Accueil » Actualité » Gros plan sur le stockage : ZIP, LS120, etc.

Gros plan sur le stockage : ZIP, LS120, etc.

ZIP-650 ?

Fin des années 1990, Iomega a lancé le ZIP-650. Un autre modèle de lecteurs ZIP ? Non, un graveur de CD-R et de CD-RW des plus classiques, sous la marque Iomega, fourni avec un logiciel permettant de se passer de logiciel de gravure (à travers l’UDF). Le ZIP-650 était d’ailleurs compatible avec tous les CD du marché (et heureusement).

Terminons la semaine avec les dispositifs de stockage alternatifs, qu’ils aient été utilisés, qu’ils aient fait un flop ou que vous n’en ayez jamais entendu parler.

Succéder à la disquette

La disquette et ses 1,44 Mo a longtemps eu besoin de successeurs, et beaucoup se sont lancés dans la course. Le CD-R n’a jamais été aussi souple que la bonne vieille disquette et les clés USB ont eu besoin de systèmes adaptés pour être utilisables par tout un chacun (soit, chez Microsoft, réellement à partir de 2001 avec Windows XP). Trois successeurs ont été attendus, aucun n’a survécu. Premier sorti, le Floptical. Cette disquette apparue en 1991 utilise un mélange de technologie magnétique (pour l’enregistrement) avec un système optique à base de laser pour l’alignement des têtes. La capacité formatée est de 21 Mo, avec un débit pratique de 1,6 mégabit/s (200 ko/s). Le Floptical a été supporté en natif jusqu’à Windows 2000 et a été peu diffusé en pratique. Le LS-120 (Superdisk), apparu plus tard, offre une capacité de 120 Mo. Comme le Floptical, il combien un système qui travaille avec un enregistrement magnétique et des têtes de lecture guidée par un laser. Les lecteurs LS-120 sont capables de lire les disquettes classiques et la version 240 Mo (LS-240) apparue en 2003, permet même de reformater les disquettes classiques pour qu’elles contiennent 32 Mo. Enfin, Sony a essayé de réitérer le succès de la disquette avec le HiFD. Cette technologie, apparue en 1998, proposait des disques de 150 Mo (200 Mo en 1999) et une compatibilité directe avec les disquettes classiques. En pratique, les trois formats ont surtout comme point commun de garder le format physique de la disquette 3,5 pouces et d’utiliser une technologie proche, même si améliorée, et surtout d’avoir été des échecs.

Image 1 : Gros plan sur le stockage : ZIP, LS120, etc. Image 2 : Gros plan sur le stockage : ZIP, LS120, etc. Image 3 : Gros plan sur le stockage : ZIP, LS120, etc.

Sony et le MiniDisc

Sony, qui avait réussi à imposer le MiniDisc dans les baladeurs avant l’apparition du MP3, a proposé des lecteurs pour les PC. Le MD Data offrait une capacité de 140 Mo dans un format compact, mais il avait deux défauts : les lecteurs étaient lents et les MD Data étaient incompatibles avec les MiniDisc musicaux en natif, il fallait passer le lecteur en mode musique et perdre l’accès depuis le PC. En 2004, la société a essayé de revenir sur ce marché avec le HiMD, un disque contenant 1 Go de données. Point intéressant, le HiMD est utilisable pour accéder à la musique directement et il est possible d’utiliser les anciens MiniDisc en mode HiMD (avec une capacité de 340 Mo) mais le problème principal, la vitesse, reste présent. En pratique, les technologies basées sur le MiniDisc ont été abandonnées et Sony ne propose plus de produits utilisant cette dernière.

Iomega, ZIP, JAZ and co.

Image 4 : Gros plan sur le stockage : ZIP, LS120, etc.Terminons par Iomega, une société qui a réussi, pendant un temps, à imposer ses produits. Commençons par une anecdote amusante : le nom de la société vient de la capacité de son premier produit, 10 mégas… Nous n’allons parler que du JAZ et du ZIP, les deux produits phares de la société, mais sachez qu’Iomega a vendu le Ditto (basé sur des bandes magnétiques), le Click! (un lecteur ZIP de 40 Mo) et le REV (un boîtier contenant un disque dur 2,5 pouces). Le ZIP est le plus connu des produits : ce disque magnétique (qui utilise une technologie proche de celles des disques durs, mais avec des plateaux souples, comme les disquettes) a commencé sa carrière avec des disques de 100 Mo (en 1995) avant de passer à 250 Mo en 1999 et 750 Mo en 2002. Très populaire, le ZIP a existé en différentes interfaces : du très lent port parallèle au très rapide port FireWire en passant par l’IDE, le SCSI et l’USB. Las, la concurrence des graveurs de CD et le fait que les versions 750 Mo étaient incompatibles avec les disques de 100 Mo a mis fin à la vie du ZIP dans les années 2000. En 1995, Iomega a aussi proposé le JAZ, un système à base de plateaux rigides (comme les disques durs) qui offrait 1 Go d’espace (en 1995) et 2 Go (en 1998) avant de disparaître en 2002.

Au final, le seul véritable successeur de la disquette est l’USB et sa technologie UMS (Universal Mass Storage). Depuis l’intégration de cette technologie dans les OS de Microsoft (dès Windows Me et 2000), les clés USB et autres disques durs externes sont devenus très populaires, surtout depuis l’avènement de l’USB 2.0, et les autres technologies ont été peu à peu remplacées par les appareils à base de mémoire flash ou par les disques durs.

  • Gros plan sur le stockage : la disquette
  • Gros plan sur le stockage : le CD
  • Gros plan sur le stockage : le DVD
  • Gros plan sur le stockage : Blu-ray et HD DVD