Accueil » Actualité » GTX 1650 : attention à l’encodeur vidéo, Turing ou Volta

GTX 1650 : attention à l’encodeur vidéo, Turing ou Volta

En effet, le NVENC Turing est environ 15 % plus performant que Volta.

La carte graphique GeForce GTX 1650 a désormais de nombreuses variantes basées sur différents GPU : TU117, TU116 et TU106. Comme on l’avait découvert en avril 2019, la GTX 1650 d’origine, équipée d’un GPU TU117, s’appuie non pas sur une encodeur matériel vidéo Turing, mais Volta. Ce n’est pas le cas des GTX 1650 munies d’un GPU TU116 et TU106, puisque leur encodeur vidéo est de type Turing.

Or, comme le précise NVIDIA, le NVENC Turing est 15 % plus efficace. Par conséquent, pour le client, il convient de faire attention au type d’encodeur embarqué sur sa GTX 1650.

GPU Ampere : vers une RTX 3070 Ti armée de 8 Go de mémoire GDDR6X

NVIDIA joue franc-jeu

Afin de vous aider à y voir plus clair, rappelons qu’à l’origine, la GTX 1650 est une carte munie de 896 cœurs CUDA et de 4 Go de mémoire GDRR5. Elle utilise un GPU TU117. En octobre 2019, NVIDA a lancé sa GTX 1650 Super, armée d’un GPU TU116. Celle-ci bénéficie de mémoire GDDR6, de fréquences plus élevées et d’un plus grand nombre de cœurs CUDA (1280). En avril 2020, l’entreprise a officialisé la GTX 1650 G6. Un modèle lui aussi armé de mémoire GDDR6, comme la Super, qui offre donc une bande passante mémoire de 192 Go/s, mais qui se borne à 869 cœurs CUDA. Surtout, il hérite du GPU TU117 d’origine.

Plus récemment, ce sont deux autres variantes de GTX 1650 avec 896 cœurs CUDA qui ont fait leur apparition. Elles sont similaires à la version G6, hormis pour leur GPU : l’une utilise un GPU TU106, l’autre un GPU TU116 (comme la GTX 1650 Super). Enfin, en début de mois, c’est une GTX 1650 Ultra avec 6 Go de mémoire GDDR6, un GPU TU106, mais « seulement » 896 cœurs CUDA qui a fait parler d’elle. Bref, vous en conviendrez, tout ceci finit par devenir un peu confus.

Image 1 : GTX 1650 : attention à l’encodeur vidéo, Turing ou Volta
Image 2 : GTX 1650 : attention à l’encodeur vidéo, Turing ou Volta

Si NVIDIA a renseigné l’information sur son site, la majorité des fournisseurs ne spécifient pas le GPU sur lequel est basé la carte. Dans un souci de clarté, on pourrait souhaiter qu’ils précisent quel encodeur vidéo, Turing ou Volta, est présent. C’est notamment le cas de Gigabyte avec sa carte GeForce GTX 1650 D6 WindForce OC. Mais forcément, on imagine que les fabricants auront plus tendance à le faire dans un sens plutôt que dans l’autre.

Image 3 : GTX 1650 : attention à l’encodeur vidéo, Turing ou Volta