Accueil » Actualité » Test : EPYC 7601 32 coeurs vs Xeon Platinum 8176 28 coeurs, Intel a un problème !

Test : EPYC 7601 32 coeurs vs Xeon Platinum 8176 28 coeurs, Intel a un problème !

Un processeur vraiment EPYC !

Image 1 : Test : EPYC 7601 32 coeurs vs Xeon Platinum 8176 28 coeurs, Intel a un problème !Le test de latence à gauche et bande passante mémoire à droite (source : AnandTech) Image 2 : Test : EPYC 7601 32 coeurs vs Xeon Platinum 8176 28 coeurs, Intel a un problème !

.

Nos partenaires d’AnandTech publient les premiers tests opposant un système embarquant deux processeurs EPYC 7601 à une machine intégrant deux Xeon Platinium 8176, les nouvelles puces lancées cette semaine par Intel. Au final, l’architecture Zen domine clairement de nombreux tests, et le rapport performance-prix joue le plus souvent à l’avantage d’AMD. Intel a donc clairement du souci à se faire, comme le montre le fait que Microsoft commence déjà à migrer certains serveurs Azure vers EPYC.

À lire aussi :
Notre comparatif de processeurs
Test des CPU Intel Core i5–7640X et Core i7–7740X génération Kaby Lake-X

Une lutte acharnée

Le Xeon 8176 a un avantage certain dans les tests simple thread et ses caches nettement plus importants écrasent EPYC dans les applications optimisées pour l’architecture Skylake-SP. Par exemple, les bases de données transactionnelles, comme MySQL, sont nettement plus à l’aise sur les processeurs Intel. Les entreprises aux ressources limitées choisiront donc des Xeon, parce qu’optimiser les logiciels d’aujourd’hui pour les puces Zen demande une expertise et des ressources qui ne sont pas toujours à leur disposition.

Image 3 : Test : EPYC 7601 32 coeurs vs Xeon Platinum 8176 28 coeurs, Intel a un problème ! Image 4 : Test : EPYC 7601 32 coeurs vs Xeon Platinum 8176 28 coeurs, Intel a un problème !

En revanche, le contrôleur mémoire à huit canaux des EPYC fait des merveilles face à celui des Xeon Platinum limités à six canaux. De plus, les calculs scalaires en virgule flottante propulsent AMD loin devant Intel. On devrait donc commencer à voir des supercalculateurs basculer sur l’architecture d’AMD. Au final, Intel n’a clairement pas dit son dernier mot, et la firme continue de s’imposer dans de nombreux secteurs, mais pour la première fois depuis longtemps, elle a un vrai rival dans le monde des serveurs. La question est maintenant de savoir si AMD pourra accroître la pression exercée avec ses puces EPYC Zen 2 Rome attendues en 2018–2019.