Accueil » Dossier » Disques durs professionnels : 2.5″ 10 000 tr/min VS 3.5″ 15 000 tr/min

Disques durs professionnels : 2.5″ 10 000 tr/min VS 3.5″ 15 000 tr/min

2 : De la mémoire flash partout ? 3 : 2,5" contre 3,5" : exemples de disques durs 4 : Performances et consommation 5 : Capacité et coût 6 : Serveurs en rack 7 : Solutions spécialisées et serveurs lames 8 : Configuration de test et courbes de débit 9 : Débits 10 : Performances en E/S et temps d’accès 11 : Performances applicatives (PCMark Vantage) 12 : Température, consommation et rendement 13 : Conclusion

Introduction

Le secteur du stockage est actuellement en pleine évolution. Le changement le plus perceptible est très certainement l’abandon progressif des plateaux rotatifs au profit de la mémoire flash, mais le segment des disques durs conventionnels mute également. Ce bon vieux support n’est en effet pas près de disparaître, et ce, pour une bonne raison : il est le seul qui permette d’atteindre des capacités très élevées à prix abordable.

Image 1 : Disques durs professionnels : 2.5" 10 000 tr/min VS 3.5" 15 000 tr/min

Dans cet article, nous n’aborderons pas spécifiquement la thématique « flash ou disque dur » mais plutôt la transition qui est en train de s’opérer dans les entreprises, où un nombre croissant de disques durs au format 3,5″ se font remplacer par des modèles 2,5″. Tous les grands fabricants de disques durs proposent maintenant au moins une gamme de produits 2,5″ à usage professionnel ; certains ont même annoncé leur intention de laisser tomber les modèles 3,5″ à 15 000 tr/min, car les clients recherchant les performances se dirigent plutôt vers les SSD et ceux recherchant la capacité vers les disques durs 3,5″ conventionnels. Tout ce qu’il y a entre ces deux extrêmes sera bientôt dévolu aux modèles 2,5″, pour les raisons que nous allons expliquer dans les pages qui suivent.

Pour les entreprises, le mot, ou plutôt l’expression magique est « densité de stockage ». La plupart du temps, cela désigne la capacité par volume occupé. Le concept démarre au niveau du disque dur proprement dit avec la capacité par cm² ou par plateau ; il se prolonge au niveau du système environnant, les techniciens ayant besoin de savoir de quelle capacité ils vont disposer sur 1U, 2U, 4U ou même tout un rack de serveurs.

Toutefois, l’expression peut aussi désigner les performances d’une solution de stockage donnée, ce qui nous ramène à la transition du 3,5″ au 2,5″ : sachant que les performances d’un système monté en RAID évoluent proportionnellement au nombre de disques déployés, il est clair qu’un grand nombre de disques durs 2,5″ possède certains avantages sur un plus petit nombre de disques 3,5″.

Nous passerons en revue les performances, la consommation, la capacité de stockage et les applications envisageables des serveurs lames contenant des disques durs 2,5″. Enfin, n’oublions pas que le 2,5″ est en train de devenir la référence pour les SSD ; l’adoption de matériel à ce format facilitera donc à terme les remplacements de matériel. Commençons par la technologie flash.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. De la mémoire flash partout ?
  3. 2,5" contre 3,5" : exemples de disques durs
  4. Performances et consommation
  5. Capacité et coût
  6. Serveurs en rack
  7. Solutions spécialisées et serveurs lames
  8. Configuration de test et courbes de débit
  9. Débits
  10. Performances en E/S et temps d’accès
  11. Performances applicatives (PCMark Vantage)
  12. Température, consommation et rendement
  13. Conclusion