Accueil » Comparatif » Guide d’achat : les meilleurs PC portables gaming

Guide d’achat : les meilleurs PC portables gaming

Vous n’êtes plus obligés d’avoir une énorme tour pour profiter d’un véritable PC gamer. Les PC portables pour le gaming ne cessent de s’améliorer d’année en année : voici notre sélection.

Pendant de nombreuses années, lorsque l’on évoquait un PC portable « gamer », on faisait référence à une machine surpuissante, hors de prix, massive, avec un look assez exubérant et une autonomie minimale. Il s’agissait plus d’un PC gaming de bureau haut de gamme (la vitrine technologique des constructeurs) qu’on pouvait déplacer de temps en temps. En somme, un PC vaguement « transportable », qui impressionnait tout autant par ses performances que par sa silhouette de char d’assaut.

asus TUF gaming notebook
Crédit : Asus

Ce temps est aujourd’hui définitivement révolu. Autour de châssis de plus en plus soignés, qui s’inspirent des lignes épurées et des matériaux nobles des ultraportables qui ont envahi le marché, les PC gamers sont de plus en plus séduisants, fins et légers. Grâce à la miniaturisation des composants, notamment des véloces cartes graphiques Nvidia et des processeurs AMD toujours plus finement gravés, ils préservent la grande puissance de leurs aînés tout en arborant un look bien plus engageant. Plus que jamais, il est possible de jouer aux titres les plus exigeants sur un PC nomade, sans le moindre compromis.

Image 1 : Guide d'achat : les meilleurs PC portables gaming

Autre nouveauté majeure : on trouve désormais des configurations complètes et polyvalentes à moins de 1000 euros. À la clé : pas forcément de quoi jouer aux jeux les plus gourmands sans la moindre concession, bien évidemment, mais une machine polyvalente et équilibrée, à l’aise dans les tâches les plus diverses et avec un large panel de jeux. Une vraie alternative aux PC portables classiques, si vous avez besoin d’une certaine puissance graphique !

Image 2 : Guide d'achat : les meilleurs PC portables gaming

De l’autre côté du spectre, les constructeurs lâchent la bride et proposent des configurations sans limite, dignes des plus performants PC fixes. Si vous envisagez de consacrer un tel budget, un seul mot d’ordre : veillez au confort du châssis et de son clavier, vous ne pourrez évidemment pas les changer, et à l’évolutivité de telles machines.

A lire > AMD vs Intel : 2 PC portables identiques comparés, quel CPU sort vainqueur ?

Notre sélection des meilleurs PC portables gaming

Image 4 : Guide d'achat : les meilleurs PC portables gaming

MSI GE76 Raider

Grand et puissant

3999,95€ > LDLC
On aime
  • Performances incroyables
  • De nombreux ports
  • Un design lumineux
On n’aime pas
  • Ventilateurs un peu bruyants
  • Ecran moins lumineux qu'avant
  • Très cher

Qui a dit que se tourner vers un PC portable gamer voulait nécessairement dire faire des sacrifices sur les performances ? Le MSI GE76 Raider fait quelque peu tromper cet adage, particulièrement en face de son impressionnante fiche technique qui allie l’Intel Core i9-12900H, la 12e et dernière génération d’Intel dans l’une de ses formes la plus puissante, avec la Nvidia GeForce RTX 3080 Ti. Autant dire que la 4K à 60 FPS n’aura absolument aucun problème à passer sur cette configuration musclée.

On vous pardonnera cependant de baisser un peu les graphismes pour profiter de son gigantesque écran de 17,3 pouces en définition 1080p qui supporte un incroyable taux de rafraîchissement allant jusqu’à 360 Hz, absolument parfait pour les gamers exigeants. Et si vous préférez augmenter un peu votre définition au sacrifice du taux de rafraîchissement, vous le pouvez !

