Test

Test Nacon Revolution X Pro : haute personnalisation au bout de vos doigts

La Nacon Revolution X Pro serait-elle la manette du parfait équilibre, pour le joueur passionné voire le professionnel de l’e-sport ? C’est en tout cas ce que laisse à penser son positionnement tarifaire : proposée à 109,90 €, elle constitue un sérieux investissement, cinquante euros plus chère que la manette Xbox de base (59,99 €), mais elle reste aussi bien plus abordable que le contrôleur Xbox Elite Series 2 (179,99 €). Si son design rappelle plutôt la première que la seconde, elle justifie son tarif par un lot de fonctionnalités supplémentaires, en particulier l’ajout de nouvelles gâchettes à l’arrière et un haut niveau de personnalisation. Des critères qui peuvent peser pour tous les joueurs consacrant plusieurs heures par jour à leur passion.

Conçue et développée en France, dans la région de Lille, la Nacon Revolution X Pro est compatible avec les consoles Xbox One et Series X/S, ainsi que Windows 10 et 11. Elle a reçu le patronage de Microsoft durant toute sa phase de développement, avec un cahier des charges précis à respecter, même si le constructeur a été suffisamment libre pour proposer quelques originalités.

Un design séduisant et de belles finitions générales

Du côté du design, on évolue ainsi dans une approche sensiblement similaire à celle de la manette Xbox classique. La Revolution X Pro épouse toutefois une silhouette légèrement moins compacte et plus droite, avec des poignées plus larges, là où la manette officielle, plus évasée, emprunte davantage l’allure d’un “boomerang”. La prise en main est excellente, en particulier pour les plus grandes mains, et les doigts tombent parfaitement sur les deux sticks analogiques asymétriques et sur les gâchettes supérieures.

Sur les flancs, pas de gomme ni de matériaux doux mais des zones aux picots très rapprochés. C’est au final un bon compromis – ce que l’on perd en aspect “luxe”, on le gagne en durée de vie de la manette et en confort, avec une bonne stabilité générale et une vraie résistance à la sudation. Si le plastique nous est apparu légèrement plus « cheap » que celui de la manette officielle (la différence n’est pas non plus ultra-flagrante), la finition générale est très bonne. Les boutons réagissent parfaitement, les gâchettes s’enfoncent bien et présentent une longue course (nous y reviendrons) et la croix directionnelle est réactive avec son design concave. Cette dernière partage d’ailleurs avec les gâchettes supérieures une finition un peu brossée et lisse, pour une bonne prise en main. 

Si les quatre boutons principaux (ABXY) voient évidemment leur ordre inchangé, ils empruntent des dimensions légèrement plus importantes tout en étant plus rapprochés. Nacon nous a confié que ce choix assurait aussi une plus grande réactivité, avec la possibilité de presser rapidement une succession de touches en bougeant au minimum le pouce de la main droite. Seul revers inesthétique, le bouton B a tendance à “couler” vers la poignée droite de la manette. 

Outre la présence de deux rangées de gâchettes sur le flanc supérieur, la Revolution X Pro greffe aussi deux paires de palettes supplémentaires à l’arrière. On fait naturellement reposer nos majeurs et nos annulaires dessus, ou nos annulaires et nos auriculaires si l’on emprunte une prise en main plus “à l’arrière”, avec des doigts en permanence sur les gâchettes et triggers supérieurs. Vous devrez tout de même vous habituer à trouver un parfait équilibre : ces palettes sont cliquables sur toute leur longueur, mais leur partie inférieure, tout en bas des deux poignées, nous est apparue plus “rude” à presser. Reste que les jeux exploitant à fond huit gâchettes sont rares : c’est précisément là où les larges possibilités de personnalisation des profils prennent leur sens, pour vous offrir une prise en main qui correspond vraiment à vos besoins.

Personnalisez la manette avec de nombreux accessoires

Et en matière de personnalisation, elle commence bien avant de dégainer le moindre logiciel compagnon. Dans une belle housse de transport rigide en tissu, on retrouve une petite boîte avec six poids différents (deux de 10g, deux de 14g et deux de 16g), mais aussi deux “chapeaux” de rechange pour les sticks (de forme convexe, alors que ceux par défaut sont concaves) et quatre ergots de métal venant en limiter la course. Concrètement, vous ouvrez une trappe à l’arrière de chacune des deux poignées et vous y déposez l’un de ces poids, pour renforcer le poids de base (230 grammes, contre 300 grammes pour la manette Xbox classique) jusqu’à 32 grammes supplémentaires. Ce système autorise les configurations les plus “exotiques”, avec même la possibilité de déséquilibrer légèrement la manette en répartissant des poids différents, si vous préférez ce type de rendu. 

