Comparatif : les meilleures GeForce GTX 1080 Ti

EVGA GeForce GTX 1080 Ti FTW3 Gaming

EVGA GTX 1080 Ti FTW3 Gaming

À contre-courant de ses concurrents comme Aorus ou Asus, EVGA n'adopte pas un format 2,5 slots sur sa GeForce GTX 1080 Ti mais conserve un radiateur double-slot. Voilà donc une véritable alternative à la Founders Edition de Nvidia, que l'on espère moins chaude, moins bruyante et globalement moins limitée que le modèle de référence !

Présentation

La carte a beau ne pas dépasser d'un second slot PCI, elle présente des dimensions généreuses. Son poids atteint 1,348 kg, sa longueur est de 30,2 cm et sa hauteur 14 cm. Comptez 3,5 cm d'épaisseur, plus 0,5 cm au dos à cause de la backplate.

Cette plaque dorsale fait office de radiateur passif. L'apparence de la carte est flatteuse, même si le capot est en réalité construit dans un plastique imitant l'aluminium.

En observant la carte de côté on voit les deux connecteurs d'alimentation à 8 broches et surtout les ailettes du radiateur à la verticale. On s'aperçoit aussi que le radiateur ne touche pas directement les VRM qui ont leur propre plaque de dissipation.

On observe aussi deux caloducs de 8 mm et trois de 6 mm de diamètre. Un dernier caloduc de 8 mm se cache à l'intérieur.

La connectique est classique : trois DisplayPort, un HDMI et un DVI-DL.

PCB et composants

Jetons un oeil au PCB nu.

Ce qui saute aux yeux, c'est la rangée de 10 bobines des 10 rails d'alimentation du GPU (plutôt 5 phases réelles doublées). On remarque aussi rapidement cet espace vide derrière les bobines. À quoi sert-il ? C'est ici qu'EVGA vient poser le radiateur dédié à ces composants, un caloduc se chargeant de faire le lien (sur l'image de droite, nous avons superposé les images du PCB nu et du radiateur).

L'alimentation du GPU est assurée par un contrôleur ON Semiconductor NPC81274, qui peut piloter jusqu'à 8 phases en les équilibrant de manière dynamique (toutes à fond, toutes partiellement chargées, ou seulement une ou deux, pour les périodes de repos du GPU). Il en contrôle ici cinq, qui sont chacune doublées via une puce NPC81162 de ON Semi également.

Sur chacune des dix phases, EVGA place ensuite deux MOSFET, des AOE6930 de Alpha & Omega Semiconductor. Pourquoi une telle débauche ? Parce qu'ainsi les 5 x 40 A d'origine sont répartis sur 20 x 10 A par MOSFET, ce qui distribue l'énergie plus équitablement, évite la formation de points chauds et optimise le rendement du circuit.

Un total de neuf capteurs de température sont répartis sur la carte. Ils sont pilotés par un microcontrôleur 8 bits à mémoire flash fournit par Sonix. Ces capteurs fonctionnent avec le logiciel EVGA Precision Tool. Pour plus d'informations à ce sujet, nous vous invitons à relire notre test de la EVGA GeForce GTX 1080 FTW2.

Les bobines utilisées par EVGA sont de qualité moyenne, mais elles remplissent parfaitement leur rôle - du reste, beaucoup de concurrents y ont recours, y compris Nvidia via PNY.

Pour la mémoire, on retrouve les modules Micron MT58K256M321-Ja110 de GDDR5X. L'alimentation de la mémoire est confiée à un NPC 81278 de ONSemi qui fournit deux phases.

Enfin, la carte est équipée d'un double BIOS (maître/esclave) ; un interrupteur permet de basculer de l'un à l'autre au besoin.

Consommation et respect des normes

La carte est réglée en usine avec une limite de consommation de 280 W, assez raisonnable. Ce budget de puissance est évidemment complètement consommé durant les phases de jeu ou les tests de torture.

Il est possible de manuellement le régler à 350 W via un outil comme MSI Afterburner. En pratique, la consommation sera moindre, 330 W environ, car la fréquence sera abaissée automatiquement dès que le GPU dépassera sa limite de température.

