Accueil » Actualité » Computex : Ice Lake en 10 nm, 6 raisons de ne pas être si optimistes

Computex : Ice Lake en 10 nm, 6 raisons de ne pas être si optimistes

Bon OK, 5 et demi.

Image 1 : Computex : Ice Lake en 10 nm, 6 raisons de ne pas être si optimistes

Intel a présenté en détail Ice Lake, ses nouveaux processeurs gravés en 10 nm, avec de bons espoirs de voir les premiers ordinateurs portables arriver cette année. Ce gros changement d’Intel est en retard, mais il se concrétise enfin, et laisse présager de bonnes choses. Certains détails nous restent toutefois perplexes.

1- Progression mitigée des performances IPC

Intel annonce à grande voix 18 % d’augmentation des performances IPC. Mais ceci par rapport à un processeur Skylake de 6ème génération, sorti il y a quatre ans. On voit sur le graphique que les performances IPC progressent beaucoup moins face aux derniers Whiskey Lake.

Il n’est pas non plus précisé de comparaison avec Coffee Lake, ce qui aurait été utile pour se donner une idée de la progression des performances chez les PC de bureau. Sur ce point AMD fait tout de même progresser ses performances IPC sur la même architecture de 15 % sur une seule génération, annonçant surpasser Intel Coffee Lake malgré 400 MHz de moins en Boost.

2- Des fréquences maximales inférieures !

Image 4 : Computex : Ice Lake en 10 nm, 6 raisons de ne pas être si optimistes

Intel a eu du mal à finaliser sa gravure en 10 nm, et malgré ce retard, les premiers Ice Lake devront baisser leur fréquence Boost de 4,6 à 4,1 GHz par rapport aux Whiskey Lake actuels (et même face à la génération précédente). Ceci à cause d’une gravure qui n’est pas encore très mature. Il faudra attendre le 10 nm++ (soit deux itérations !) pour que les fréquences augmentent significativement sans faire bouger la consommation.

3- Les tests de performances sans les mitigations des dernières failles matérielles

Si Ice Lake doit profiter de la correction matérielle des principales failles de type Spectre/Meltdown, Intel précise que les résultats des tests officiels présentés lors de sa conférence ne prennent pas en compte les dernières atténuations d’éventuelles faille matérielles comme ZombieLoad, qui semblent pourtant impacter clairement les performances des CPU actuels.

4- Circuit graphique Gen11 : 1 TFLOPS seulement pour le plus gros modèle

Image 5 : Computex : Ice Lake en 10 nm, 6 raisons de ne pas être si optimistes

Intel parlait jusqu’à présent de sa nouvelle génération de circuit graphique intégré à 1 TFLOPS sur 64 EU (Execution Units), mais on apprend aujourd’hui que c’est uniquement pour le plus gros modèle, et donc le plus cher… Il se pourrait qu’une bonne partie des processeurs Ice Lake mobiles du marché intègrent un IGP Gen11 moins puissant, à 32 ou 48 EU (contre 24 actuellement). La nomenclature UHD Graphics sera reprise pour ces modèles moins performants, contre Iris Plus Graphics pour les plus puissants. Voilà plutôt à quoi s’attendre, avec des fréquences plus ou moins variables :

UHD Graphics 91032 EU (GT2 Y)
UHD Graphics 92032 EU ( GT2 U)
Iris Plus Graphics 93032 ou 64 EU (GT2 Y )
Iris Plus Graphics 94048 ou 64 EU (GT2 U)
Iris Plus Graphics 95064 EU (GT2 U à 25 W)

Côté IGP toutefois, ne faisons pas la fine bouche, la progression devrait être palpable et positive, surtout avec les fonctionnalités supplémentaires annoncées (encodeur vidéo, VRS, VRR, etc.).

5- Quelle dispo et pour quand ?

Reste maintenant à savoir quand ces portables sur Ice Lake en 10 nm seront disponibles, et en quelle quantité. Intel annonce 30 designs de portables en préparation dans différentes variantes de CPU, mais les timing restent encore un peu flous… Il faudra attendre 2020 pour les CPU Ice Lake de bureau, et le tristement fameux 9900KS ne sera disponible qu’au dernier trimestre 2019.

6- Qualcomm débarque avec sa plateforme 8cx sous Windows ARM…

Et d’après les premiers tests, il semble que ça fonctionne plutôt bien, en témoigne notre article sur les premiers tests de la plateforme Snapdragon 8cx face à un Dell XPS 13 Intel Core i5.