Comparatif de routeurs Wi-Fi 802.11ac

Un peu plus de deux ans se sont déjà écoulés depuis notre premier comparatif de routeurs 802.11ac. Ce dernier nous avait permis d’avoir une idée assez précise du comportement de plusieurs modèles haut de gamme, lesquels étaient récemment arrivés sur le marché, en termes de portée et de débits.

Entre le fait d’avoir conservé tout le matériel de test et notre propre curiosité, nous avons continué à effectuer des tests de temps à autres, notamment en matière de portée maximale des signaux. Nous avons par exemple placé deux routeurs sur le bord d’une des fenêtres du bureau avant de mesurer la distance à laquelle ils étaient capable d’émettre en descendant la rue qui longe nos locaux. L’un s’est montré capable de maintenir une connexion a un pâté de maisons tandis que l’autre nous a privés de signal quelques mètres plus tôt.

Le problème de cette approche tient au fait que l’on observait des résultats différents le jour suivant. Nous avons même essayé de prendre des mesures lors d’une nuit d’hiver avec une température de -7°C : les résultats étaient alors les meilleurs que nous ayons mesuré, mais notre adaptateur 11ac USB n’a manifestement pas apprécié les conditions climatiques puisqu’il a rendu l’âme dès que nous sommes revenus en intérieur (mieux vaut y aller progressivement !). La portée d’un routeur changeait heure par heure et pour ne rien arranger, il en allait de même pour les débits. Précisons que les tests en WiFi ont de fait une part aléatoire qui s’explique par le caractère variable des radiofréquences qui nous entourent, mais le fait d’augmenter la distance entre les appareils complique encore plus la donne. Ceci ne veut pas dire que le 11a constitue une régression en matière de portée par rapport au 11n, puisque notre précédent article prouve justement le contraire. Cependant, nous avons vite pris conscience du fait que mesurer la « vraie » portée/performance n’a pas vraiment de sens : à quoi bon savoir la portée exacte d’un routeur s’il faut une heure pour transférer 100 Mo lorsque l’on est à sa limite ?

En bref, nous avons décidé de ne pas reconduire les tests à longue distance. Par ailleurs, nous faisons toujours l’impasse sur les tests en Ethernet : en toute logique, c’est bien la dimension sans-fil qui nous intéresse lorsque l’on compare des routeurs Wi-Fi. L’accent est donc mis sur la technologie ainsi que l’implémentation de cette dernière dans les produits. Dans cette perspective, nous avons décidé de tester non seulement la bande passante, mais aussi la bande passante en charge. Une analyse approfondie du second point nous a paru d’autant plus essentielle du fait qu’il implique la prise en compte du temps qui passe. En réfléchissant au protocole de test, deux cas nous ont semblé importants : premièrement, quel est le rendement en charge des routeurs avec de multiples flux ? Il était possible de conduire les tests avec un certain nombre d’appareils WiFi sans pour autant que ces derniers correspondent à l’environnement de chacun d’entre nous, ou encore d’utiliser IxChariot pour créer plusieurs clients virtuels. Bien entendu, la seconde approche s’est avérée bien plus facile à mettre en œuvre et nettement plus fiable.

Deuxièmement, nous avons essayé de prendre en compte les problèmes de maintien des performances que l’on rencontre en environnement réel lorsque l’on a plusieurs clients, à savoir les interférences. Tous les appareils WiFi émettent des signaux parasites et, lorsqu’ils sont connectés, sont en concurrence au niveau du trafic. Certains routeurs s’accommodent de cette situation mieux que d’autres, raison pour laquelle nous avons souhaité les opposer dans ce domaine.

Pour résumer, nous avons cherché à combler les manques du précédent article. Entre le fait que nous avions donc gardé les routeurs utilisés il y a deux ans et que certains d’entre nous ont probablement acheté l’un d’entre eux depuis, nous avons gardé les meilleurs tout en ajoutant quelques nouveaux modèles. Ceci permettra peut-être de voir si les progrès accomplis au niveau des routeurs 802.11ac se traduisent par une vraie hausse de performances en conditions réelles. Le but est donc d’examiner les performances 802.11ac de plus près, ainsi que de prendre en compte certains aspects utiles lorsque l’on doit choisir un nouveau routeur.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
7 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • EricZ318
    Pas mal, par contre c'est pas génial de comparer des routeurs de génération différentes, car ça pourrait induire en erreur...
    On remarque sur certains tests que le R7000 surpasse le AC-66U, sauf que le R7000 est l'équivalent de l'AC-68U, nettement plus puissant...
    0
  • stratic
    Citation:
    Pas mal, par contre c'est pas génial de comparer des routeurs de génération différentes, car ça pourrait induire en erreur...


    +1, c'est également la remarque que je me faisais. Le RT-AC66U était très bon, mais ça c'était il y a 3 ans déjà...