Autre possibilité : en tirant sur les chapeaux des sticks, vous les dégagez et vous les remplacez ainsi par une autre forme et un autre type de design pour les pouces, en fonction de vos préférences. Dommage qu’il faille un peu forcer pour les extraire, avec un système d’attache en plastique et non un aimant, mais c’est aussi le gage d’un meilleur maintien. En prime, vous pouvez ajouter des cercles d’acier à leur base, afin de limiter leur amplitude de 44 degrés à 30 degrés. Là encore, c’est un atout pour les fans de jeux de combat, par exemple, avec une plus grande réactivité à la clé.

Nous ne l’avons pas encore évoqué : la Revolution X Pro est une manette purement filaire. Elle est livrée avec un câble USB-C tressé de 3 mètres. C’est un peu court si vous jouez sur un grand téléviseur et que vous avez besoin d’un certain recul, mais Nacon a eu le bon goût d’utiliser un connecteur standard et vous pourrez donc éventuellement remplacer le câble par un modèle plus long. Si Nacon n’a pas caché réfléchir à une version sans fil, sans plus de précisions, ce choix s’est avéré judicieux : on profite évidemment d’une bien meilleure réactivité mais la manette s’en trouve également plus légère et moins onéreuse, tout en évitant d’utiliser un composant dont la disponibilité n’est plus assurée par ces temps de disette.

Dernier détail, la manette dispose d’un port audio 3,5 mm sur la partie inférieure, avec une licence Dolby Atmos complète. Vous profiterez ainsi d’un son en 3D en branchant un casque à la manette, avec une très bonne qualité audio.

Une excellente réactivité générale

À l’arrière, un interrupteur bascule entre un usage “classique” (les commandes de base s’appliquent à l’ensemble de la manette) et “avancé”, avec des profils que vous personnalisez à l’aide d’un utilitaire à télécharger gratuitement sur le Microsoft Store. C’est l’un des outils les plus clairs, complets et mieux conçus que nous ayons testés. Vous pouvez créer une infinité de profils et les associer aux quatre slots de sauvegarde intégrés à la manette, de manière intuitive. 

Mapping de tous les boutons, courbe de réponse individuelle de chaque stick analogique, réactivité des gâchettes, égaliseur audio pour le casque que vous branchez au port inférieur, niveau de vibration des poignées et des gâchettes, effets lumineux autour du stick de droite, inversion des contrôles ou limite de la croix directionnelle à 4 ou 8 directions : vous pouvez adapter avec un grand niveau de finesse le comportement de la manette. Une simple pression sur le bouton “Profil”, à l’arrière, bascule entre les 4 configurations sauvegardées et un témoin lumineux vous l’indique. En emportant la manette chez un ami ou dans une compétition d’eSport, vous conservez tous vos réglages.

Les gâchettes LT et RT sont à retour haptique, avec des vibrations également présentes dans les deux poignées. Elles ne sont pas parfaitement silencieuses, en particulier si vous les réglez en “Fort” avec la présence de poids dans les poignées, mais elles offrent une bonne réactivité, comme nous avons pu le constater en particulier avec Forza Horizon 5 où elles sont sollicitées en permanence. Dans l’utilitaire, vous choisissez le niveau de pression à exercer afin d’activer leur fonction. 

Dans l’ensemble, la Nacon Revolution X Pro nous a beaucoup séduit. Si elle ne s’aventure pas dans la frange la plus luxueuse du marché, notamment par son choix des matériaux, elle justifie son tarif relativement élevé par l’un des plus hauts niveaux de personnalisation possible. De nombreux accessoires viennent la compléter et lui offrent des réglages très pointus, capables de s’adapter à tous les types de prise en main et de jeux. Servie par un utilitaire clair et bien conçu, la manette brille par son ergonomie générale. Elle plaira à tous les joueurs chevronnés qui préfèrent un design classique et privilégient ce type de personnalisation avancée.

Cet article a été modifié le: 2 décembre 2021 13 h 13 min