Comparatif de disques durs 2 To

Les modèles 2 To à 7200 tr/min constituent le nouveau haut de gamme de l’industrie du disque dur : Samsung nous a envoyé le premier Spinpoint F3 qui sera bientôt décliné en version 2 To, tandis qu’on trouve déjà deux Western Digital (Caviar Green et Caviar RE4), un Hitachi et un Seagate de cette capacité sur le marché. L’heure est donc venue de faire un premier point sur les disques durs 2 To.

Débits et rendement en hausse

L’industrie ayant majoritairement appréhendé cette capacité de 2 To avec des produits basse consommation à haut rendement, les principaux constructeurs commencent désormais à introduire des produits aux performances plus élevées en sus des produits basse consommation. Le quartet (Hitachi, Samsung, Seagate et Western Digital) considère encore ce segment avec beaucoup d’attention, et ce malgré la concurrence grandissante des SSD.

La raison est simple : la capacité des disques durs continuera d’augmenter à un rythme soutenu. S’il en est de même pour les SSD, le coût des disques dur est bien plus accessible en comparaison. Naturellement, les disques de capacité maximale continueront à être lancés dans une fourchette de 150 à 200 €, alors que les meilleurs SSD ne sont pas prêts d’y arriver.

D’autre part, les disques durs haute capacité ayant des performances respectables sont de plus en plus importants pour les serveurs et centres de données : il n’existe tout simplement pas d’alternative lorsqu’il s’agit de stocker d’énormes quantités de donnés sans y passer une éternité. Reste que l’écart entre un disque dur « vert » affichant des débits de 110 Mo/s et un modèle orienté performance à 140 Mo/s est encore significatif, le WD RE4 (RAID Edition) que l’on verra sur les pages suivantes en est la parfaite illustration. Hitachi suit avec son A7K2000 et Seagate propose un Constellation ES.

Encore plus d’espace ?

On peut s’attendre à ce que la capacité par plateau passe de 500 à 640 ou 750 Go sous peu, ce qui permettra aux fabricants de concevoir des modèles 1,5 et 2 To entrée de gamme en réduisant le nombre de plateaux. Cependant, les disques durs d’une capacité supérieure à 2 To n’ont pour le moment de sens que pour des environnements professionnels où les machines sont réellement capables de gérer des partitions bootables de cet ordre. Les Mac Intel sont capables d’utiliser une table de partitionnement GUID (Global Unique Identifier) à la place du MBR traditionnel (Master Boot Record). Reste que la plupart des PC actuels sont incapables de démarrer sur une partition aussi grande au motif que le GPT nécessite l’EFI (Extensible Firmware Interface) au lieu d’un BIOS conventionnel. Belle ironie du sort, puisque si la plupart des PC regorgent de fonctionnalités dont l’utilité est parfois discutable, ils ne proposent pas l’EFI et la gestion du GPT qui est nécessaire pour exploiter les futurs disques durs supérieurs à 2 To.

En somme, nous serons limités à la capacité de 2 To par disque pour un bon moment. Profitons tout de même du moment avec les deux nouveaux Western Digital et le premier Samsung à utiliser des plateaux de 500 Go.