    Un RT-AC68U aurait été l'équivalent du Nighthawk et, quelque chose du genre RT-AC3200, aurait été alors là vraiment intéressant à voir au niveau perfs.

    Sinon, le test est plutôt bien pensé et correspond plus à la réalité des usages.
    1
  • Carl59
    La nuit dernière, durant quelques secondes, je suis tombé sur " Article sponsorisé par Netgear ", à partir de la, je ne peux plus faire confiance en votre objectivité.

    Maintenant à vous de voir, vous me décrédibiliser ou vous aller être honnête ?
    On sait qu'il ne faudrait pas froisser Netgear ...
    0
  • jamais content
    Et voilà encore un site qui utilise une illustration en première page avec les 3 canaux en 2.4 GHz (1,6,11) alors que cela était valable en 802.11b qui bavait allègrement sur les fréquences voisines.
    Aujourd'hui il est recommandé d'utiliser 1,5,9 ou 13

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_canaux_Wi-Fi
    dont voici l'extrait dédié à ce sujet:
    "Afin d'éviter les interférences avec les utilisateurs voisins d'autres réseaux sans fil, il faut analyser l'occupation du spectre4, et s'en tenir à la règle de base suivante : laisser au moins 3 canaux vides entre les voisins et celui que l'on veut utiliser. Ainsi en Europe, la méthode permettant théoriquement d'utiliser au mieux le spectre sans créer d'interférences consisterait à utiliser les canaux 1 - 5 - 9 - 13, sachant que ces canaux sont exploités en analogique ou numérique par d'autres applications professionnelles et domestiques, comme les aérocams ou les meteocams. Du temps du 802.11b, chaque canal occupait une plage de fréquence de 22 MHz, et il était alors plus prudent de n'utiliser en Europe que les canaux 1 - 6 - 11. C'est la raison pour laquelle on voit encore beaucoup d'équipements utiliser ces 3 canaux. Cette utilisation historique des canaux 1 - 6 - 11 est à éviter[réf. souhaitée] car elle conduit (du moins en Europe) à un gaspillage d'un quart de la bande de fréquence disponible (3 canaux utilisés au lieu de 4)."
    1
  • MaPomme
    A quand un comparatif de cartes wifi, histoire de voir ce qui marche le mieux en utilisation avec les box internet des FAI français ?... ;)
    0
  • NicolBolas
    Est ce que ce "test" est une blague ?!

    Le protocole ne sert à rien, il ne teste rien de ce qui peut être problématique dans l'usage de ces équipements !

    Pas de filaire ? A quoi bon s'il n'est pas connecté sur la box ou un NAS ?!

    Tester sans chiffrement ? mais quel irresponsable peut suggérer une telle erreur ?

    Pas de test des fonctions de routage ? A quoi bon prendre plus qu'une simple AP alors que c'est typiquement le goulet d'étrangelement sur un WAN FTTH ? (par exemple le RT-66AC-U plafonne à 220Mbps de NAT v4 et 80Mbps d'encapsulation L2TP pour un VPN non chiffré, ce qui est plutôt faible)

    Quid de l'utilisation spectrale ? Des négos MCS pour limiter les pertes en situation d'interférences régulières ? Des largeurs de bande utilisées (20, 40 ou 80MHz minimum en AC). Quid des méthodes de test de débit ? Pas même un IPerf !!

    Et des mesures du spectre ambiant pendant chaque test ? Genre au moins avec un screenshot de waterfall depuis une grappe de RTL-SDR pour vérifier la propagation du signal et des interférences éventuelles tout autour de la zone de test ?

    Mince, moi qui pensait trouver quelques infos intéressantes… Même pour un non initié ce torchon est inutilisable.
    -1
  • EricZ318
    Stop de te la péter NocilBolas, je suis pas un novice en réseau et je comprends rien à ce que tu racontes.

    Si tu lis le test (et pas juste regarder les titres), tu t’aperçois que l'auteur tente juste de tester quelques routeurs qu'il a conservé pour voir l'évolution.

    L'idée c'est aussi de tester comme chez les gens normaux, c'est à dire sans réglages de folies. Le VPN c'est ton besoin (le mien aussi) mais pas le problème de tous.

    En plus sur ce genre de routeur grand public, malgré la puissance des processeurs embarqués, le VPN reste dramatiquement lent, c'est pas une nouveauté !

    Je trouve justement que tester le chiffrement est une très bonne idée ! En théorie, ça consomme du CPU de chiffrer. Donc on aurait pu espérer un meilleur débit. Mais le chiffrement est tellement devenu obligatoire que c'est géré en hard (ie : temps réel, pas de perte de perfs) et donc ça n'impacte plus rien.

    Bref, on peux reprocher énormément de chose à ce test qui n'apporte pas grand chose, mais t'es pas obligé de dire que c'est un torchon inutilisable, rien ne t'oblige à le lire ou à changer de site !
    0