Alors oui, c’est un beau bébé de 2,9 kilos, et pas tout à fait le genre d’ordinateur gamer que l’on amènera aisément chez les parents en vacances. Mais pour qui n’a pas beaucoup d’espace et veut pouvoir transporter sa config avec lui, il est l’un des ordinateurs les mieux taillés pour la compétition.

Image 4 : Guide d'achat : les meilleurs PC portables gaming

Razer Blade 15 (2022)

Premium, fin et portable

3599,99€ > Amazon
On aime
  • Excellentes performances
  • Qualité de fabrication imbattable
  • Bonne connectique
On n’aime pas
  • Ecran moins bon que les concurrents
  • Très cher

Chez Razer, on mise encore et toujours sur des configurations gamers dans un format qui ferait presque passer l’ordinateur pour un ultrabook. Le dernier Razer Blade 15 continue la lancée de son illustre lignée en couplant un Intel Core i7-12800H avec une GeForce RTX 3070 Ti dans un châssis de 15,6 pouces qui ne pèse que 2 kilogrammes. Et ce avec toute la sobriété du monde, sorti de ce logo à tête de serpents qui rappelle l’orientation gamer de la marque.

Tout cela a son prix bien sûr. Mais on fait rarement plus ultra premium que la marque taïwanaise, dont l’inspiration du côté de chez Apple est évidente dans ses meilleurs côtés… mais pas ses mauvais, fort heureusement. Son écran 15,6 pouces à la définition Quad HD et au taux de rafraîchissement de 240 Hz le place naturellement dans la catégorie gamer, mais sa portabilité est sans nul autre pareil et pourra séduire les graphistes et monteurs vidéo avec aise. Pour peu que vous puissiez vous le payer toutefois.

Image 4 : Guide d'achat : les meilleurs PC portables gaming

Alienware X15 R1

L'OVNI de la finesse

2385,16€ > Amazon
On aime
  • Design très fin et original
  • Excellentes performances
  • Les dernières technologies sans fil
On n’aime pas
  • Manque de contraste
  • Partie logicielle incomplète

Le design des Alienware peut quelque peu décontenancer à première vue. Il faut dire que cela fait des années que l’on a l’habitude d’avoir la charnière de l’écran placé bien au bord du châssis, de façon à former un L une fois l’ordinateur ouvert. Mais il n’en est rien ici : le constructeur continue de proposer des portables avec un dos bien marqué, qui a l’excellent mérite d’intégrer un système de refroidissement robuste et des connectiques à l’arrière pour libérer la place sur les côtés de l’appareil.

L’Alienware X15 R1 fait office du meilleur de ce qu’a à offrir le constructeur cette année. Outre sa fiche technique intégrant un Core i7 ou i9 de 11e génération, on retrouve également une GeForce RTX 3070 Ti. Le tout dans un châssis particulièrement fin qui commence à frôler l’ultraportable. L’écran lui aussi permet de retrouver une définition en Quad HD à 240 Hz qui sera parfaite pour les gamers. C’est simple : il commence à chasser sur le territoire de Razer, et le fait excellemment bien. Reste que son ergonomie est forcément un brin sacrifiée pour laisser place à ce renfoncement dorsal, ce qui ne plaira pas à tout le monde.

Image 4 : Guide d'achat : les meilleurs PC portables gaming

Acer Nitro 5

Une touche de sobriété

1380,25€ > Fnac
On aime
  • Tarif abordable
  • Design réussi
  • Des bonnes performances à ce prix
On n’aime pas
  • Windows blindé de pubs à désinstaller
  • Calibration très bof de l'écran

Et si on ne veut pas forcément casser sa tirelire ? Sur cette catégorie, la gamme Nitro d’Acer a toujours su répondre aux attentes. Le dernier modèle en date, qui intègre un Core i5-12500H et une GeForce RTX 3050 Ti, veut répondre à ces attentes. En prime, le constructeur chinois a fait le choix cette année de calmer quelques peu les accents « gamers » de son design pour un look légèrement plus sobre, ce qui lui permet aussi d’éviter ce côté « cheap » que pouvaient parfois avoir certains de ses appareils.

