Accueil » Actualité » Deux supercalculateurs chinois auraient déjà franchi la barrière de l’exascale

Deux supercalculateurs chinois auraient déjà franchi la barrière de l’exascale

Avec plusieurs mois d’avance sur le supercalculateur américain Frontier.

Dans le TOP500 des supercalculateurs, c’est un système japonais, Fugaku, qui trône en tête du classement. Suivent deux supercalculateurs américains, Summit et Sierra. Le premier supercalculateur chinois, Sunway TaihuLight, un temps leader, figure désormais en 4e position. Toutefois, selon un rapport de NextPlatform, la Chine devancerait le Japon et les États-Unis dans le domaine de l’exascale : deux supercalculateurs auraient déjà dépassé ce seuil en atteignant des performances de pointe de 1,3 exaflops dans le benchmark LINPACK.

Image 1 : Deux supercalculateurs chinois auraient déjà franchi la barrière de l'exascale

Le site rapporte de « source sûre » que les supercalculateurs Sunway Oceanlite et Tianhe-3 ont réalisé cette performance en mars dernier. Inutile de chercher dans la liste TOP500, ces deux systèmes n’y figurent pas. La raison est simple : dans le climat de tensions avec les États-Unis, la Chine préfère la discrétion.

Diapo : 26 ans de supercalculateurs, puissance multipliée par 2,5 millions !

Sunway Oceanlite

Sunway Oceanlite, situé au National Supercomputing Center de Wanzi, s’appuierait sur des processeurs Sunway, sans que nous ayons plus de précisions à leur sujet. Cependant, notre confrère de TH.US précise que le Sunway TaihuLight possède 40 960 processeurs Sunway SW26010 cadencés à 1,5 GHz environ. Chaque processeur embarque quatre clusters hétérogènes (CG) interconnectés à l’aide d’un réseau sur puce haute performance. Ensuite, chaque cluster comporte une unité de traitement de protocole (PPU), un élément de traitement de gestion (MPE) avec moteur vectoriel de 256 bits, 64 éléments de traitement de calcul (CPE) avec le même moteur vectoriel de 256 bits et un contrôleur de mémoire DDR3. En résumé, une puce SW26010 possède quatre MPE et 256 CPE.

Revenons-en à Sunway Oceanlite. Par rapport à Sunway TaihuLight, il aurait un nombre de cœurs par processeur et un nombre de nœuds doublé. En outre, il serait « capable d’exécuter une simulation quantique parallélisée ». Un article détaillé sur le développement d’un « simulateur tensoriel haute performance pour les circuits quantiques aléatoires (RQC) sur le nouveau superordinateur Sunway », doit paraître dans le courant du mois, mais NextPlatform explique que les chercheurs « ont mis au point un simulateur tensoriel pour les circuits quantiques aléatoires, optimisé pour la densité de calcul […] capable de réaliser une instance de de la simulation de Google Sycamore en 304 secondes, contre 10 000 ans auparavant » (Sycamore met 200 secondes).

Sur LINPACK, ce système aurait atteint une performance de pointe de 1,3 exaflops et une performance soutenue de 1,05 exaflops. Sa consommation s’élèverait à 35 MW. Pour la comparaison, le supercalculateur Frontier, dont la mise en ligne est prévue d’ici la fin d’année, promet 1,5 exaflops de puissance de traitement de pointe, pour une consommation de 30 MW.

Intel annonce désormais 2 ExaFLOPS pour le supercalculateur Aurora

Tianhe-3

Le Sunway Oceanlite n’est apparemment le seul supercalculateur chinois exascale. Le Tianhe-3, situé pour sa part dans le National Supercomputer Center de Guangzhou, et armé de processeurs Phytium 2000+ (FTP) Armv8, offrirait un Rpeak d’environ 1,3 exaflops et un Rmax supérieur à 1 exaflops. Sa consommation reste inconnue.

Source : Nextplatform, Tom’s Hardware US