Accueil » Actualité » Certaines cartes mères X570 tuent les processeurs Ryzen 3000 à petit feu

Certaines cartes mères X570 tuent les processeurs Ryzen 3000 à petit feu

Des fabricants falsifient les valeurs de puissance transmises à la puce pour s’autoriser un overclocking forcé.

Mise à jour du 12/06 : AMD nous a contactés et fait part de sa position officielle sur le sujet :
« Nous sommes au courant des rapports affirmant que certaines cartes mères pourraient sous-estimer certaines données télémétriques liées à la puissance, au point de modifier les performances et/ou le comportement des processeurs AMD Ryzen dans certaines conditions. Nous examinons actuellement l’exactitude de ces rapports.
Enfin, nous voulons être clairs avec nos clients : les processeurs AMD Ryzen contiennent un large éventail de protections internes qui fonctionnent indépendamment des sources de données externes. Ces protections renforcent la sécurité et la fiabilité du processeur durant les opérations. Sur la base de notre évaluation initiale, nous ne pensons pas que la modification de la télémétrie externe de la manière décrite dans ces articles aurait un impact significatif sur la longévité ou la sécurité du processeur de l’utilisateur. »

Article du 9 juin

Des fabricants de cartes mères X570 s’accordent quelques libertés qui pourraient nuire à la durée de vie des processeurs Ryzen installés sur leurs modèles. En effet, ils falsifieraient volontairement les mesures de puissance du processeur afin d’augmenter ses performances. Une pratique courante, similaire à l’overclocking, sauf que dans le cas présent, dissimulée et pratiquée sans le consentement des utilisateurs ni d’AMD.

Image 1 : Certaines cartes mères X570 tuent les processeurs Ryzen 3000 à petit feu

C’est la découverte qu’a fait un certain The Stilt, rapportée sur HWinfo. En pratique, il est courant que les fabricants de cartes mères ajustent les limites de puissance du processeur pour rendre leurs modèles plus rapides que ceux des concurrents. Intel encourage même cette pratique et l’encadre afin qu’elle n’altère pas la pérennité de la puce. Or, ce n’est pas le cas d’AMD. Selon The Stilt, la méthode utilisée par certains vendeurs de cartes mères pour augmenter les performances consiste à falsifier délibérément la consommation d’énergie du processeur afin qu’il puisse outrepasser ses limites. Ainsi, la puce est certes plus performante, mais elle consomme plus d’énergie et génère plus de chaleur, ce qui peut réduire sa durée de vie.

ASRock enregistre 12 cartes mères en A520 auprès de l’EEC

Deux grandes marques incriminées

Vous pouvez lire la publication de The Stilt sur le site HWinfo, mais en voici un résumé :

« Certains fabricants de cartes mères déclarent intentionnellement une valeur de référence spécifique incorrecte (trop petite) dans l’AGESA. Comme les processeurs AM4 Ryzen dépendent de la télémétrie provenant du VRM de la carte mère pour déterminer leur consommation électrique, le fait de déclarer une valeur de référence incorrecte affectera la consommation électrique du processeur.

Par exemple, si le fabricant de la carte mère rapporte 50 % de la valeur correcte, le CPU pense qu’il consomme la moitié de la puissance qu’il consomme réellement. Ainsi, il s’autorise à consommer deux fois plus que prévu. Cela permet au processeur d’atteindre une puissance plus élevée en raison des limites de puissance effectivement levées ; cependant, cela fait également chauffer le CPU et peut avoir un effet négatif sur sa durée de vie, de la même manière que l’overclocking. La différence par rapport à l’overclocking ou à l’utilisation du PBO est que dans le cas présent, cette action est réalisée de manière totalement clandestine ».

L’individu précise aussi que « même si cette pratique est rendue possible par un élément qu’AMD a inclus dans la spécification, l’entreprise ne tolère pas et n’encourage pas son utilisation. Au contraire, AMD fait pression sur les fabricants de cartes mères qui ont mis en place cette pratique ».

Un outil pour détecter la fraude

HWinfo a lancé un outil permettant aux utilisateur de tester le degré d’honnêteté de leur carte mère. La justification est la suivante : « Étant donné qu’au moins deux des plus grands fabricants de cartes mères utilisent toujours ce procédé afin d’obtenir un avantage sur leurs concurrents, malgré les demandes, nous avons pensé qu’il serait juste de permettre aux consommateurs de voir si leur carte se livre à quelque chose qu’elle n’est pas censée faire ».

Hwinfo a ajouté ainsi une mesure baptisée « CPU Power Reporting Deviation » qui détermine si la carte mère communique des valeurs correctes au processeur Ryzen.

Nos confrères de Tom’s Harware US mènent l’enquête auprès d’AMD et des marques pour connaître l’identité de ces « deux fabricants » récalcitrants. Nous vous tiendrons informés dès que possible.