Un écran 15.6 pouces à 144 Hz, un poids de 2,5 kilogrammes, et une configuration bien balancée qui permettra à la plupart des joueurs de se faire plaisir à moindre coût puisque le PC portable gamer est lancé sous la barre des 2000 euros. Ces appareils sont même régulièrement trouvables sous la barre des 1000, c’est dire. Alors oui, il faudra faire avec des finitions moins premium et énormément de logiciels publicitaires préinstallés, mais on n’a rien sans rien.

Image 4 : Guide d'achat : les meilleurs PC portables gaming

Asus ROG Flow Z13

Unique en son genre

1499,99€ > Fnac
On aime
  • Un design unique et réussi
  • Très bon écran 120Hz
  • Clavier fourni de bonne qualité
On n’aime pas
  • Difficile à utiliser sur ses genoux
  • Faible autonomie

L’Asus ROG Flow Z13 est un ovni attachant dans cette catégorie. Seul le constructeur taïwanais pouvait avoir cette idée saugrenue de fusionner un PC gamer avec une tablette Surface….et réussir son pari. Intel Core i9-12900H et GeForce RTX 3050 sont au rendez-vous dans sa configuration la plus boostée pour fournir une plateforme de jeu dans le format d’une tablette 12 pouces, dont le clavier est d’ailleurs fort heureusement fourni à l’achat.

C’est bien simple : on aurait presque envie de traiter l’appareil comme une sorte de Xbox Series S incroyablement fine et transportable, qui possède son propre écran. Les performances sont au rendez-vous, et le système de refroidissement arrive bien à encaisser tout cela. La petite fenêtre illuminée sur les composants fait aussi son effet, tout autant que son écran compatible 120 Hz. Et pour les joueurs les plus exigeants, un eGPU pourra se charger de rajouter de la puissance brute une fois à la maison. C’est un concept unique, onéreux, mais qui mérite vraiment de lui prêter attention. Surtout si vous êtes un gamer constamment en déplacement.

Des machines plus fines, des configurations plus abordables

Aujourd’hui, les constructeurs ont élargi leurs offres en proposant des machines plus légères, optimisées pour être utilisées plus longtemps sur batterie et plus abordables. Ce dernier critère a bénéficié des progrès techniques réalisés par Nvidia et Intel, mais aussi par AMD, en particulier par sa génération de CPU Ryzen Renoir de plus en plus adoptée par les constructeurs. Il devient aujourd’hui possible d’acquérir une machine tout à fait satisfaisante pour jouer en Full HD à environ 800 euros, avec une puce graphique GeForce RTX 3050 Ti ou Radeon RX 6500M et un processeur Core i5 ou Ryzen 5.

Bien sur, pour arriver à ces « petits » prix, certains constructeurs ont simplifié leurs boîtiers, qui n’offrent donc pas les mêmes fonctions que les grosses bécanes qui existent toujours, comme les Predator d’Acer, les ROG d’Asus ou les Alienware de Dell.

Image 13 : Guide d'achat : les meilleurs PC portables gaming

Ainsi a-t-on vu débouler sur le marché des Acer Nitro, des HP Omen ou encore des Lenovo Legion. Pour environ 800 ou 900 euros environ, ces machines « gaming d’entrée de gamme » intègrent un duo processeur/puce graphique Core i5/RTX 3050, qui fait l’affaire si vous n’êtes pas accro aux derniers jeux en date, hyper sophistiqués, ou si vous êtes prêt à sacrifier quelque peu la qualité d’affichage sur l’autel de la fluidité.

Ces « petites » configurations n’ont pas toujours de clavier rétroéclairé RGB (juste en rouge le plus souvent), ni d’écran QHD ou 4K, ou de systèmes audio avancé. Leur écran n’est pas non plus compatible G-Sync et offrent surtout du 120 ou 144 Hz, quand les machines atteignent les 360 Hz aujourd’hui.

