Accueil » Actualité » Les ventes de PC en forte baisse au 4e trimestre 2022 : -28,1 %

Les ventes de PC en forte baisse au 4e trimestre 2022 : -28,1 %

En glissement annuel. La baisse pour l’ensemble de l’année est de 16,5 %. Apple est l’une des rares entreprises à tirer son épingle du jeu. Les prévisions pour 2023 et 2024 sont mesurées mais plutôt optimistes grâce à plusieurs facteurs favorables.

L’année 2022 a été plutôt morose pour les cartes graphiques dédiées. Les données d’IDC (International Data Corporation – données Worldwide Quarterly Personal Computing Device Tracker recueillies dans 90 pays) montrent que les ventes d’ordinateurs portables et fixes ont également fortement baissé par rapport à l’année précédente, et particulièrement au quatrième trimestre : les ventes totales des principaux fabricants (Lenovo, HP Inc, Dell, Apple et Asus) et des autres marques sont passées de 93,5 millions d’unités à 67,2 millions, soit -28,1 %.

Image 1 : Les ventes de PC en forte baisse au 4e trimestre 2022 : -28,1 %
© IDC
Image 2 : Les ventes de PC en forte baisse au 4e trimestre 2022 : -28,1 %
© IDC

Pour l’ensemble de l’année, 292,3 millions d’ordinateurs ont été vendus. C’est 16,5 % de moins qu’en 2021, où 350,1 millions d’unités furent écoulées. HP est l’entreprise la plus éprouvée. La société a vu ses ventes diminuer de 25,3 % par rapport à 2021. Cela ne fera pas plaisir à ses détracteurs, mais la seule entreprise ayant un bilan positif est Apple : la marque à la pomme a vendu 700 000 ordinateurs de plus en 2022 qu’en 2021.

Test Ryzen 9 7900 et Ryzen 5 7600 : Zen 4 sans le facteur X

Une année 2021 exceptionnelle

IDC souligne que les expéditions du quatrième trimestre 2022 sont comparables à celles du quatrième trimestre 2018, lorsque le marché était limité par les difficultés d’approvisionnement d’Intel. Surtout, cette baisse en glissement annuel est à relativiser. Les années 2020 et 2021, marquées par la pandémie, ont été une aubaine pour le marché des PC. Si ce boom est terminé selon IDC, l’organisme précise que « les expéditions annuelles pour 2022 restent bien supérieures aux niveaux pré-pandémiques ».

« Des trimestres consécutifs de baisse dressent clairement un tableau sombre du marché des PC, mais tout est vraiment une question de perception », résume Ryan Reith, vice-président du groupe Worldwide Mobility and Consumer Device Trackers d’IDC. « L’année 2021 a été proche des niveaux historiques pour les expéditions de PC, donc toute comparaison est faussée. Il ne fait aucun doute que l’essor et le déclin du marché des PC resteront dans les annales, mais de nombreuses possibilités s’offrent encore à nous. Nous sommes fermement convaincus que le marché a le potentiel de se redresser en 2024 et nous voyons également des poches d’opportunités tout au long du reste de l’année 2023. »

Test Intel Core i9-13900K et i5-13600K : Raptor Lake, le nouveau chouchou des joueurs ?

Quelles prévisions pour les prochains mois ?

Personne n’a de boule de cristal pour 2023, mais les analystes prévoient une reprise au cours de la seconde moitié de l’année. Les estimations restent toutefois prudentes, du fait que la « plupart des utilisateurs ont des PC relativement neufs » et que « l’économie mondiale se détériore ». Les facteurs de croissance pour le marché des PC en 2023 et 2024 seraient plutôt à chercher du coté des entreprises. L’approche de la fin du support de Windows 10 (octobre 2025) pourrait favoriser un renouvellement du parc. Rappelons que Windows 11 nécessite des PC armés de processeurs relativement récents (TPM 2.0).

Enfin, actuellement, l’offre essaye de stimuler la demande par diverses promotions. AMD a notamment baissé le prix des ses Ryzen 7000, des processeurs boudés par les clients.

Jitesh Ubrani, directeur de recherche pour IDC, explique : « Les prix de vente moyens dans de nombreux canaux de distribution ont baissé, car les stocks excédentaires de ces derniers mois ont déclenché des remises dans le but de stimuler la demande. Malgré ces efforts, la gestion des stocks de PC pré-montés ainsi que des composants restera un problème épineux dans les trimestres à venir et a le potentiel d’affecter davantage les prix de vente moyens ».

Source : IDC