Accueil » Actualité » Un CPU x86 chinois en tête du classement cryptographie de SiSoftware !

Un CPU x86 chinois en tête du classement cryptographie de SiSoftware !

Une puce Hygon mais conçue par AMD, à l’exception de sa partie cryptographie.

Les entreprises chinoises n’excellent pas seulement dans le domaine des smartphones, notamment grâce à Huawei et Xiaomi, mais aussi sur le marché des processeurs pour ordinateurs et serveurs. En juin, on apprenait par exemple que Zhaoxin fabriquait des processeurs x86 au niveau des Core i5-7400. Aujourd’hui, c’est le processeur Dhyana C86 de Hygon qui nous intéresse, une réplique (légale) chinoise des processeurs EPYC d’AMD. La puce occupe actuellement la première place du benchmark cryptographie de SiSoftware !

Image 1 : Un CPU x86 chinois en tête du classement cryptographie de SiSoftware !
Photo : Anandtech

Bon, l’entreprise Hygon n’est pas partie de rien, puisqu’elle est justement partenaire d’AMD. Concrètement, ces processeurs x86 Hygon sont des produits AMD EPYC fabriqués par GlobalFoundries légèrement modifiés dont l’essentiel des caractéristiques ont été conçues par AMD. À l’exception de leur partie cryptographique !

À lire aussi : Jingjia Micro : la GTX 1080 bientôt égalée par un GPU chinois ?

Un processeur EPYC de première génération

C’est notre confrère Usman Pirzada de WCCFTech qui a fait cette découverte. Avec son score de 101,44 Go/s, ce processeur Hygon se hisse à la première place du classement. Un classement qui, vous l’avez compris, sollicite des capacités dont la conception est exclusivement chinoise.

Pour les caractéristiques techniques de ce Hygon C86, il s’agit d’un modèle 32 cœurs et 64 threads basé sur le Dhyana x86 IP, un processeur EPYC de première génération. Sa fréquence de base serait de 2 GHz. Les entreprises chinoises n’étant en général pas très réceptives aux sollicitations des journalistes, on ne devrait pas obtenir plus d’informations. En outre, ces processeurs ne sont plus produits actuellement. Mais en tout cas, c’est une nouvelle preuve qu’il faudra compter sur les entreprises chinoises sur ces gammes de produits d’ici quelques années.