Lorsqu’on approche de la barre symbolique des 1000 euros, on commence à trouver des puces  graphiques plus performantes en Full HD, comme les GeForce RTX 3050 Ti ou les RTX 3060.

Toutefois, dès qu’on vise un boîtier et un équipement plus sophistiqués, on tombe sur des configurations beaucoup plus onéreuses. En effet, les plus grosses configurations, dotées des dernières puces GeForce RTX et des composants les plus performants (processeur Intel Core i9, écran 340 Hz G-Sync, DDR5, SSD en PCIe gen 4, etc), sont commercialisées au-delà des 3000 €.

Sans atteindre ces extrémités, il faut tout de même compter actuellement plus de 2 000 € pour s’offrir une configuration équipée d’une puce graphique GeForce RTX 3070 et plus de 3 000 € pour passer à la GeForce RTX 3080…

Processeur, GPU : les composants les plus populaires

À l’heure actuelle, une machine pour gamer n’intègre pas de processeur Intel Core i3. Le Core i5 ou le Ryzen 5 sont présents sur les configurations d’entrée de gamme, en version 6/8 cœurs. Au dessus de 1000 € environ, on profite aujourd’hui d’un plus large assortiment de références. Parmi les fleurons de la génération actuelle, on retrouve en particulier le Core i9-12900K ou son petit frère sur le i7.

Image 14 : Guide d'achat : les meilleurs PC portables gaming

AMD n’est pas en reste aujourd’hui, particulièrement depuis que sa technologie SmartShift permet à sa famille de CPU et de GPU de communiquer plus efficacement entre eux. Cela a permis un boost non négligeable sur l’autonomie des PC gamers, qui représente un argument massue face au camp d’Intel qui se concentre sur l’entrée de gamme pour ses prochains GPU.

A lire > AMD Ryzen 6000 Series mobiles : quelles performances pour ces nouveaux CPU ?

La famille Nvidia reste la plus représentée sur le secteur, et ce n’est pas pour rien. Si vous pouvez toujours faire le choix de baisser votre budget pour trouver des GeForce GTX 1660 Ti à bas prix, mieux vaudra tout de même vous tourner vers les RTX 3050 et RTX 3050 Ti. Et si l’argent n’est pas un problème et que dépenser sans compter et votre crédo, alors tournez vous directement vers les 3080 et 3080 Ti pour vous assurer de pouvoir également profiter du ray tracing sans sacrifice.

Côté AMD, l’assaut monte petit à petit mais la marque n’est pas encore au niveau. Les 6500m et 6800S sont intéressantes en elles-mêmes, mais mieux vaudra se focaliser sur Nvidia pour le moment.

Température et autonomie

Les composants internes chauffent lorsqu’ils sont fortement sollicités par les jeux, ce n’est pas une surprise. La conséquence est que, malgré les efforts des constructeurs pour dissiper cette chaleur à grands coups de ventilateurs et de caloducs, certaines zones des PC portables montent plus ou moins en température, ce qui peut être inconfortable (surtout si on joue avec le PC portable sur les genoux !), voire même dangereux pour l’électronique interne si jamais les grilles d’aération de la machine sont obstruées (attention à la poussière !). Si la machine reste sur un bureau et que vous jouez avec une souris, la température n’est pas vraiment un critère important.

Image 15 : Guide d'achat : les meilleurs PC portables gaming
Image 16 : Guide d'achat : les meilleurs PC portables gaming

Pour vous donner un ordre d’idée des températures à vérifier pendant que vous cherchez votre prochaine machine gamer : les PC portables puissants dont le design thermique est réussi dépasse rarement les 75/80°C sur le CPU et 60/65°C sur le GPU en pleine charge. Si vous voyez un ordinateur qui monte rapidement à plus de 90°C pour le CPU et 75/80°C pour le GPU, mieux vaudra fuir car cela peut nuire à la longévité de votre appareil au long terme.

