Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

Guide : passer à Linux (Ubuntu)

Guide : passer à Linux (Ubuntu)
Par

Comme chaque année à cette période, une nouvelle version d’Ubuntu a vu le jour. Ubuntu est probablement la distribution de Linux la plus populaire qui soit, désormais disponible en version 9.04 et accessible à tous en téléchargement gratuit. Passée à l’épreuve de plusieurs semaines de tests, on peut dire que cette version ne déçoit pas : Ubuntu 9.04 alias Jaunty Jackalope mérite d’être téléchargé. Après être passés par la 8.04 LTS (Hardy Heron), puis la version mi-parcours 8.10 (Intrepid Ibex) sortie en octobre dernier, toutes nos machines Linux migreront vers jaunty dans les semaines qui viennent.

Avant d’être taxé de pro-Linux, je commencerai par dire que oui, j’aime Windows : je suis dessus depuis la version 1995 et MS-DOS auparavant, j’ai eu Windows 98 et 98 SE. Je suis même allé acheter Windows Millenium en version boite (ndlr : toutes nos condoléances !). J’ai été béta-testeur pour Windows XP et l’ai adopté à sa sortie, idem pour Windows 7 et je n’ai jamais pensé à passer sous Mac.

Je ne souscris pas aux positions extrémistes du type Microsoft est Big Brother ou bien Bill Gates est le diable : Windows Vista n’a pas embouti ma voiture ou encore tué mon chien. Il s’agit simplement d’un OS franchement décevant et très cher payé à mon goût.

Ceci étant dit, Linux Ubuntu a été le principal système d’exploitation sur mon PC l’année dernière. J’ai régulièrement suivi l’évolution de Linux depuis 1997 : le moniteur a eu droit à quelques cris d’énervement, le clavier a pris quelques coups, je m’y suis arrachés les cheveux et j’ai eu la larme à l’œil plus d’une fois. L’expérience a prouvé que l’OS libre n’était pas encore assez mûr pour une utilisation exclusive.                                                

Et puis en avril dernier, j’ai assemblé une nouvelle configuration qui nécessitait donc un système d’exploitation à neuf. Après avoir vu les tests plus que mitigés concernant Vista (et en m’étant préservé des prises de positions anti-Windows primitives), j’ai voulu essayer le dernier OS de Microsoft avant d’investir les quelques 350 euros demandés (prix de la version Ultimate en boite à l’époque). Pour faire court, l’expérience a été décevante et il n’était donc pas question de passer à l’achat. Mais en dépit de toute l’affection que j’ai eu pour XP (et que j’ai encore par nostalgie), cet OS accuse de plus en plus le poids des années.

Un certain temps s’était écoulé depuis la dernière tentative et je me suis donc décidé à retenter l’expérience Linux avec Ubuntu 7.10, qui est resté gratuit. Bien m’en a pris, parce que je suis aussi content d’Ubuntu aujourd’hui que je l’ai été d’XP en 2001.

En tant qu’utilisateur Windows depuis toujours, assembleur de configurations, ex-joueur et avide de performance, pas question de croire à ce que je n’ai pas pu tester par moi-même. Je veux simplement contrôler mon OS autant que possible et à cet égard, Ubuntu est le meilleur successeur d’Xp qui soit. Le mieux est encore de tester par soi-même pour en prendre la mesure. Si comme moi, vous avez déjà essayé Linux sans succès, l’heure est probablement venue de retenter l’expérience. On peut bien entendu se contenter d’un CD Live, mais disons les choses franchement, on se restreint alors à un slide-show. Sans installer et faire fonctionner les logiciels en natif, on ne peut pas vraiment se faire un avis.

Cet article se destine donc à tout utilisateur de Windows, pour accompagner le processus d’installation du téléchargement de l’image jusqu’à la recherche d’aide en ligne. On trouve bien entendu plus d’un guide sur la toile, mais la plupart sont soit écrits pour des utilisateurs qui découvrent l’informatique, soit pour des utilisateurs connaissant déjà linux. La plupart des plantages que j’ai expérimentés auraient pu être évites avec de simples analogies à Windows.

Partons donc du principe que l’on connait assez bien Windows et les ordinateurs en général, mais que l’on débute avec Linux. Cet article ne concernera donc pas la manière de compiler quoi que ce soit depuis le code source, et aucune phrase ne commence par « Lancer le terminal » ou d’autres termes du jargon Unix. Les étapes piège courantes comme le partitionnement du disque dur, l’installation de logiciels et de plug-ins essentiels seront exclusivement abordées avec l’interface graphique (GUI).

Il ne faut pas hésiter à essayer, après tout, Ubuntu est gratuit !