Test : Sapphire RX VEGA 64 NITRO+, un excellent cru !

PCB et alimentation électrique

Le PCB en détail

Sapphire a profondément modifié le design de référence AMD. Ces changements visent en grande partie l’amélioration du refroidissement des composants. Grâce à l’absence des modules externes de mémoire, il est de toute façon plus aisé de répartir les étages d’alimentation sur l’ensemble du PCB. Ici, on observe les 7+1 phases bien espacées autour du package, plus quelques autres convertisseurs de tension pour les tensions intermédiaires, que nous étudierons aussi en détail. 

Les trois connecteurs d’alimentation PCIe à huit broches possèdent chacun une bobine, afin de lisser les éventuels pics de tension. Par contre, nous n’avons pu découvrir aucun condensateur. Sur la face arrière, outre le socle du package, on observe sur la gauche le contrôleur PWM. Au niveau du MLCC, situé en dessous du package, on s’est contenté d’un X6S largement suffisant en raison des températures relativement basses permises par le système de refroidissement efficace. Il n’est donc pas nécessaire d’avoir recours à des composants certifiés pour résister à des températures allant jusqu’à 125°C.

Entrées d’alimentation

Sapphire utilise pas moins de trois connecteurs d’alimentation PCIe externes pour ravitailler sa carte en courant. Chacun des connecteurs est pourvu d’un couple de disjoncteurs de 10 A et d’une bobine censée lisser les pics de courant entre le boitier d’alimentation et la carte graphique. Le courant provenant de la fente PCIe de la carte mère est aussi sécurisé par un disjoncteur de 10 A et une bobine de ferrite encapsulée. 

On cherchera en vain les habituels shunts pour la mesure du courant. Comme Vega ne supporte pas le monitoring aux entrées, ils ne sont donc pas utiles. À la place, le PWM contrôle en continue les courants en sortie.

Le contrôle de la tension est assuré par deux puces INA3221 de Texas Instruments.  Il s’agit d’un monitoring à triple canal pour le haut étage et le bus, qui supporte les interfaces I2C et SMBus.

Alimentation du GPU (VDDC)

Le quartier général de l’alimentation du GPU est situé au dos du PCB au sein du contrôleur PWM IR3521 d’International Rectifier capable de gérer sept phases GPU, plus une huitième, sur laquelle nous reviendrons. On compte 14 circuits de conversion du courant, car chacune des phases est dédoublée, ce qui permet de mieux répartir la charge entre les composants et éviter les points chauds.

Le doubling est assuré par sept IR3598 au dos du PCB. La conversion du courant proprement dite est opérée par 14 IRF6811 en high side et 14 IRF6894 en low side, ces derniers intégrant également une diode Schottky. Ces composants sont les mêmes qu’AMD utilise sur la carte de référence.

AMD utilise volontiers des bobines « black diamond » pour le VDDC et le MVDD. Il s’agit en fait de bobines à noyau ferrite encapsulé dont la surface est pourvue d’ailettes pour la dissipation. Ce petit luxe mis à part, les autres bobines sont tout à fait classiques.

Alimentation de la mémoire (MVDD)

Comme évoqué plus haut, la phase mémoire est contrôlée par le IR35217. Cette phase dédiée est plus que suffisante, car la mémoire HBM2 est nettement moins gourmande en énergie que la GDDR5. Le driver CHL815 est placé à l’arrière, et un NTMFD4C85M de ON Semiconductor transforme le courant. Ce MOSFET à double canal N s’occupe du high side et du low side. 

Autres convertisseurs

La génération du VDDCI n’est pas très exigeante pour les composants, mais elle reste indispensable car elle assure le passage du signal entre GPU et la mémoire, c’est à dire la tension entre la mémoire et le cœur du GPU au niveau du bus d’entrées/sorties. En outre, une source de courant constante de 0,9 V est générée. Les convertisseurs dédiés se trouvent sur la face arrière du PCB.

Sur la face avant du PCB, sous le GPU, une puce Anpec APL5620 s’occupe du VPP. Ce composant très basse tension génère la tension PLL (Phase Locked Loop). Mentionnons aussi à l’avant une source de 1,8V (TTL, GPU GPIO).

Notre petite visite s’arrête ici, puisque les autres composants sont très classiques. On peut mentionner les deux puces de BIOS ST25P20VT de ST Microelectronics, ainsi que deux contrôleurs 8 bits programmables Elan EM88F758N, qui s’occupent de l’éclairage RVB et de la gestion des ventilateurs.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • chermositto
    Pour qui aime les cartes énormes, consommant un max et en fait chères depuis la fin de la promo.