Accueil » Actualité » Un logiciel permet d’augmenter le nombre d’unités de calcul des Radeon R9 Fury

Un logiciel permet d’augmenter le nombre d’unités de calcul des Radeon R9 Fury

Image 1 : Un logiciel permet d'augmenter le nombre d'unités de calcul des Radeon R9 FuryUne Radeon R9 Fury « Plus » à 3840 shaders au lieu de 3584 (source : RV8000, overclock.net)

Un nouvel utilitaire est apparu qui permet, avec de la chance, de transformer une Radeon R9 390 en 390X ou une R9 Fury en presque une Fury X. Mais comment est-ce possible ?

Pour créer leur gamme de cartes graphiques, AMD et Nvidia utilisent les mêmes méthodes. Elles définissent un gros GPU, qui prendra place dans la carte la plus performante et la plus chère, puis le décline dans des versions plus réduites qui animeront les cartes plus modestes. Mais souvent, juste sous le modèle phare se place un modèle presque identique, équipé lui aussi du gros GPU dont quelques unités sont désactivées. Cela permet d’écouler les puces partiellement défectueuses à bon prix, cependant, il arrive que la demande pour ce modèle de cartes soit tel que les fabricants sont forcés d’installer dedans des GPU complètement fonctionnels qui sont alors bridés de manière logicielle. Il est alors envisageable de réactiver les blocs perdus en modifiant le BIOS de la carte. C’est justement ce que se propose de faire CUinfo.

Avant de continuer, posons quelques bases par sécurité : CUinfo est absolument non officiel et sa réussite n’est absolument pas garantie. Pire une mauvaise manipulation peut irrémédiablement bloquer la carte.

Ceci posé, le gain potentiel est intéressant. CUinfo fonctionne a priori sur les GPU Hawaii (R9 290 et 290X, R9 390 et 390X), Tonga (R9 285, R9 380) et Fiji (R9 Fury X et Fury). À partir d’une extraction du BIOS de la carte graphique, CUinfo sait déterminer si certaines Compute Units (CU) ont été bridées logiciellement. Si c’est le cas, un second outil atomtool, se charge d’écrire un BIOS modifié. L’avantage des cartes Fury est de posséder deux BIOS, facilement sélectionnables via un interrupteur physique. Si jamais l’activation des unités supplémentaires est impossible, on peut, normalement, basculer sur le second BIOS, non modifié, et récupérer un système stable.

Sur le forum d’overclock.net, où ces outils sont apparus, certains membres expliquent avoir fait la bidouille avec succès.