Accueil » Test » Test : la MSI Radeon RX 480 GAMING X 8G torturée sous overclocking

Test : la MSI Radeon RX 480 GAMING X 8G torturée sous overclocking

2 : Protocole de test et logiciels 3 : Overclocking et benchmarks 4 : Températures et consommation 5 : Conclusion

Présentation de la carte

Image 1 : Test : la MSI Radeon RX 480 GAMING X 8G torturée sous overclockingIl y a quelques jours nous vous proposions un test centré sur l’overclocking d’une GeForce GTX 1080 haut de gamme. Il était donc temps de réserver le même traitement à la concurrence : voyons donc ce qu’il en est chez les rouges ! Pour cela nous allons décortiquer une MSI RX 480 GAMING X, une version haut de gamme qui semble assez souple pour l’overclocking.

La série GAMING de MSI n’a pas vocation à être utilisée pour de l’overclocking extrême, le PCB de la carte n’est pas prévu pour. Cela étant dit, la carte dispose d’un très bon système de refroidissement et de composants assez solides pour un overclocking sérieux. Nous allons donc monter ses fréquences avec un refroidissement à air et un watercooling, mais pas sous azote.

On ne change pas une équipe qui gagne

Image 2 : Test : la MSI Radeon RX 480 GAMING X 8G torturée sous overclocking

En prenant cette carte en mains, et à moins d’être un expert, vous aurez du mal à identifier le GPU caché sous l’imposant bloc de refroidissement. 980, 980 Ti, 1080, 390 ? Toutes les cartes en version GAMING de MSI se ressemblent beaucoup. Le fabricant semble avoir ressorti une fois de plus son célèbre dissipateur noir et rouge !

Une fois montée, la carte occupera deux slots.  Les dimensions de la carte sont les suivantes : 27,6 x 14,0 x 4,2 centimètres.

Image 3 : Test : la MSI Radeon RX 480 GAMING X 8G torturée sous overclocking

Le PCB est protégé par une plaque arrière de couleur noire. Elle ne participe pas à la dissipation thermique de la carte… Plutôt à sa décoration.

Image 4 : Test : la MSI Radeon RX 480 GAMING X 8G torturée sous overclocking

Connectique

Image 5 : Test : la MSI Radeon RX 480 GAMING X 8G torturée sous overclocking


Contrairement au modèle de base, cette RX 480 est équipée d’un connecteur 8 broches. Espérons que le passage de 6 à 8 broches permettra plus de flexibilité pour l’overclocking !

Image 6 : Test : la MSI Radeon RX 480 GAMING X 8G torturée sous overclocking

En plus de la technologie AMD FreeSync™, et de la compatibilité avec la réalité virtuelle, vous disposerez d’une large connectique :

  • 2 x DisplayPort 1.4
  • 2 x HDMI 2.0b
  • 1 x DVI-D Dual Link

Dissipateur massif

Image 7 : Test : la MSI Radeon RX 480 GAMING X 8G torturée sous overclocking

Le dissipateur recouvre l’intégralité de la carte. Il est surmonté de deux ventilateurs de 10 cm utilisant la technologie « TORX 2.0 ». L’air chaud sera en très grande partie refoulé à l’intérieur du boîtier et seule une très faible proportion sera évacuée à travers la grille de l’équerre PCI. Bonne ventilation boîtier exigée !

Image 8 : Test : la MSI Radeon RX 480 GAMING X 8G torturée sous overclocking

Le dissipateur est composé de trois gros caloducs en cuivre. Pour rappel, ces heatpipes servent à capter la chaleur du GPU et à l’évacuer de façon très rapide vers l’intégralité du système de refroidissement. C’est une sorte d’autoroute pour les calories. Contrairement à d’autres marques, MSI à fait le choix de mettre une plaque entre le processeur graphique est les caludocs. Un choix judicieux vu la très petite taille des GPU Polaris.

Image 9 : Test : la MSI Radeon RX 480 GAMING X 8G torturée sous overclockingImage 10 : Test : la MSI Radeon RX 480 GAMING X 8G torturée sous overclocking

L’étage d’alimentation et les puces mémoires seront refroidis par l’intermédiaire d’une plaque de dissipation.

PCB

Image 11 : Test : la MSI Radeon RX 480 GAMING X 8G torturée sous overclockingImage 12 : Test : la MSI Radeon RX 480 GAMING X 8G torturée sous overclocking

Une fois la carte nue, nous découvrons le PCB. La base y est, mais point de fioriture ou de gadget, MSI est allé à l’essentiel.

Polaris 10

Image 13 : Test : la MSI Radeon RX 480 GAMING X 8G torturée sous overclocking

Le Polaris 10 d’AMD, nom de code Ellesmere, est gravé en 14 nm FinFET. Ces 5,7 milliards de transistors occupent 232 mm² et possèdent un TDP de 150 W. Le DIE de ce GPU est entouré par un bouclier en métal. Celui-ci rigidifie le PCB du processeur graphique et réduit le risque d’arracher les petits composants qui pullulent un peu partout. 

Mémoire

Image 14 : Test : la MSI Radeon RX 480 GAMING X 8G torturée sous overclocking

La RX 480 est disponible en version 4 et 8 Go. C’est la version disposant de 8 Go de GDDR5 qui est aujourd’hui en test. La RAM est interfacée sur un bus de 256 bit.

Étage d’alimentation

Le rôle et le fonctionnement de l’étage d’alimentation ont été détaillés lors d’un précédent test.

Image 15 : Test : la MSI Radeon RX 480 GAMING X 8G torturée sous overclocking

La RX 480 GAMING X dispose de 6 phases dédiées au GPU. Deux phases supplémentaires alimentent la mémoire. Elles sont invisibles sur cette photo, car de l’autre côté du GPU, sont utilisées.

La carte semble bien armée, mais le constructeur nous a déconseillé un overclocking sous azote liquide. L’overclocking extrême entraîne une consommation très importante au niveau du GPU. A cause de cette consommation, l’étage d’alimentation est très sollicité et risque d’être endommagé. Nous nous contenterons donc de pousser les fréquences en air et sous watercooling.

Sommaire :

  1. Présentation de la carte
  2. Protocole de test et logiciels
  3. Overclocking et benchmarks
  4. Températures et consommation
  5. Conclusion