Accueil » Test » Qualcomm Snapdragon 801 : quelles performances ?

Qualcomm Snapdragon 801 : quelles performances ?

2 : Snapdragon 800 et 801 en détail 3 : Snapdragon 800 vs 801 4 : AnTuTu 4, Basemark OS II et Geekbench 3 5 : 3DMark, Basemark X 1.1 6 : GFXBench 3.0: Manhattan et T-Rex 7 : GFXBench 3.0: ALU, Alpha Blending et Fillrate 8 : Conclusion

Introduction

Image 1 : Qualcomm Snapdragon 801 : quelles performances ?

Tandis que Samsung a qualifié le SoC MSM8974AB équipant son Galaxy Note 3 de « Snapdragon 800 », Sony a baptisé ce que l’on supposait être la même puce de « Snapdragon 801 » pour sa tablette Xperia Z2. Il y a de quoi perdre son latin puisque l’on pourrait supposer qu’à référence identique, il s’agit du même SoC, or ce n’est pas le cas !

Trois révisions du 8×74

La confusion vient notamment du fait qu’il existe trois révisions du Snapdragon 80X. Il est nécessaire de bien saisir les différences avant d’expliquer ce que Qualcomm définit comme un SoC Snapdragon 801.

Image 2 : Qualcomm Snapdragon 801 : quelles performances ?

Lorsque Qualcomm a assemblé ce qui deviendrait le Snapdragon 800, la première mouture n’a été rendue disponible qu’à fins de tests et développement. Cette version n’était pas destinée au grand public et par conséquent, elle n’a pas vu le jour dans les produits commercialisés à grande échelle.

Image 3 : Qualcomm Snapdragon 801 : quelles performances ?

Le Snapdragon 800 qui est arrivé sur le marché par le biais de produits comme le Google Nexus 5, le LG G2, le Sony Xperia Z1 ainsi que divers Samsung Galaxy est la deuxième version du SoC, tandis que le Snapdragon 801 est sa troisième itération. A défaut de certitudes quant aux évolutions entre la version réservée aux développeurs (v1) et les SoC Snapdragon 800 qui sont arrivés sur le marché (v2), on sait que le Snapdragon 801 (v3) ajoute trois fonctionnalités clés par rapport à son prédécesseur : la gestion simultanée de deux SIM (DSDA pour Dual SIM Dual Active), l’eMMC (interface destinée aux produits mobiles dérivée du bus MMC) et l’HEVC (norme de codage vidéo appelée à supplanter le H.264/MPEG-4 AVC).

Précisons qu’à la base, le Snapdragon 801 était censé prendre en charge le Bluetooth 4.1. Cependant, Qualcomm nous a informés du fait qu’il s’agissait d’une erreur sur le diagramme de son SoC : tout comme son prédécesseur, le Snapdragon 801 propose le Bluetooth v4.0.

Image 4 : Qualcomm Snapdragon 801 : quelles performances ?

D’une certaine manière, ces révisions successives expliquent pourquoi Snapdragon 800 et Snapdragon 801 partagent parfois une seule et même référence. Cependant, on apprécierait une plus grande clarté : il est frustrant de ne pas savoir exactement ce que l’on paye. Qualcomm nous faciliterait la vie en affichant des numéros de série clairs comme Snapdragon 800, 801, 802 et ainsi de suite. Dans l’état actuel des choses, on a vite fait d’acheter un appareil mobile plus cher sous prétexte que sa puce MSM8974AA est annoncée comme étant un Snapdragon 801, alors que l’on ne sait pas exactement quels sont les avantages de cette dernière par rapport à un Snapdragon 800 portant la même référence. Il n’est jamais bon qu’une décision d’achat soit rendue plus compliquée en raison de caractéristiques techniques susceptibles d’induire en erreur. Ceci étant dit, la situation s’explique en partie par le fait que les clients de Qualcomm ne sont pas les utilisateurs finaux, mais les constructeurs d’appareils mobiles. La marque américaine n’est probablement pas aussi préparée et rodée pour le marketing direct qu’Intel, NVIDIA et Samsung, ses trois principaux concurrents.

Après avoir fait la lumière sur les principales différences entre les révisions successives du Snapdragon 80x, voyons de plus près le Snapdragon 800 ainsi que le 801 qui lui succède.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Snapdragon 800 et 801 en détail
  3. Snapdragon 800 vs 801
  4. AnTuTu 4, Basemark OS II et Geekbench 3
  5. 3DMark, Basemark X 1.1
  6. GFXBench 3.0: Manhattan et T-Rex
  7. GFXBench 3.0: ALU, Alpha Blending et Fillrate
  8. Conclusion