Et bien sur, plus les composants chauffent, plus les ventilateurs internes s’activent et donc plus le niveau sonore est susceptible de grimper. Toutefois, si vous jouez avec un casque ou avec la musique du jeu sur les haut-parleurs de la machine, ce détail est anodin. Si la température monte trop, un mécanisme de throttling se met en place consistant à réduire la fréquence des CPU et GPU pour préserver les composants, ce qui diminue les performances du portable. C’est ce que nous vérifions tout particulièrement dans nos tests de PC portables.

Côté autonomie, le phénomène est connu depuis des années : en raison de leurs performances élevées, les PC portables pour joueurs ne peuvent fonctionner très longtemps sur batterie. Cela se traduit par une autonomie de trois à quatre heures grand maximum sur les modèles les moins optimisés, comme le MSI GT75 Titan ou l’Asus ROG Zephyrus. En jouant, l’autonomie est encore réduite au moins de moitié. Pour ces modèles, la prise électrique est indispensable.

Image 17 : Guide d'achat : les meilleurs PC portables gaming

Cependant, la situation s’améliore de génération en génération. Les plateformes Zen 2 et Zen 3 d’AMD ont particulièrement mis le feu au poudre en optimisant au maximum leur consommation sur laptop, résultat en des ordinateurs portables gamers pouvant atteindre 8 à 9 heures d’autonomie. Avec sa génération 12, Intel a également mis la gomme en proposant une architecture hybride composée de cœurs performances et de cœurs efficients, de manière là encore à booster l’autonomie. Aujourd’hui, le rêve d’un ultrabook gamer est réalité : on le voit particulièrement avec le Zephyrus G14, qui a été un fer de lance de cette révolution sur ces trois dernières années.

Stockage et RAM, le jeu de Go

La mémoire RAM connaît une belle évolution cette année avec le déploiement plus large de la DDR5, qui promet une stabilité et une latence toujours plus améliorée. Cependant, les PC d’entrée comme de milieu de gamme peuvent avoir tendance à rester sur de la DDR4, aujourd’hui plus facilement trouvable. Gardez cela en tête si vous cherchez à avoir le meilleur de ce que l’argent peut vous offrir.

A lire > Crucial DDR5-4800 vs Kingston DDR5-5200 : faut-il craquer pour quelques MHz ?

Image 18 : Guide d'achat : les meilleurs PC portables gaming

De la même façon, le choix est assez restreint pour le stockage. Toutes les configurations sont désormais équipées d’un SSD d’au moins 256 Go, au format M.2. Il garantit une excellente réactivité pour le système et les applications. Nous ne saurions que trop vous recommander de privilégier les PC avec une unité de ce type d’au moins 512 Go, les modèles les plus haut de gamme atteignant les 1 To.

Enfin, les plus grosses machines, en termes de format et de prix, peuvent abriter deux SSD gérés en RAID. Pour avoir une idée des performances de chaque solution, notre comparatif de technologies de stockage montre bien les différences réelles entre chaque solution.

Écran, audio et clavier

Image 19 : Guide d'achat : les meilleurs PC portables gaming

Se décider pour un modèle 13, 15 ou 17 pouces n’est pas une fin en soi. Il faut encore regarder toutes les caractéristiques liées à cet écran. Ainsi, dans le monde du périphérique gaming, on distingue deux éléments clés : la définition d’image bien sûr, mais aussi sa fréquence de rafraîchissement. La première donnée détermine la finesse de ce qui sera affiché quant à la seconde, elle traduit le confort oculaire. Un écran avec une fréquence de rafraîchissement limitée à 60 Hz peut être vite fatigant, d’autant que les diagonales d’image sont plus petites sur un portable.

