionnent 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24.

    Lors du premier rapport de la société, réalisé l'année dernière, on pouvait déjà observer une certaine tendance à la panne du côté des disques durs Seagate. Un phénomène qui a pris de l'ampleur sur la nouvelle période analysée (2014) puisque le modèle Seagate Barracuda 7200.14 de 3 To (ST3000DM001) affiche un taux de panne de 43,1 %.Ce n'est pas la seule référence de la marque à obtenir un tel score critique, puisque le Barracuda 7200.11 de 1,5 To est quant à lui à 23,5 % de taux de panne, le Barracuda LP 1,5 To à 9,5 % et le Barracuda XT de 3 To à 4,8 %.Hitachi (HGST) s'en sort globalement mieux, puisque son moins bon élève ne dépasse pas 2,3 %. Pour Western Digital, la moyenne s'avère plutôt bonne, mais son modèle Red de 3 To frise tout de même les 7 % de panne.

    Conclusion : Seagate a clairement un gros problème de fiabilité dans son matériel; volontaire ou non c'est tout de même assez important pour être signalé avant d'envoyer le consommateur vers ce produit... En tant que pro dans le domaine je le constate tous les jours, les DD Seagate reviennent très souvent en panne au bout de la date de garantie voire moins.
    0
  • AntiStreSs31 a dit :
    [...] BackBlaze est un prestataire proposant du stockage en ligne illimité pour les entreprises. Son infrastructure de plus de 41 000 disques durs lui permet de proposer périodiquement des statistiques sur la durée de vie de ces unités de stockage. Les 41 123 disques durs utilisés par BackBlaze fonctionnent 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24.[...]


    Si j'ai bien compris, ils mettent des disques durs grand public dans des trucs comme ça, et ils les font tourner en H24, c'est ça ?


    [:xam]
    0