Test SSD : comparatif de 42 modèles

Mesures IOPS (accès aléatoires)

Les performances, et donc le débit, en accès aléatoire sont intimement liés au nombre d'IOPS : plus celui-ci est élevé, plus le débit l'est également (à taille de bloc égale). Il est également intéressant d'observer les différences de performances selon la longueur de la file d'attente (« Queue Depth » ou nombre de « Threads », selon le benchmark).

Nous testons donc la totalité des SSD avec différentes longueurs de file d'attente (1, 2, 4, 8, 16, 32, 64), mais nous ne pouvons bien entendu pas tout afficher dans les graphiques, dans un soucis de lisibilité. Une file d'attente plus importante apportera toujours une augmentation des performances (jusqu'à un certain moment où les performances plafonneront), le contrôleur du SSD pouvant optimiser les transferts de blocs de données.

IOPS en lecture et écriture aléatoire

source : Seagatesource : Seagate

IOmeter : endurance des performances

IOmeter permet quant à lui d'analyser les performances des SSD en Steady State, c'est à dire en utilisation ininterrompue lors d'écritures aléatoires 4K soutenues pendant plusieurs heures. On note plusieurs étapes : la première correspond au remplissage de toutes les cellules du SSD, puis l'activation du Garbage Collector qui correspond à la chute brutale des performances, et enfin une diminution plus régulière des performances jusqu'à atteindre, au bout d'un temps variable selon le modèle de SSD, un plateau minimal. Notez que ce test représente un fonctionnement extrême que l'on ne retrouve qu'en entreprise, et que les valeurs IOPS de CDM ou AS SSD restent plus pertinentes pour tout type d'utilisation grand public (notamment pour les jeux vidéo).

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire