Accueil » Actualité » Test de la GeForce GTX 1060 : peut-elle tuer la Radeon RX 480 ?

Test de la GeForce GTX 1060 : peut-elle tuer la Radeon RX 480 ?

2 : Examen de la GTX 1060 Founders Edition 3 : Méthode de test 4 : Tests Ashes of the Singularity, Battlefield & GTA V 5 : Tests Hitman, Metro: Last Light Redux & Project CARS 6 : Tests Rise of the Tomb Raider, The Division & The Witcher 3 7 : Tests de consommation électrique 8 : Rendement et Overclocking, underclocking 9 : Fréquences max, températures et bruit 10 : Conclusion

GP106 en détail, test en multi-GPU DX12

Deux mois après ses débuts sur le marché, l’architecture Pascal complète peu à peu l’offre de NVIDIA. Après les GeForce GTX 1080 et GTX 1070 que nous avons testées dès leur lancement, voici donc la GeForce GTX 1060, qui vient combler le milieu de gamme du géant de la puce graphique. Annoncé il y a un peu plus d’une semaine, la carte sera vendue 280 euros pour les modèles les moins chers, et 320 euros pour la version Founders Edition de NVIDIA.

Image 1 : Test de la GeForce GTX 1060 : peut-elle tuer la Radeon RX 480 ?

A lire aussi :
Notre comparatif permanent de GPU
Comparatif : 6 GeForce GTX 1080 et 1070 en test, pour commencer… !
GeForce GTX 1070 en test : la petite Pascal domine
Le grand test de la GeForce GTX 1080 : la nouvelle reine

Image 2 : Test de la GeForce GTX 1060 : peut-elle tuer la Radeon RX 480 ?La GeForce GTX 1060 est basée sur le GPU GP106, moins puissant que les GP104 des GTX 1080 et 1070, mais aussi moins gourmand (120 W). NVIDIA affirme que cette carte offre la puissance d’une GeForce GTX 980, lancée il y a deux ans au prix de 600 euros environ. C’est ce que nous allons vérifier, sans oublier de comparer la carte avec la Radeon RX 480, car la GTX 1060 a été lancée en avance pour tenter de tuer dans l’oeuf la dernière carte d’AMD.

Le GP106 en détail

La GTX 1080, fleuron de NVIDIA, est basée sur la puce GP104, dotée de quatre GPC (Graphics Processing Clusters) activés. Cela donne une carte avec 2560 coeurs CUDA et 160 unités de textures. La GTX 1070 embarque trois GPC, soit 1920 coeurs CUDA et 120 unités de textures. La GTX 1060 se contente de deux GPC, soit 1280 coeurs CUDA et 80 unités de textures. En clair, c’est une GTX 1080 coupée en deux.

Voici un rappel de notre premier test de la GeForce GTX 1080 :

« Chaque TPC offre un Streaming Multiprocessor (SM) et une unité PolyMorph. Le SM intègre 1278 coeurs CUDA en simple précision, un fichier de registre de 256 Ko, 96 Ko de mémoire partagés, 48 Ko de cache L1/texture et huit unités de texture. Le moteur PolyMorph inclut quant à lui un nouveau bloc logique qui se situe à la fin du pipeline géométrique et juste avant l’unité de rastérisation. Il rend ainsi possible la technologie Simultaneous Multi-Projection. »

GP106 contre GM204
GPU
GeForce GTX 1060 (GP106)
GeForce GTX 980 (GM204)
SMs
10
16
Coeurs CUDA
1280
2048
Fréquence de base
1506 MHz
1126 MHz
Fréquence Boost
1708 MHz
1216 MHz
GFLOPS
3855
4612
Unités de textures
80
128
Texel Fill Rate
120.5 GT/s
144.1 GT/s
Mémoire
8 Gbit/s
7 Gbit/s
Bande passante
192 Go/s
224 Go/s
ROPs
48
64
Cache L2
1,5 Mo
2 Mo
TDP
120 W
165 W
Transistors
4,4 milliards
5,2 milliards
Die Size
200 mm²398 mm²
Process Node
16 nm
28 nm

Bus mémoire réduit

Six contrôleurs mémoire offrent un bus mémoire d’une largeur totale de 192 bits. Chaque contrôleur est associé à huit ROPs et 256 Ko de mémoire cache L2. On a donc 48 ROPs et 1,5 Mo de cache L2 au total. Les 6 Go de mémoire vive GDDR5 offrent une bande passante totale de 192 Gbits/s. C’est moins que les 224 Gbits/s de la GTX 980, mais n’oubliez pas que NVIDIA intègre dans sa nouvelle architecture de meilleures techniques de compression sans perte, pour économiser de la bande passante mémoire :

« La technique de compression des delta des couleurs de la GP104 réduit de moitié la place que prennent ces informations et un nouveau mode 4:1 permet de réduire les ressources nécessaires lorsque les informations entre plusieurs pixels sont très légèrement différentes. Il y a aussi un mode 8:1 qui utilise la compression 4:1 sur des blocs de 2×2 pixels, en offrant une compression de 2:1 sur les différences entre eux. »
(de notre test de la GTX 1080)

Evidemment, la puce GP106 est produite selon le même processus de gravure TSMC 16 nm FinFET+ que le GP104. Par rapport à ce dernier, le GP106 passe de 7,2 milliards à 4,4 milliards de transistors FinFET, et de 314 à 200 m² de surface. Une puce plus simple, dont le TDP est donc réduit à 120 W.

Une première : pas de SLI pour le milieu de gamme

Image 3 : Test de la GeForce GTX 1060 : peut-elle tuer la Radeon RX 480 ?

Vous aurez remarqué l’absence de connecteur SLI sur le PCB de la carte. C’est la carte la plus haut de gamme que nous nous rappelons être dénuée de technologie SLI. La GeForce GTX 750 Ti ne proposait pas non plus de SLI, certes, mais la 760 pouvait se coupler en SLI, tout comme la GTX 950.

L’explication officielle de NVIDIA est simple : peu de joueurs couplent des cartes graphiques milieu de gamme, et la firme souhaite plutôt se concentrer dans l’optimisation du SLI pour les cartes graphiques Pascal haut de gamme. Au delà de cette explication, il faut remarquer un changement de direction : les développeurs de jeu se concentrent plus le post-processing et les effets spéciaux basés sur du calcul GPU, deux techniques difficiles à gérer pour un SLI classique en AFR (Alternate Frame Rendering, les cartes calculent une image chacun leur tour). Avec DirectX 12, les choses vont peut-être changer, avec une nouvelle manière de gérer le multi-GPU, plus simple pour les développeurs, mais qui va contourner le travail d’optimisation de NVIDIA sur le SLI.

DirectX 12 pour le multi-GPU ?

Le seul jeu de notre suite de test qui gère le multi-GPU avec DirectX 12 est Ashes of the Singularity. Après avoir ajouté une seconde GTX 1060, et cliqué sur l’option de gestion multi-GPU, voici les gains de performances :

Ce n’est pas le genre de gain de performances qu’on pouvait voir avec un SLI, mais environ 50 % de performances en plus, c’est plutôt bon. Notez que ce type de gain est donc impossible a obtenir avec les jeux en DirectX 11, et même avec les jeux DirectX 12 sans gestion multi-GPU intégrée.

Sachant que la GTX 1060 est une carte destinée à la définition 1080p, Nvidia pourrait très bien activer un SLI via l’interface PCI Express, par une simple mise à jour de pilotes. On espère que ce sera le cas, car bon nombre de jeux DirectX 11 pourraient en profiter.

Sommaire :

  1. GP106 en détail, test en multi-GPU DX12
  2. Examen de la GTX 1060 Founders Edition
  3. Méthode de test
  4. Tests Ashes of the Singularity, Battlefield & GTA V
  5. Tests Hitman, Metro: Last Light Redux & Project CARS
  6. Tests Rise of the Tomb Raider, The Division & The Witcher 3
  7. Tests de consommation électrique
  8. Rendement et Overclocking, underclocking
  9. Fréquences max, températures et bruit
  10. Conclusion