Le GPU de notre carte de test est inférieur à la moyenne. Il parvient tout de même à tenir 1949 MHz à froid avec 1,062 V. Dès que la température atteint 50 °C, la tension est réduite à 1,012 V en moyenne, voire 1 V par moment.

La carte respecte par ailleurs parfaitement la limite de courant fixée par la norme PCI, en ne pompant que 3 A environ sur le slot de la carte mère, pour 5,5 A maximum.

Système de refroidissement et températures

L'arrière de la carte est couvert par une plaque de renfort très discrète. Cette backplate largement ajourée, est composée de deux parties, qui participent toutes deux au refroidissement des composants.

Le radiateur principal ne touche que le GPU. Le reste des composants est refroidi par une seconde plaque, qui, avec la plaque dorsale, prend le PCB en sandwich. Comme nous l'avons déjà expliqué, les bobines ont même droit à leur caloduc et à leur insert de cuivre. EVGA fait un usage intensif des pads thermiques, placés sur tous les composants critiques.

Le dissipateur est traversé de cinq heatpipes, trois de 8 mm et trois de 6 mm. Remarquez comme les ailettes sont coudées à 90° aux endroits où les VRM et autres viennent appuyer, afin d'augmenter la surface de contact.Les trois ventilateurs mesurent 85 mm de diamètre et comptent 11 pales. 

En pratique, ce dissipateur permet à l'EVGA GeForce GTX 1080 Ti FTW3 Gaming de maintenir son GPU à une fréquence d'environ 1860 MHz en jeu (sur un test de 30 minutes). Les premiers instants sont bien effectués à 1974 MHz, mais la chute est forte ensuite.

Les fréquences sont encore plus faibles en mode torture, à cause de la limite de consommation assez basse.

La carte a une marge d'overclocking assez faible. On peut très facilement la maintenir à 1974 MHz de manière stable en jeu : il suffit pour cela de monter la limite de consommation (Power Target) à 120 %. On peut ensuite allez encore plus haut : 2037 MHz stables en jeu dans nos essais. Cela impose malheureusement de pousser les ventilateurs à leur vitesse maximum, avec le bruit très fort associé.

Pour réaliser nos mesures de température par infrarouge, il nous a fallu à nouveau sortir la perceuse, puisque la plaque dorsale participe au refroidissement.

En jeu, dans un boîtier ouvert, nous mesurons 71,4 °C sous le GPU, et aucune température ne dépasse 80 °C. Dans un boîtier fermé, la chaleur est nettement plus forte, avec presque 78 °C pour le GPU et 82 °C pour la GDDR5X. Heureusement, on est encore loin des limites de ces composants, certifiés pour 95 °C.

Quand la carte est torturée, les températures sont en fait plus faibles. Seule la mémoire est très fortement sollicitée, mais encore une fois, sans danger.

Globalement le refroidissement est bon. On peut même le qualifier d'excellent pour un système double-slot ; il n'est pas physiquement possible de faire mieux dans un encombrement aussi restreint.

Ventilateurs et bruit

La différence entre boîtier ouvert ou boîtier fermé est prononcée. Au pire, les ventilateurs tournent à 1900 tr/min environ.

La carte émet 41 dBA en jeu et le spectre sonore est agréablement diffus. Aucun bruit de roulement ou aucun sifflement électronique n'est présent. Lorsqu'on pousse les ventilateurs à 100 % pour atteindre le maximum d'overclocking, le bruit monte à 44 dBA, à la limite de l'acceptable.

Conclusion

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
3 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • voodoospirit
    et la poseidon en mode watercooling, ca donne quoi?
  • Tordu01
    J'aimerais voir un test de la Aorus GTX 1080Ti 11G en version non-extreme et plus particuliérement un petit test en overclocking pour voir si elle peu titilé la version extreme :)
  • love68740069
    Bonjour. je vien d'acheter cette CG, et une idée me vient: mettre un waterblock sur la base en cuivre coté blackpate , à votre avis? perd t'on la garantie si on démonte uniquement cette plaque en cuivre?