Accueil » Test » Test : Asus ROG Spatha, la souris plus avancée du moment

Test : Asus ROG Spatha, la souris plus avancée du moment

2 : Souris à 2000 Hz : mesures CPU et ports USB 3 : Logiciel et ergonomie en jeu 4 : Conclusion

Design et démontage

C’est certainement la souris la plus folle du moment. Cette Asus ROG Spatha n’impressionne pas seulement par son design, mais aussi par ses caractéristiques hors du commun. A commencer par ses nombreux boutons dédiés aux jeux nécessitant énormément de commandes à portée (avec macro), comme les MMORPG. Il nous fallait la tester.

Image 1 : Test : Asus ROG Spatha, la souris plus avancée du moment

Caractéristiques

– 12 boutons programmables
– Switches OMRON interchangeables (deux résistances de clic différentes)
– LED RGB personnalisables
– Châssis en magnésium
– Mémoire flash intégré pour sauvegarder ses profils
– Logiciel ROG Armoury
– Capteur laser 8200 DPI, 150 ips, accélération 30G
– Taux de rafraichissement USB de 2000 Hz en filaire / 1000 Hz sans fil

Image 3 : Test : Asus ROG Spatha, la souris plus avancée du moment

Asus ROG Spatha


Image 4 : Test : Asus ROG Spatha, la souris plus avancée du moment

Un réel avantage dans les MMORPG

Pour avoir utilisé personnellement la souris Corsair M90, aussi conçue pour les MMO, le concept de boutons latéraux nous a totalement convaincus sous World of Warcraft, et encore plus dans Star War : The Old Republic, qui nécessite de gérer très rapidement des sorts tellement nombreux qu’un simple clavier ne suffit pas. Donc oui, les souris chargées de boutons, avec la possibilité d’y faire des macros comme la ROG Spatha, ce n’est pas un argument marketing : c’est vraiment un plus pour les gamers !

Image 5 : Test : Asus ROG Spatha, la souris plus avancée du moment

Matériaux et composants au top

Image 6 : Test : Asus ROG Spatha, la souris plus avancée du momentLe bundle de la souris est impressionnant. On y trouve notamment une base de recharge aimantée avec indication de l’état de la batterie, un câble USB tressé pour jouer en filaire. Les connecteurs sont plaqués or. Seule la molette, crantée et sans mouvement latéraux, reste un peu basique.

C’est surtout la coque en magnésium de la souris qui est impressionnante de confort. Très agréable au toucher, elle peut glisser un peu parfois, mais elle n’est jamais grasse, et ne fais pas transpirer. L’armature de la souris est en métal. C’est doux et solide, vraiment bien pour jouer de longues heures. Seul reproche : la ROG Spatha est très grande et assez lourde, elle ne s’adaptera pas aux petites mains. Nous y reviendrons.

Image 7 : Test : Asus ROG Spatha, la souris plus avancée du moment

Démontage facile

Image 8 : Test : Asus ROG Spatha, la souris plus avancée du momentLa souris s’ouvre très facilement avec un tournevis Torx livré avec la souris. De quoi changer facilement les deux switches OMRON, avec des modèles de rechange disponibles pour les deux boutons principaux. Ces derniers ont un clic un peu plus résistant (modèles D2F) pour ceux qui les préfèrent aux modèles D2FC installés par défaut dans la souris. Pour le reste, la batterie est collée, mais le reste de l’assemblage est très correct… A part un détail…

Image 9 : Test : Asus ROG Spatha, la souris plus avancée du moment

Le défaut qui refroidit

Image 10 : Test : Asus ROG Spatha, la souris plus avancée du moment

Nous avions un problème en tournant la molette de la souris vers le haut. Elle était freinée par quelque chose, de sorte que seul un défilement vers le bas était réellement possible. En démontant la souris, nous avons constaté que le prolongement du bouton central (changement de DPI) frottait contre le revêtement en caoutchouc de la molette ! Nous avons légèrement raboté (oui !) la partie du prolongement trop proche de la molette et le problème était réglé. Espérons que les modèles définitifs destinés à la vente ne soient pas sujets à ce genre de défaut de conception.

Image 11 : Test : Asus ROG Spatha, la souris plus avancée du moment

Sommaire :

  1. Design et démontage
  2. Souris à 2000 Hz : mesures CPU et ports USB
  3. Logiciel et ergonomie en jeu
  4. Conclusion