Accueil » Actualité » NVIDIA compare les performances et l’efficacité énergétique de son Grace CPU Superchip à celles de processeurs Intel Ice Lake

NVIDIA compare les performances et l’efficacité énergétique de son Grace CPU Superchip à celles de processeurs Intel Ice Lake

2 fois plus rapide et 2,3 fois plus efficace dans le modèle WRF.

Le mois dernier, dans le cadre de la GTC 2022, NVIDIA a présenté son Grace CPU Superchip. Selon l’entreprise, par rapport à deux processeurs EPYC Rome 7742 (64 cœurs), cette puce est 50 % plus performante et affiche une efficacité énergétique deux fois supérieure dans le benchmark dSPECrate_2017_int_base. Cette comparaison mobilise des puces AMD basées sur une architecture CPU d’ancienne génération, Zen 2 (la série EPYC actuelle est la 7003, EPYC Milan ; elle mobilise l’architecture CPU Zen 3). Nos confrères de Tom’s Hardware US ont déniché un autre résultat pour le Grace CPU Superchip ; il implique cette fois des processeurs Intel Ice Lake.

Image 1 : NVIDIA compare les performances et l'efficacité énergétique de son Grace CPU Superchip à celles de processeurs Intel Ice Lake

Ce résultat apparait dans une présentation faite lors de la GTC par Ian Buck, vice-président de l’unité commerciale Accelerated Computing de NVIDIA. Il porte sur un modèle WRF (Weather Research and Forecasting). Ce modèle météorologique est très utilisé dans le secteur du HPC ; AMD l’avait également utilis comme terrain d’affrontement entre des processeurs EPYC Milan et des Xeon. Dans le cas présent, NVIDIA argue que son Grace CPU Superchip est 2x plus performant et 2,3x plus efficace que deux processeurs Intel Xeon Platinum 8360Y. Ces derniers possèdent 36 cœurs / 72 threads, ce qui donne 72 cœurs / 144 threads. Rappelons que le Grace CPU Superchip possède 144 cœurs Arm V9. Le système de NVIDIA hérite de 1 To de mémoire LPPDR5x ECC et profite d’une bande passante totale de 1 To/s. C’est un débit deux fois supérieur à celui du système Intel, lequel se limite d’ailleurs à la mémoire DDR4 ; cette disparité confère logiquement un net avantage au système de NVIDIA, d’autant plus avec un tel modèle.

Une photo d’un processeur EPYC Genoa à 12 chiplets

En attendant les Sapphire Rapids…

Notez que la communication de NVIDIA se focalise, pour l’instant, uniquement sur les performances multicœurs de son Grace CPU Superchip. Précisons également que les processeurs Sapphire Rapids s’annoncent nettement plus performants que les processeurs Ice Lake. Enfin, gardez aussi à l’esprit le rôle grandissant des accélérateurs GPU dans le secteur du HPC.

Source : Tom’s Hardware US