Inutile cependant de monter aussi que certains produits de notre sélection : les 300 Hz constituent une valeur parfaitement superflue. Nous préférons vous suggérer de jeter un œil à la technologie de la dalle afin, par exemple, d’éviter si possible les dalle TN pour vous focaliser sur de l’IPS. On trouve même aujourd’hui des dalles OLED optimisées pour le jeu qui sont d’une incroyable beauté, mais qui reste terriblement onéreuses.

Image 20 : Guide d'achat : les meilleurs PC portables gaming
Pour tout savoir sur les technologies d’écrans, dans notre Guide d’achat de moniteurs PC
– Les dalles LCD et leur définition
– Fréquences et performances des dalles

Les claviers « chiclet » sont présents sur quasiment tous les ordinateurs portables. Si vous n’arrivez pas à vous y faire, la seule solution est de brancher un vrai clavier. Toutefois, lorsqu’on se contente d’utiliser les touches ZQSD, la qualité de frappe offerte par le clavier est assez secondaire. Le pavé tactile, quant à lui, peut être avantageusement remplacé par une véritable souris pour gagner en efficacité en jouant.

Image 21 : Guide d'achat : les meilleurs PC portables gaming

Pour jouer dans la pénombre, quasiment tous les claviers des machines gamer sont rétroéclairés. Sur les machines les plus abordables, le rétro éclairage est rouge ou blanc, avec plusieurs niveaux d’intensités lumineuses. Sur les machines plus onéreuses, on voit apparaître les claviers RGB, pour lesquels il est possible, par l’intermédiaire d’une application, d’ajuster la couleur des touches plus ou moins finement : par zones (comme sur l’Asus Rog Zephyrus) ou touche par touche (chez MSI ou sur le Gigabyte Aorus X7,par exemple).

Parce que le diable est dans les détails…

Comme nous en avons l’habitude, nous terminons ces quelques conseils pour vous guider dans votre recherche par quelques éléments « en vrac ». Des éléments qu’il nous semble malgré tout très utile de surveiller. C’est ainsi qu’il nous semble important de ne pas négliger la connectique disponible sur votre portable. On trouve par exemple des machines qui ne disposent que d’un seul port USB C. Veillez donc à avoir suffisamment de connectique pour vos périphériques, mais aussi à la norme que les ports utilisent : l’USB 2.0 est aujourd’hui à bannir au profit de l’USB 3, de préférence 3.1 gen 2.

La conception même du portable est quelque chose à ne pas évacuer trop rapidement. Par exemple, si la connectique est complète, il est intéressant qu’elle soit aussi bien placée : évitez par exemple les connecteurs disposés sur l’arrière du portable, les ports n’en sont que moins accessibles. Si vous faites beaucoup de saisie, il est important que le clavier du portable dispose d’un véritable pavé numérique alors que les joueurs préféreront des touches fléchées de taille standard : elles sont souvent en demi-largeur pour gagner de la place alors que des constructeurs tentent de réduire la taille du pavé tactile.

S’il est amené à se déplacer, le portable est aussi amené à être branchés à droite à gauche : un système de branchement / recharge pratique – aimanté par exemple – est un plus intéressant, mais nous voudrions surtout attirer votre attention sur la taille et le poids de la brique d’alimentation… surtout que nous parlons d’un laptop gaming. Pour un portable de 2,5 kg, vous pouvez souvent ajouter 500 à 800 grammes rien que pour la brique : ça commence à compter dans le sac de transport tous les matins et tous les soirs !

L’échauffement du PC et les nuisances sonores liées à la ventilation constituent un problème depuis les premiers ordinateurs portables. Des machines qui ne sont pas dédiées au jeu vidéo sont parvenues à régler le problème : la chaleur s’évacue bien et on peut même se passer de ventilation. Sur un laptop gaming, c’est hélas plus compliqué. Là, il faut d’abord vérifier, autant que possible, que la chaleur ne se ressente pas trop au niveau du clavier. Dans un second temps, on regarde si, sur les genoux, la chauffe est supportable. Enfin, c’est bien sûr la vitesse des ventilateurs et les nuisances inhérentes qu’il convient de vérifier.